Top 10 des pires Pères Noël de fiction

Le Père Noël n'a pas toujours été au top, que ce soit au cinéma ou à la télé. Alcool, irresponsabilité limite criminelle et même mort... Voici le top 10 des pires « Ho, ho hooo » de fiction !

Top 10 des pires Pères Noël de fiction

Vous savez quoi ? Quand j’étais petite, j’avais des foutues angoisses de mort… Très très tôt, l’idée de ma propre fin m’a pourri la vie. Quel est le rapport avec Noël ? Eh bien, à l’époque, j’avais eu une idée très simple pour remédier à ma propre mortalité : me marier avec le Père Noël, ce qui aurait fait de moi la Mère Noël et subséquemment une immortelle à l’exemple de mon gros bonhomme rouge et blanc de mari !

Le plus drôle c’est que je ne pensais absolument pas que passer l’éternité avec le Père Noël aurait des inconvénients, du genre : est-ce que le Père Noël pète au lit ou ronfle ? Est-ce que je finirai pas par en avoir ma claque de fabriquer des jouets ? Sans parler de la fonte des glaces qui inonderait nos ateliers

Mais vous savez quoi ? Une série de films m’a fait reconsidérer mes plans pour le futur en me présentant le Père Noël sous son jour le plus navrant. Allons-y donc pour la liste des dix pires Père Noël de fiction selon moi-même !

10. Les concurrents de Mission : Noël les aventures de la famille Noël

On commence doucement mais avec quand même une triple dose de très mauvais Père Noël : égoïstes, inconscients, orgueilleux, dépassés, séniles ou bornés, les trois potentiels Père Noël qui se disputent le titre dans ce film sont potentiellement les pires prétendants qui soient. Petit topo, dans le lot on a…

  • Le tenant du titre : Père Noël (doublé par Jim Broadbent en VO), un vieil homme étourdi, paresseux et casanier qui se repose entièrement sur son fils aîné, ses elfes et sa femme, mais est incapable de passer la main et de prendre une retraite bien méritée. Il s’accroche à un Noël devenu pourtant hyper technologique, ce qu’il ne parvient pas à appréhender.
  • Le champion déchu : Grand-père Noël (doublé par Bill Nighy en VO) (ce film est À VOIR en VO), un vieux croûton qui aime les Noël à l’ancienne avec des dangers qui rendent le tout plus excitant. Jouets peints au plomb, hottes trouée par les tirs allemands et carte de vol pas mise à jour, tout ça pour regagner sa gloire passée et remplir sa pauvre vie laissée vide par la retraite.
  • Le challenger : Steve (doublé par Hugh Laurie en VO), hyper efficace, hyper technologique, hyper précis ; pour Noël, il privilégie ses scores et statistiques à la magie. Problème : quand on oublie un enfant, il n’en a rien à carrer tant que son programme est bouclé en avance. Un enfant, c’est juste un micro-chiffre, un pourcentage infime. Pourquoi s’en faire ?

9. Le psychopathe de 3615 Code Père Noël

Film d’horreur français sorti la même année que Maman j’ai raté l’avion (que le réalisateur René Manzor a accusé d’être un plagiat : c’est vrai que les deux histoires sont très similaires), 3615 Code Père Noël met en scène un des Pères Noël les plus malsains du cinéma.

Le héros du film est un petit garçon un brin dérangé, fan de films de guerre et qui a fait de sa gigantesque maison une arène de combats. La veille de Noël, sa mère a la mauvaise idée de virer un des Pères Noël de son centre commercial ; notre employé psychopathe au costume rouge et blanc débarque alors chez elle, où son fils est tout seul avec son grand-père grabataire et son chien. Impitoyable, froid et cruel, le Père Noël fera passer le pire réveillon imaginable à cette petite famille.

À noter que l’idée d’un Père Noël psychopathe a déjà été traité dans des films antérieurs : Douce Nuit Sanglante Nuit, Christmas Evil… et que le réalisateur de 3615 Code Père Noël n’est autre que le frangin de Francis Lalanne ! Certes, ça n’a rien à voir avec la choucroute, mais c’est rigolo.

8. L’ordure du Père Noël est une ordure

Un aveu à faire : ce film me rend très triste. Il est toujours rediffusé à Noël et je le fuis comme la peste car il a le don de me plonger dans des tréfonds de décrépitude. Enfin, malgré mes sentiments mitigés, je ne pouvais pas ne pas citer un des pires êtres humains à avoir jamais porté le costume rouge et blanc, Félix. Violent et ordurier, entre autres, il ne vaut mieux pas le croiser un soir de Noël : son flingue, c’est pas un jouet !

7. Le compétiteur violent de South Park (et son pote caca)

Le Père Noël de South Park est bien entendu très éloigné du traditionnel bonhomme bienveillant qu’on voit placardé partout à cette période de l’année. En compétition directe avec Jésus quant au sens de Noël, le Papa Noël de South Park n’hésite pas à user de la violence pour arriver à ses fins et s’avère parfois d’une redoutable férocité… Mais bon, tout ça dans le but de conserver l’esprit de Noël, alors on lui pardonne ?

À noter qu’il est parfois accompagné du Petit Caca Noël, lequel surgit de la cuvette pour distribuer cadeaux et conseils d’hygiène. Ouais.

Bienvenue à South Park.

6. Le pas très motivé Scott Calvin de Super Noël

Le Père Noël est mort en glissant de son toit et voilà Scott Calvin obligé de prendre sa place puisqu’apparemment, le costume fait l’homme et non l’inverse. Accompagné de son fils, il gère tant bien que mal sa première livraison… mais cet incident ne va pas seulement rendre sa douceuuuuh nuit sainteuuuuh nuit bien plus trépidante mais complètement changer sa vie puisque Scott est plus ou moins engagé à vie comme nouveau Père Noël, ce qui implique prise de poids immédiate et blanchiment des cheveux, obsession pour les vêtements rouges et verts et la nourriture de Noël et comportement chelou qui l’éloigne de son fils, chose qu’il apprécie moyennement. En même temps, on le comprend.

Pas vraiment motivé, notre nouveau Santa traumatisera quelques mômes au passage mais il faut dire qu’il n’a pas tellement choisi sa nouvelle profession.

5. Le zélé trop décalé de L’étrange Noël de Mr Jack

Ah, Jack veut bien faire, Jack est enthousiasme, naïf, doux et vraiment plein de bonnes intentions… mais Jack est un habitant de la ville d’Halloween, donc sa vision du merveilleux n’est pas nécessairement partagée par tous le monde. Avec lui, serpents, araignées et têtes réduites sont au rendez-vous au pied du sapin…

Personnellement, ça ne me dérangerait pas trop, tant que l’esprit du partage et de la magie (noire) est préservé, mais je comprends que ça puisse en rendre d’autres un peu nerveux.

4. Le robot exterminateur de Futurama

Dans Futurama, à la grande surprise de Fry, Noël n’est pas synonyme de joie mais de peur. En effet, depuis le pôle Nord de Neptune, le Père Noël robot vous observe faire de vilaines choses. Pourquoi ? Eh bien pour vous punir !

Une fois par an, il descend en effet sur terre pour exterminer les vilains enfants… et les vilains adultes… et les vilains robots… et comme on devient très vite vilain selon lui, on n’a pas intérêt à mettre un orteil dehors le soir de Noël. Vous êtes prévenues !

3. Le croque-mitaine de Père Noël Origines

Personnage-clé du film fantastique du réalisateur finlandais Jalmari Helander, le Père Noël n’a rien ici d’un bon vieux pépère aux bonnes joues rouges et au sourire chaleureux… Non, c’est un vieux carrément malsain, une créature anthropophage au regard vide et inquiétant.

Pas grand-chose à dire de plus sur lui, à part qu’il fout les chocottes avec un charisme de dingue et que si vous trouvez tous vos rennes (si tant est que vous possédiez des rennes) dévorés jusqu’à l’os, ne cherchez plus le responsable, c’est lui !

2. L’alcoolique de Bad Santa

Je sais que le Père Noël a autre chose à foutre en décembre que faire la tournée des centre commerciaux, mais je pense qu’il pourrait se montrer un peu plus minutieux dans le choix de ses représentants ! Félix était terrible mais Willie T. Soke atteint des sommets.

Tu peux mieux faire, Père Noël, parce que pour le coup il donne une très très mauvaise image de toi : il boit comme un trou, arrive bourré au travail, se tape des filles aux fantasmes bizarres en gardant l’uniforme (ce qui n’est pas très hygiénique), et surtout, il traite les enfants avec au mieux de l’indifférence, au pire une irresponsabilité crasse qui s’approche de la cruauté.

N’empêche qu’au final, l’esprit de Noël est intact dans ce film bien qu’on y critique avec beaucoup de justesse notre hyperconsommation hystérique des fêtes de fin d’année.

1. La… Mort des Contes du Disque-Monde

Adapté du Père Porcher (Hogfather) de Terry Pratchett (un de mes livres préférés par un de mes auteurs préférés), Les Contes du Disque-Monde est un honnête téléfilm servi par un chouette casting (avec notamment Lady Mary de Downton Abbey).

On y voit rien de moins que la Mort en personne reprendre le costume du Père Porcher (le Père Noël du Disque-Monde, vous suivez ?) et, disons qu’à l’exemple d’un Jack Skellington, la Mort n’est pas forcément la mieux placée pour remplir le costume du gros bonhomme rouge. Néanmoins, si elle fait ça, c’est pour sauvegarder le pouvoir des rêves et de l’imagination et ça, c’est carrément dans l’esprit de Noël, alors on salue quand même l’effort ! D’autant plus que la Mort est un des personnages les plus complexes et attachants de l’univers de Terry Pratchett.

Il n’hésite pas à offrir des épées aux petites filles, qu’importe ce que pense leur mère.

Bonus — Le Père Noël d’A Christmas Story

A Christmas Story est assez peu connu en France mais c’est un classique de Noël aux USA. Le Père Noël n’y fait pas réellement une longue apparition mais quelle prestance : employé de supermarché aux dons d’acteurs incroyables, il passe en un éclair du salarié cynique au bonimenteur expéditif qui n’écoute pas les enfants et crache son discours comme une boîte à musique.

Pas spécialement méchant mais pas vraiment botté par la magie de Noël, il se débarrasse ensuite des enfants en les expédiant dans un toboggan géant. Swag, moi je dis !

Comme vous le voyez, il y a mille et unes façons de détourner l’icône du Père Noël et c’est sans doute parce que l’image que transmet ce vieux bonhomme et si pure et si intimement liée à notre enfance qu’elle est facile à pervertir ou parodier pour des résultats tour à tour grinçants, glaçants ou attendrissants.

Pour moi, cependant, même le plus psychopathes des Papa Noël a quelque chose de magique et je préfère même tous les Pères Noël de cette liste, des êtres humains et imparfaits, aux images lisses des catalogues de jouets. Après tout, c’est en confrontant l’esprit pur et lumineux de Noël à la noirceur qu’on le fait plus vivement ressortir par contraste, non ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Ursuline
    Ursuline, Le 29 décembre 2013 à 11h27

    Supers Pères Noël, je suis toujours aussi fan de celui du père noël est une ordure ! Et s'ils font navrants, ils ne font au moins pas peur comme dans les sélections de ce magazine : http://mag.monchval.com/les-selections-de-noel/ !

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)