4 mois de prison pour une main aux fesses, on fait moins les malins hein ?

Par  |  | 60 Commentaires

Un homme ayant claqué les fesses d'une inconnue sans son consentement a été condamné à 4 mois de prison ferme. Ce verdict fort indique que peu à peu, la lutte contre le sexisme avance.

4 mois de prison pour une main aux fesses, on fait moins les malins hein ?

Même si l’égalité hommes-femmes est inscrite dans la loi, elle n’est pas toujours respectée dans la vie en société.

Le droit des femmes à disposer de leur corps n’est pas toujours une réalité.

Harcèlement de rue, harcèlement sexuel, agressions sexuelles, attouchements… en France, en 2017, ce sont des actes courants, quasi-quotidiens, trop souvent impunis.

Mais un verdict rendu à Strasbourg donne de l’espoir : dans le futur, espérons-le, ces gestes seront inacceptables et sévèrement punis.

Un agresseur condamné à 4 mois de prison pour une main aux fesses

C’est 20 minutes qui relaie l’affaire.

Ce jeudi 24 août 2017, une jeune femme de 19 ans a été agressée par un homme d’environ 50 ans, ivre. Il lui a marmonné quelque chose avant de lui frapper la fesse droite.

La police, prévenue par un passant, l’a interpellé. Déjà titulaire d’un lourd casier judiciaire, l’homme a été condamné à 4 mois de prison ferme et 500€ de dommages et intérêts.

À lire aussi : Agression sexuelle et dépôt de plainte : les conseils d’un policier

L’agresseur, encore une fois, n’était pas un fou

La victime de cette agression s’exprime dans les Dernières Nouvelles d’Alsace.

« Son geste était voulu. […] Pour lui, c’est un geste normal. »

À lire aussi : J’ai pris un coup par un harceleur de rue (et il l’a payé cher) — Témoignage

Quant à l’agresseur, il a déclaré :

« C’est vrai j’ai fait une erreur. C’est la honte. […] C’est comme ça, pour rigoler. »

Son avocat indique qu’« il n’a pas vraiment de déviance sexuelle ».

Et ça ne me surprend pas, en réalité. Car si tous les mecs qui se permettent de s’approprier le corps des femmes souffraient de déviances sexuelles, imaginez le nombre de personnes à traiter !

Non, tous ces hommes qui sifflent, commentent, insultent, malmènent, tripotent, agressent, violent les femmes ne sont pas des malades. Ils sont le produit d’une société sexiste.

Leur attitude est « normale » à leurs yeux. « C’est pour rigoler ».

Un verdict lourd de sens

Ce verdict me ravit — et je dois dire que je n’ai pas été surprise d’apprendre que c’est une femme, la procureur Valérie Iltis, qui a requis de la prison ferme, indiquant « partager le ressenti de la victime ».

Si ça peut faire réfléchir certains malotrus aux mains baladeuses, alors oui, collons en taule les frotteurs, les pinceurs, fesseurs et autres agresseurs.

À lire aussi : France, 2017 : des femmes refusent les avances d’un homme, il leur tire dessus

Mais ne faisons pas que ça. Éduquons-les, éduquons-nous, les enfants comme les adultes.

Parlons de l’égalité, du sexisme « ordinaire », de la culture du viol, du droit à disposer librement de son corps qui devrait être inaliénable pour chacun•e.

Un pas en avant contre le sexisme, sur un long chemin

Bon, bien sûr, j’ai déconné : j’ai été voir les commentaires faisant suite à l’article de 20 minutes. Connaissez-vous la loi de Lewis ? Selon elle :

« Les commentaires sous chaque article parlant du féminisme suffisent à justifier l’existence du féminisme. »

Et celui-ci ne fait pas exception à la règle.

Voyons voir…

Spoiler, Roubignolles : tu n’en as jamais eu le droit ! Pas sans le consentement de la personne rattaché aux dites fesses. C’est fou hein.

Alors là champion.

Mais attendez si on réfléchit bien à mon avis c’était un tour de magie !!!! Voyez : il lui a touché le cul et hop, la femme a gagné 500€ !

C’est encore mieux que Now You See Me

Bon, trêve de plaisanteries : en vérité, je suis assez agréablement surprise car il y a beaucoup, BEAUCOUP de commentaires disant que c’est bien de sanctionner cet acte, qu’il ne faut pas agresser si on ne veut pas être puni•e, etc.

La preuve qu’à force d’en parler, les choses avancent, et dans le bon sens !

À lire aussi : Le harcèlement de rue, de la peur à la colère… puis à l’espoir

6 surprises utiles et équivalant à + de 50€
18.90€ + 4€ de livraison

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Spill
    Spill, Le 5 décembre 2017 à 16h41

    Je suis tout à fait d'accord avec l'idée de sanction, afin de montrer que ces actes ne sont plus tolérables, et dans un but de disuasion. Je suis un peu moins d'accord avec l'idée de prison, qui a ses limites d'un point de vue "éducatif" je dirai.
    L'idée des TIG dans une assoc qui lutte contre les violences faites aux femmes me parait intéressante dans le sens où ça permettrait peut-être de développer l'empathie de harceleurs, mais effectivement, comme quelqu'un l'a souligné, ce serait assez violent pour les victimes si elles seraient potentiellement confrontées à ces personnes.
    Sinon pourquoi pas un stage, un peu comme les stages pour récupérer ses points, dans lequel les agresseurs bénéficieraient d'une éducation au consentement et au respect des femmes :cretin: ? (je plains un peu les intervenantes parce que je pense qu'il y aurait du boulot sur le sujet:yawn:).
    C'est un peu utopique parce que j'imagine que ce serait difficile à mettre en place, mais bon rêvons un peu.

    edit : @Olimeli Ah, j'ai été devancée ^^

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!