« Help, ma soeur est féministe extrémiste »… et la suite va vous étonner

« Ma soeur est devenue féministe « extrémiste », comment l'aider à s'en sortir ? » : en lisant ces mots, Mymy s'attendait à une avalanche d'anti-féminisme. Mais elle a été surprise !

« Help, ma soeur est féministe extrémiste »… et la suite va vous étonner

Faisant une petite pause pendant mon aprèm de boulot, j’ai dégainé mon téléphone pour aller zoner sur Reddit, élu meilleur endroit pour procrastiner par un panel composé de moi-même.

Entre deux gifs de chats et trois critiques de Justice League, un titre posté sur la section française de Reddit a attiré mon attention :

Ma soeur est devenu une féministe « extrémiste » : comment l’aider à s’en sortir ? [sérieux]

Oooouuuuh là là. Malgré le [sérieux] qui indique que ce fil de discussion n’est pas une vanne et que le but n’est pas d’enchaîner les réflexions humoristiques, je clique un peu en serrant les dents.

Bien que la section française de Reddit ne soit pas spécialement anti-féministe, ce n’est pas non plus un organe militant et j’avais honnêtement peur de me retrouver devant un défilé de réponses moqueuses.

Eh bah, ça m’apprendra à ne pas avoir foi en l’humanité, tiens.

Une femme « devenue féministe extrémiste », c’est dangereux ?

La personne ayant posté commence ainsi :

« En surpoids, célibataire chronique pour qui « men are trash », propriétaire de chats, ultra active sur Twitter et Tumblr, fan de Beyoncé, avide lectrice de livres de développement personnel, teinture de cheveux qui change tous les mois, rêve ouvertement de détruire le patriarcat…

Ma petite soeur est devenue un cliché de féministe « hystérique » et je sais pas quoi faire. »

Bon, a priori je ne vois rien de super alarmant là-dedans, tant que le surpoids ne génère pas de problèmes de santé (même si généraliser tout un genre façon « men are trash » n’a jamais été ma came).

Jusqu’à preuve du contraire, écouter Beyoncé, lire des bouquins de développement personnel, se teindre les cheveux, utiliser les réseaux sociaux, ce n’est pas dangereux en soi !

Mais j’ai continué, et c’est devenu plus clair.

« Aujourd’hui elle s’est éloigné de pas mal de ses amis […] du coup elle se renferme de plus en plus sur elle-même et étale sa dépression au grand jour sur les réseaux sociaux, tout en refusant d’entendre que peut-être qu’elle s’est enfoncée trop loin dans son idéologie et que le bonheur n’est certainement pas au bout de ce chemin.

On arrive encore à discuter mais elle se braque dès qu’on arrive sur ces sujets qui lui tiennent à coeur, et elle refuse d’entendre la moindre nuance.

Bref, vous avez des idées ? Il ne s’agit pas de faire en sorte qu’elle arrête d’être féministe mais qu’elle revienne un peu sur terre et qu’elle tempère ses opinions afin qu’elle puisse à nouveau avoir une vie sociale et profiter de la vie sans vouloir tout déconstruire en privilège, racisme et truc en -phobe.

Elle a 23 ans et la vie devant elle et ça m’attriste de la voir comme ça. »

Ah, ok. Je vois. Peut-être parce que je suis aussi passée par là…

Quand le militantisme se heurte au bien-être

Moi aussi, il y a quelques années, j’étais féministe, j’étais en colère, et j’étais pas super heureuse.

Bon, j’ai aussi eu les cheveux verts puis roses puis bleus et j’ai aussi dancé sur Single Ladies en soirée, mais c’était clairement pas ça le souci.

J’étais en colère en permanence, parce que les injustices me sautaient aux yeux en permanence. Les discriminations, les inégalités, la violence envers mon genre, mais aussi envers toutes les minorités me heurtaient sans cesse.

Voir mes potes ? Ces gens « pas assez déconstruits » qui me heurtent par leurs propos « humoristiques » ? Voyager ? Pour voir d’autres inégalités ailleurs dans le monde ? Me changer les idées ? Et donc me mettre des oeillères ?

Je me sentais coincée avec ma colère, et heureusement pour moi, j’avais la chance d’être déjà chez madmoiZelle, donc entourée de gens avec lesquels je pouvais en parler autour d’une bière.

Sinon, moi aussi j’aurais été beaucoup plus active sur Twitter. Et ça ne m’aurait pas aidée, car sur Twitter aussi les gens étaient en colère.

À lire aussi : Twitter et ses aspects bien relou

Chaque fois que j’ouvrais un réseau social, c’était une avalanche d’indignation, de débats, d’engueulades, de récits d’agressions, d’insultes, de nouvelle connerie sexiste, de nouvel exemple du patriarcat.

Cette communauté féministe que je lisais, elle m’aidait à m’instruire, mais pas à être heureuse. La lire, c’était comme si on me hurlait « ÇA NE VA PAS MIEUX, AU BOULOT, C’EST LA MERDE, TOUJOURS, TOUT LE TEMPS ».

Clémence Bodoc, rédac chef de madmoiZelle, connaît bien ce parcours aussi. Elle vous l’a raconté dans son article Ma colère (face au sexisme) et moi, de la noyade à la délivrance.

Le chemin du militantisme y est associé aux étapes du deuil, le deuil d’un monde qu’on découvre n’être pas celui que l’on croyait. Et parmi ces étapes…

« Il y a eu la dépression, conséquence de mon impuissance et de mon isolement face à ce constat désespérant : c’est le monde qu’il faut que je change pour pouvoir m’y faire une place. »

Ce n’est pas le féminisme qui rend malheureux. Je suis toujours féministe, Clémence aussi, mais je ne suis plus en dépression, et c’est davantage l’envie que la rage qui brûle en moi : l’envie de changer le monde, petit à petit !

À lire aussi : Lettre de rupture — À ma dépression #62jours

Cela, je l’ai compris, je l’ai ressenti en lisant les mots de ce frère inquiet, mais j’avais toujours peur que les commentaires soient moqueurs. Encore une fois : ça m’apprendra.

Comment aider cette jeune femme « féministe extrémiste » ?

Les utilisateurs et utilisatrices de Reddit ont, comme moi, identifié le souci : ce n’est pas le féminisme, c’est que la sœur de ce jeune homme ne va pas bien.

Échantillon de réactions :

« Je pense que pour elle, le féminisme « online » est un moyen de trouver du sens et une communauté […] Le féminisme en soi n’y est pour rien, c’est plutôt les réseaux sociaux + dépression. »

« Être militant féministe radical n’empêche pas beaucoup de gens d’être à peu près heureux, ce n’est donc pas ça le problème. Un psy pourra l’aider […] »

« Pas besoin de lui dire que c’est sa vision le problème. […] Faut juste lui dire qu’elle à l’air déprimée et que de l’aide professionnelle lui ferait sûrement du bien. Ce sera le rôle du psy de lui faire admettre d’elle même quelles sont les sources de son mal-être. »

Plusieurs personnes évoquent leur propre expérience de la dépression, les exutoires dans lesquels elles se sont enfermées (des jeux en ligne, des réseaux sociaux…) et la façon dont elles ont fini par en sortir.

À lire aussi : Les TED de la semaine − La dépression

Un long commentaire propose de nombreuses solutions basées sur l’écoute et la bienveillance : sois là pour ta sœur, ne la juge pas sur ses valeurs (qui ne sont pas le problème), prends soin d’elle, et ça viendra.

Je suis revenue de ma pause avec un grand sourire. Toute cette entraide m’a beaucoup émue, même si ça m’a rappelé des jours moins heureux, pendant lesquels j’étais moi aussi en dépression, en colère, en conflit contre le monde entier.

J’ai été voir une psy, et j’ai eu la chance de m’en sortir. En partie parce que j’ai été entourée de gens qui, comme ce frère inquiet, ne voulaient que mon bien, pas me faire changer d’avis.

Bien joué, Reddit. Merci pour la dose de confiance en l’avenir.

À lire aussi : Les bonnes nouvelles qui rappellent que le monde est beau — La question Reddit

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Gabelote
    Gabelote, Le 23 novembre 2017 à 22h08

    Madthilde
    Je me demande quelles seraient les réactions si la situation avait été l'inverse, qu'on avait vu "mon frère vire macho" et que le gars en question présentait tous les clichés du militant MRA :P
    Quelque-chose me dit qu'on aurait un tout autre son de cloche dans les commentaires :happy:
    Il suffit de demander et de chercher un peu.
    Pour l'analyse comparée des commentaires ce sera sans moi. C'est pas l'trou mais l'tampax

    Spoiler

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!