La femme chocolat (Olivia Ruiz)

Olivia Ruiz, on l’avait vue à la Star Academy. Puis cette jeune chanteuse pas académique pour un sou a préféré se faire oublier pour mieux aller vers ce qu’elle aime, comme une jeune débutante. Et nous offrir en 2003 un premier album, un aperçu de son talent, de son univers, qui lui avait d’ailleurs valu une […]

Olivia Ruiz, on l’avait vue à la Star Academy. Puis cette jeune chanteuse pas académique pour un sou a préféré se faire oublier pour mieux aller vers ce qu’elle aime, comme une jeune débutante. Et nous offrir en 2003 un premier album, un aperçu de son talent, de son univers, qui lui avait d’ailleurs valu une nomination aux Victoires de la musiques. Aujourd’hui, elle revient avec La femme chocolat, un album garanti 100% pur cacao…

La femme chocolat, c’est 14 chansons pour illustrer 26 ans de vie. Sa vie, ses proches, papa, maman et tonton André. On suit Olivia enfant dans les rues du village de son enfance jusqu’à l’âge adulte.
Le parcours d’une Fille du Sud qui n’aimait pas beaucoup l’école mais qui le chante et l’écrit si bien. 
Ce qui ne l’a pas empêchée de (bien) s’entourer : produit par Alain Cluzeau (producteur de Thomas Fersen ou encore de Bénabar) et Mathias Malzieu de Dyonisos, l’album compte aussi parmi les auteurs cChristian Olivier (des Têtes-Raides), Chet, ou encore Juliette. Mais cet album, dont elle a signé quatre titres, est aussi une partie d’Olivia. Encouragée par ses amis auteur, elle a pris la plume pour nous offrir des titres personnels, nous parler d’elle-même et se livrer, en toute sincérité. Le résultat est plus que satisfaisant !

La femme chocolat, c’est 14 chansons pour un joyeux bordel, où tout s’enchaîne, se croise. Des chansons douces, violentes, humoristiques, tendres ou poétiques mais qui, au final, s’agencent pour constituer un album dont on ne pourrait enlever aucune chanson sans risquer de briser le charme. Les styles se télescopent, du folk, du rock, des titres qui sonnent comme des comptines enfantines, et des airs d’Espagne. Une apparente contradiction qui produit des moments très différents au fil des titres.

La femme chocolat, ça se croque a pleines dents, ou alors ça se savoure, en laissant fondre le chocolat sur la langue, pour mieux apprécier, et croquer la noisette en dernier.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mademoiselle-Upanova
    Mademoiselle-Upanova, Le 1 février 2009 à 4h33

    Je marche pied nus, les cheveux devant la gueule, je site des groupes couleuh, je me la joue roots-vraie-artiste-tchu-vois, et comme un peu damien saez tiens je force et j'accentue à mort le côté nasillard de ma voix jusqu'à ressembler à une chèvre...
    Je rajouterai que c'est une sacré connasse super hautaine ( elle a chanté dans ma ville et a prit tout le monde de haut + à un festival près de chez moi où elle se la jouait VIP à mort ).
    J'aime pas ^^ ( même si je dois reconnaitre que si on l'écoute moins de 2 fois, la femme chocolat et j'traine des pieds sont sympas... quoi que. )

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)