Michaël Youn, son cambriolage, et la société du spectacle

Retour sur "l'affaire @FatBazooka", le compte Twitter de Michaël Youn, depuis l'annonce et la médiatisation de son cambriolage jusqu'à une histoire étrange de bluff avec Pokerstars.fr.

Michaël Youn, son cambriolage, et la société du spectacle

Le 25 décembre dernier, Michaël Youn twittait sur son compte @FatBazooka : « Avis aux cambrioleurs et à Voici?: nous allons sortir vers 21?h?30 ». Gentille provocation et connerie comme on en trouve sur tous les comptes du réseau social (apparemment, nous ne serions pas malins 24h/24). Quelques semaines auparavant, le comique avait posté une photo de la vue de son appartement à Montmartre. Retrouver son adresse restait un jeu d’enfant pour le dernier des malfrats. Le soir du réveillon de la Saint-Sylvestre, Michaël Youn se faisait cambrioler… et en parlait ensuite sur Twitter. C’est là que l’affaire devient intéressante.

Dès le 2 janvier, le pauvre bougre demande aux cambrioleurs de lui restituer des objets sans valeur pécuniaire : ses disques durs et ses récompenses. Soit dit en passant, le type a sûrement le foie en vrac et une sale gueule de bois, pas la peine de l’enfoncer plus bas que terre. Pourtant nombreux sont ceux de la communauté française de Twitter à lui être tombé dessus. De la simple moquerie (« ah ah ah Michaël Youn s’est fait cambrioler ») au bon vieux gargarisme (« il l’a bien mérité »), les commentaires bilieux concernant l’affaire étaient déprimants comme un verre de vin vide.

Quoi qu’il en soit, l’information fait le tour des médias et le surlendemain, son hummer volé a été retrouvé par la Police, avec tout ce qu’il souhaitait récupérer dans le coffre. Oui mais.

Dès le départ, les mauvaises langues l’accusent d’avoir orchestré le cambriolage. Comme il le dit lui-même, il n’a pas spécialement besoin de pub, il n’est pas en promo… pourquoi raconter une telle histoire ? (sachant que la dénonciation de délits imaginaires est réprimée par le code pénal). Jusqu’au retournement de situation cet après-midi.

Est-ce qu’il s’agit alors d’une vaste blague visant un but marketing ? Michaël Youn aurait-il poussé la comédie un peu loin ? Ou – pour employer le néologisme de Douglas Coupland dans le livre culte Génération X – à « télé-paraboliser » (= reproduire dans sa vie des scènes de sitcoms – et/ou films j’ajouterais), façon Michael Douglas dans The Game (= « le pire est en train de m’arriver, mais tout est mis en scène »).

Réaction à chaud des internautes :

Opération Fuck Youn Back :

1) Dénoncez @fatbazooka comme étant du spam
2) Annoncez sa mort sur Wikipédia (chose faite puis corrigée sur Wikipedia)
3) Criez votre rage sur sa page Facebook
4) Ne payez plus jamais pour la merde qu’il fait

Que tout le monde se calme ! Un peu de discernement. Si l’on suit un peu les tweets de Michaël Youn de ces derniers jours, tout semble avoir été écrit de bonne foi. Une opération marketing visant à créer un bon vieux « buzz » aurait sans aucun doute été rédigée autrement.

Mener le public en bateau n’est certes pas nouveau : aux balbutiements de YouTube, la webstar LonelyGirl15 qui contait fleurette à des milliers d’internautes chaque semaine était en réalité un personnage créé par un scénariste et un réalisateur souhaitant lancer une série télé. En France, le coup de la vidéo virale a été vue moult fois, comme par exemple avec la chanteuse Marie Myrtille et ses paroles à la grammaire douteuse, coup monté par Bescherelle ou encore Mes Colocs, websérie certes fort bien fichue mais dont on saura après plusieurs épisodes qu’elle est « parrainée » par BNP Paribas.

Mais pour l’affaire Youn, il semble surtout que la publicité soit venue après coup (du moins, d’après ce qu’en dit le RP de Pokerstars.fr, contacté par @krstv, responsable éditorial de Voici.fr). Lindsay Lohan, après avoir déversé son désespoir dans toute la presse people suite à sa rupture d’avec Samantha Ronson, avait fait une parodie de publicité pour un site de rencontres. Ici, Youn semble profiter de ses déboires pour fricoter avec l’entreprise de Pokerstars.fr. On peut y voir de l’autodérision, ou une façon de tirer profit de son propre malheur.

Le principal problème a été souligné par Maître Eolas : les tweets sponsorisés doivent être signalés comme tels (auquel cas il s’agit de publicité cachée, interdite par le Code de la Consommation). Et si les messages publicitaires se mettent à envahir les twitters des célébrités, où va le monde ?

En ce qui me concerne, le principal problème est que Michaël Youn roule en hummer. Mais il a promis d’acheter une Prius.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 11 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Akela
    Akela, Le 8 janvier 2011 à 22h37

    Scarlette.;1958791
    Je suis assez d'accord avec tout ce qu'a dit Dolly Wood.

    Mais, au final... Je n'ai pas bien saisi, dans l'article : il s'est réellement fait cambrioler et il a "tiré profit" de la situation après ou alors TOUT était un coup monté?
    Bin c'était un peu ce que j'étais venue dire. On ne saura jamais je pense.
    Mais y'a bien eu récup' marketing, quel que soit le moment. Et je trouve pas ça de très bon goût, personnellement.

Lire l'intégralité des 11 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)