Les médecins pratiquant des IVG témoignent sur Libération

L'IVG, en France, est légal depuis 40 ans. Pour le magazine « Libération », des médecins qui le pratiquent font le point sur cet acte autour duquel circulent de nombreuses idées reçues.

Libération a interrogé plusieurs médecins pratiquant des IVG (gynécologues-obstétriciens, responsables de centres IVG, généralistes, chefs de service obstétrique…) pour faire le point sur cet acte légalisé il y a 40 ans par la loi Veil.

À lire aussi : La Loi Veil a 40 ans, mais le combat pour le droit de choisir est toujours d’actualité

Légalisé, certes, mais pas forcément rentré dans toutes les mœurs pour autant. Sans tabou, sans langue de bois, ces professionnel•le•s évoquent ce qui les a mené•e•s à pratiquer des IVG, mais aussi les clichés qui entourent cet acte (comme le fameux « avortement de confort ») et la façon dont il est considéré. Ils et elles partagent le même leitmotiv : prendre soin de leurs patient•e•s, ne pas leur faire mal, les aider avant, pendant et après leur IVG.

Pensez-vous que l’IVG est un droit « en sécurité » en France ? Seriez-vous prêt•e•s à le défendre s’il était remis en question ?

À lire aussi : On a testé pour vous la nouvelle stratégie des anti-IVG [MAJ]

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Panties Party!
    Panties Party!, Le 30 novembre 2014 à 17h49

    J'ai bien aimé la vidéo, mais comme les autres la fin elle fait peur!! Le droit des femmes n'est jamais acquis. Il faut toujours se battre, et encore plus même si la loi est passée. Quand on regarde la loi du mariage pour tous, on voit que même si la loi est passée, eh ben il faut encore se battre contre les opposants et non seulement leur faire accepter mais aussi de faire en sorte que c'est normal de se marier avec qui on veut, et aussi de disposer de son corps comme on le souhaite. Je pense comme l'un des gynéco: ils ont peur qu'une femme puisse pleinement disposer de leur corps, et la peur c'est l'un des principal moteurs pour maintenir les aberrations!

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)