Différences hommes/femmes : une étude prouve qu’elles sont minimes

Une étude aboutie nous prouve une bonne fois pour toutes que les différences entre les hommes et les femmes sont rarement dues à leur sexe biologique.

Et BIM ! Une étude fout un petit taquet supplémentaire à l’idée d’une différence fondamentale entre les hommes et les femmes. Les chercheurs Harry Reis et Bobbi Carothers ont ainsi réussi à prouver que certains signes distinctifs qu’on attribue à un sexe ou à un autre ne lui sont pas forcément réservés. La façon dont ils ont procédé est expliquée sur le Huffington Post : ils se sont penchés sur plusieurs études réalisées dans le temps sur les différences sociales entre les hommes et les femmes et ont alors travaillé sur les données de 13 000 personnes, dont près de 280 hommes et femmes qu’ils ont eux-mêmes interrogé-e-s. Après quoi ils se sont focalisés sur 122 caractéristiques différentes, des centres d’intérêts aux traits de personnalité en passant par les caractéristiques physiques, comparant leurs données grâce à 3 méthodes différentes. Le but ? Définir si oui ou non les caractéristiques sociales et psychologiques qui différenciaient les hommes des femmes étaient nombreuses. La réponse ? Non.

Dans une vidéo, Harry Reis explique sa théorie. Elle est traduite en grande partie en dessous :

« Un jour, quelqu’un a dit qu’il y a deux catégories de personnes : ceux qui pensent qu’il y a deux catégories de personnes et ceux qui n’y croient pas.

Des études ont prouvé que les hommes et les femmes sont différents sur plusieurs sortes d’éléments, des traits de personnalité, un intérêt pour les maths et les sciences, des hobbies, des comportements sexuels… toutes ces choses où les gens parlent généralement de différences entre les sexes. Nous les avons soumis à des techniques statistiques pour savoir si les hommes et les femmes étaient vraiment catégoriquement différents ou si les hommes et les femmes étaient tout simplement différents mais d’une façon plus dimensionnelle. Et ce que vous avons trouvé, c’est que d’une manière écrasante, les hommes et les femmes ne sont pas des gens catégoriquement différents.

Je me dois de souligner qu’il y a certainement des sortes de caractéristiques où les deux sexes sont catégoriquement différents. Sur des caractéristiques physiques, sur la force, par exemple. Et quand nous avons étudié ces genres de variables, nous avons en effet trouvé des différences selon les catégories. Mais en ce qui concerne les aspects plus psychologiques (c’est-à-dire les goûts, les intérêts, les traits de personnalité, ndlr), il n’y a tout simplement pas de différences catégoriques entre les hommes et les femmes.

[…]

Ce que ça nous apprend, c’est que la croyance commune comme quoi les hommes viendraient de Mars et les femmes de Vénus est vraiment fausse, que nous sommes vraiment tous de la planète Terre. Il peut y avoir des différences entre les hommes et les femmes, mais la meilleure façon de les aborder est de les considérer comme des différences relatives sur des caractéristiques que certaines personnes ont plus, et que d’autres ont moins. Ce sont des différences individuelles, pas des différences catégoriques.

Évidemment, dans le cadre de l’embauche, ça signifie qu’il faut embaucher la personne qui est la mieux qualifiée sans égard pour son sexe. En ce qui concerne les relations, on entend souvent des plaintes comme « Il est comme tous les autres hommes » ou « Elle est comme toutes les autres femmes », et c’est vraiment la mauvaise façon de penser à ça. Ce sont des différences à titre personnel, car des gens agissent d’une façon et d’autres agissent autrement. Ça dit aux parents que quand vous élevez vos enfants, vous devez vraiment essayer de ne pas les ranger dans une catégorie qui est basée sur leur sexe biologique. Vous devez vraiment chercher à trouver ce par quoi ils sont intéressés, ce qu’ils ont envie de faire, là où ils réussissent et quelles sont leurs faiblesses, et il se peut que vous compreniez que certaines de ces choses ne sont pas caractéristiques de leur sexe et que d’autres le sont. »

Cette nouvelle étude a un avantage non négligeable : je compte bien l’imprimer pour la rouler bien fermement et mettre un petit coup sur la tête de chaque personne que j’entendrais dire « Il laisse traîner ses chaussettes sales. C’est normal, c’est un mec », « Elle cherche une relation sérieuse comme toutes les femmes » ou encore « Non mais les hommes et les femmes sont FONDAMENTALEMENT différents » : nous sommes, tout simplement, tou-te-s différent-e-s.

Tous les articles Actu dans le Monde , Actu en France , Dans l'air du temps , Société
Les autres papiers parlant de Etudes , Psychologie , Rapport Hommes / Femmes
ça vous a plu ?
partagez !
Big up
L'actu de mad
gratuitement dans vos mails !
a lire également
Plus d'infos ici
Viens apporter ta pierre aux 38 commentaires !

Lire l'intégralité des 38 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)

  • Irma Bud
    Irma Bud, Le mercredi 13 février 2013 à 12h31

    l'autre jour j'essayais de convaincre mes parents et leurs amis qu'il n'y a pas de différence majeure (voire pas de différence du tout) innée autre que physique entre les femmes et les hommes, et bien sur aucun d'entre eux ne me croyaient, me sortaient des vieux arguments ("regarde, on est trois couples ici, les 3 hommes boivent du cognac, les 3 femmes n'en prennent pas", "regarde, mes filles elles sont plus matures que leurs fils" etc), et puis l'une des amies m'a dit "mais bien sur que si y'a des différences : chez tous les mammifères la femelle a un rôle (s'occuper des bébés, nourrir la famille machin) et le mâle un autre (séduire la femelle, éloigner les prédateurs), pourquoi ça serait différent chez les humains ?"
    depuis je me pose souvent la question, ça a vachement remis en question ma certitude ...

  • Freakyzime
    Freakyzime, Le vendredi 15 février 2013 à 23h04

    irma-bud;3926288
    l'autre jour j'essayais de convaincre mes parents et leurs amis qu'il n'y a pas de différence majeure (voire pas de différence du tout) innée autre que physique entre les femmes et les hommes, et bien sur aucun d'entre eux ne me croyaient, me sortaient des vieux arguments ("regarde, on est trois couples ici, les 3 hommes boivent du cognac, les 3 femmes n'en prennent pas", "regarde, mes filles elles sont plus matures que leurs fils" etc), et puis l'une des amies m'a dit "mais bien sur que si y'a des différences : chez tous les mammifères la femelle a un rôle (s'occuper des bébés, nourrir la famille machin) et le mâle un autre (séduire la femelle, éloigner les prédateurs), pourquoi ça serait différent chez les humains ?"
    depuis je me pose souvent la question, ça a vachement remis en question ma certitude ...
    Bon déjà l'humain se distingue des autres animaux par beaucoup de choses, tout d'abord sa conscience, sa raison, et puis nos comportements, l'inceste par exemple est très rare chez l'humain. Ensuite ça n'est pas comme cela chez tous les mammifères, chez les éléphants par exemple le "chef du clan" est une femelle, c'est elle qui assure la survie, la cohésion du groupe et qui protège des prédateurs, chez les hyènes aussi, chez d'autres espèces le "chef" est systématiquement un mâle, ça dépend. Et puis, chaque individu adulte se nourrit lui même le plus souvent, ou bien ils chassent en bandes. La femelle "s'occupe des bébés" ben parce qu'elle allaite, une fois qu'ils se nourrissent seuls bye-bye, elle ne s'en occupe plus particulièrement.

    Pourquoi ça serait différent chez l'humain ?
    Et bien l'ensemble de notre vie sociale, et amoureuse/sexuelle/reproductive est différente. Un philosophe (Schopenhauer je crois) avait comme thèse que le comportement amoureux humain n'était déterminé que par la biologie (comme les animaux donc). Mais il y a 5 arguments qui viennent démentir (démolir en fait :d) cette idée (toi aussi recycle tes cours de philo) :
    -l'humain pratique le coït et la "parade" à tout moment de l'année, il n'y a pas de "période de reproduction"
    -le plaisir n'est pas centré sur les organes reproducteurs, tout le corps est potentiellement érotique, de plus le clitoris est situé à l'extérieur du vagin, la reproduction ne nécessite pas sa stimulation (il est """"""inutile"""""" à la reproduction)
    -l'érotisme "humain" passe forcément par l'imaginaire, la même caresse aura un effet différent sur un sujet selon que c'est l'amant, le parent ou un inconnu qui la donne
    -la variété immense de pratiques sexuelles (ça se passe de commentaire non ? Il n'y a pas UN comportement "typique" c'est culturel et individuel)
    -l'humain utilise des contraceptifs depuis "toujours", (plus ou moins efficaces, certes, mais dès l'Antiquité on utilisait certaines plantes, parfois le retrait, des pratiques sans pénétrations directes -j'ai des détails si vous voulez :d- etc.).

    Voila, voila, et puis il existe des sociétés matriarcales, des sociétés où l'on ne respecte pas les personnes âgées (les jeunes les rouent de coups à l'occasion, ou les laissent mourir). Il faut vraiment se rappeler que nos comportements sont surtout culturels...

    Personnellement je considère aussi qu'en tant qu'être humain, je dois respecter chacun de la même façon, qu'importe son sexe (ou sa position sociale ahem :stare:), enfin j'ai du mal à comprendre les comportements différents face à une femme ou un homme parfois, je comprends la culture etc, mais chez certains c'est pire qu'une habitude, c'est carrément de la c*nnerie pure et dure. (Bref désolée si j'ai mal compris tes questions, je suis un peu fatiguée, mais j'veux bien repasser si t'en a d'autres, ou que j'ai mal compris).

  • Lady-rainicorn
    Lady-rainicorn, Le samedi 16 février 2013 à 01h04

    irma-bud tu m'as fait me poser la question aussi parce que c'est un argument auquel j'avais jamais pensé non plus. Déjà est-ce qu'on a la preuve que tous les mammifères ont cette distinction des rôles ? Ensuite, si on dit que ces rôles sont culturels chez les humains pourquoi dirait-on que ce n'est pas culturel chez les animaux ? C'est vraiment intéressant d'y réfléchir et j'ai hâte de voir ce que les autres madmoizelles te diront pour y répondre.

    freakyzime je suis totalement d'accord avec ce que tu veux démontrer mais je le suis pas avec les arguments que tu proposes.
    L'homme se distingue des autres animaux je veux bien, mais comme toutes les espèces non ? En quoi l'homme se distingue plus des autres qu'une autre espèce de toutes les autres (dont l'homme)? La conscience et la raison sont des notion tellement anthropocentriques que je comprends pas comment on peut se demander si les autres animaux en ont ou pas.. Et l'inceste n'est pas du tout rare chez l'humain, toutes les sociétés le pratiquent mais posent les interdits sur des personnes différentes, pareil que chez les animaux, ils se reproduisent pas avec n'importe qui.

    Pour la différence au niveau du comportement amoureux je ne suis pas d'accord non plus, d'autres animaux ont des rapports sexuels pour le plaisir en dehors des périodes de reproduction (le dauphin par exemple), des comportement qu'on impute à l'espèce humaine sont aussi présents chez d'autres (la masturbation, l'utilisation d'objets) donc on a pas le monopole de la variété dans nos galipettes ! (l'imaginaire je vois pas comment on pourrait le savoir qu'il n'y a que nous, j'ai l'impression qu'on fait la même erreur quand on compare les humains et les autres animaux que quand on comparait les occidentaux avec les sociétés primitives).

    Je suis vraiment pas humaniste je crois que ça crève les yeux non :innocent: ?

  • Hoolahop
    Hoolahop, Le vendredi 3 mai 2013 à 18h55

    milk;3915816
    Mais...un peu de bon sens et on le savait déjà nan ? :shifty:
    Oui, justement moi j'attendais des démonstrations scientifiques là-dessus, pour enfin clouer le bec à ceux qui ne veulent pas y croire !

  • Sill
    Sill, Le vendredi 5 juillet 2013 à 04h50

    lady-rainicorn;3931163
    L'homme se distingue des autres animaux je veux bien, mais comme toutes les espèces non ? En quoi l'homme se distingue plus des autres qu'une autre espèce de toutes les autres (dont l'homme)? La conscience et la raison sont des notion tellement anthropocentriques que je comprends pas comment on peut se demander si les autres animaux en ont ou pas..

    Pour la différence au niveau du comportement amoureux je ne suis pas d'accord non plus, d'autres animaux ont des rapports sexuels pour le plaisir en dehors des périodes de reproduction (le dauphin par exemple), des comportement qu'on impute à l'espèce humaine sont aussi présents chez d'autres (la masturbation, l'utilisation d'objets) donc on a pas le monopole de la variété dans nos galipettes ! (l'imaginaire je vois pas comment on pourrait le savoir qu'il n'y a que nous, j'ai l'impression qu'on fait la même erreur quand on compare les humains et les autres animaux que quand on comparait les occidentaux avec les sociétés primitives).
    Complexe, tout ça ! Mais je vais répondre simplement : des études ont prouvé que le développement humain était "infini" (guillemets parce que pas sûre de l'entière justesse de mes propos). Les grands singes, par exemple, évoluent comme un être humain jusqu'à un certain âge, où le développement se bloque. Pour moi, c'est là que se situe la différence homme/animal. De plus la plupart du temps, les animaux sont "doués" dans un certain domaine, mais pas ailleurs, alors que l'homme peut apprendre différentes choses, une infinité de choses même je dirais.
    BREF, pour en revenir au débat central... (Je me perds avec tout ça...) Les humains sont (ou ont la possibilité) d'être différents des animaux. La femme n'a plus besoin de rester à la maison pour s'occuper des enfants, on a inventé la garderie! Et l'homme n'a plus besoin d'aller chasser, on a inventé la boucherie ! Quant au rôle du "mâle" dans l'éloignement des prédateurs : y'en a pu ! Et on a inventé la vie en communauté pour éviter les tuerie entre clans (avouez qu'c'est quand-même bien pratique). Par rapport à la séduction, ça me laisse un peu perplexe que ton opinion (@Irma Bud ) sur l'égalité homme/femme puisse être remise en question par le rôle de séduction de l'homme. Les femmes aussi séduisent chez l'humain, non?

    Pour répondre à @Hoolahop : que considères-tu comme des "preuves scientifiques"? Le monsieur (Harry Reis) a bien réalisé une étude scientifique, sur des gens, pour constater que les différences homme/femme n'était pas réelles si observées sur un grand nombre de personnes (13 000). Tu attendais des calculs et des prélèvements? ^^


    Sinon big up à ta signature @lady-rainicorn : le gras, c'est la vie ! :cheer:

    PS: Désolée pour le post de 6 pieds de long :puppyeyes:

  • Lady-rainicorn
    Lady-rainicorn, Le mercredi 10 juillet 2013 à 17h19

    @Silver_
    Je suis sceptique pour le coup que les humains auraient un développement infini, déjà parce qu'on sait bien qu'à partir de 20 ans notre nombre de neurones diminuent et on a plus de difficultés à apprendre de nouvelles choses lorsque l'on est adulte.
    En moyenne, les autres animaux peuvent effectuer moins de tâches complexes ou abstraites que nous (et encore) parce qu'ils n'auraient aucun intérêt à assimiler des tâches qui ne leur rapportent rien. Les tâches que l'on a appris à faire ne sont pas si différentes que les tours que l'on peut apprendre aux animaux et dont ils n'ont pas besoin à l'état naturel, il s'agit dans les deux cas d'un système de récompense (voir le behaviourisme). Il y a forcément des différences de capacités entre les espèces rien que déjà du fait de la taille du cerveau mais qu'est ce qui rendrait les humains différents de tous les autres ? Si c'est tant une question d'intelligence (encore une notion qu'on a défini arbitrairement pour nous valoriser), dans ce cas les déficients mentaux se rapprochent plus des animaux que nous ? Aussi l'exemple des enfants sauvages, je sais pas si tu as vu le film de Truffaut mais ce qu'on ne dit pas c'est que Victor n'a jamais réussi à faire plus de trucs qu'un perroquet et a même fini par régresser. Ce que les humains ont réussi à bâtir tient plus de l'émulation dans une société que d'une nature humaine supposée supérieure. C'est la même chose pour la plupart des autres animaux, ils apprennent avec leurs parents ou leur groupe des choses qu'ils n'auraient jamais appris tout seuls (se défendre, chasser..).

    Pour les exemples que tu as donné il me semble qu'ils sont tous réfutables, il s'agit plus d'exemples de solutions à un problème donné que d'invention miraculeuse imputée aux humains.

    -La garde des enfants (le fait que les adultes surveillent et s'occupent de la progéniture même si elle n'est pas la leur pendant que les parents font autre chose) existe chez beaucoup d'animaux, les singes, les mangoustes, les chats harets et sûrement des centaines d'autres. J'avais vu dans une émission sur Arte que c'était l'une des conditions pour que la vie en groupe soit stable.

    -Pour la boucherie, c'est juste un dérivé de l’élevage, il y a encore des gens qui doivent s'occuper des bêtes, la viande arrive pas toute prête dans les étals. Et l'élevage est aussi présent dans d'autres espèces, typiquement les fourmis qui élèvent des troupeaux de pucerons et cultivent des champignons. D'autant qu'il y a beaucoup de populations humaines qui vivent encore de la chasse ou la pêche, et ne sont pas moins intelligents ou humains que nous, c'est une question de choix selon les besoins de chaque population, d'adaptation à notre environnement.

    -Enfin les humains n'ont pas inventé la vie en communauté, il y a vraiment peu d'espèces qui arrivent à vivre en solitaire. Ce mode de vie permet de réduire les menaces extérieures mais est-ce qu'elle n'engendre pas plus de conflits ? Intérieurs aux groupes déjà mais aussi groupes contre groupes, les dégâts sont plus importants, cela marche pour tous les animaux (nous y compris).

    Même si on trouvait quelque chose caractéristique de la seule espèce humaine, en quoi cela signifierait qu'on est foncièrement différents des autres ? Nous n'avons pas la capacité de nous repérer grâce aux champs électromagnétiques, nous ne pouvons pas régénérer nos membres, ni communiquer par ultrasons, ni changer de sexe, alors que cela est possible pour d'autres, mais on voit bien que cela serait complètement arbitraire de les mettre à part des autres pour telle ou telle capacité ou mode d'adaptation.

    (désolée pour le pavé, j'aime bien débattre sur ce sujet parce qu'il me tient vraiment à cœur, je ne veux pas donner l'impression d'être agressive ^^ )

  • Hoolahop
    Hoolahop, Le dimanche 14 juillet 2013 à 04h16

    silver_;4228417
    Pour répondre à @Hoolahop  : que considères-tu comme des "preuves scientifiques"? Le monsieur (Harry Reis) a bien réalisé une étude scientifique, sur des gens, pour constater que les différences homme/femme n'était pas réelles si observées sur un grand nombre de personnes (13 000). Tu attendais des calculs et des prélèvements? ^^
    Bah je sais pas trop, mais du genre qui réponde enfin aux "les femmes ont un plus petit cerveau donc sont moins intelligentes" ou encore aux "les femelles portent et allaitent les petits, donc leur place est au foyer", quoi...
    Des trucs précis, en fait.
    (je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire, mais en même temps je ne peux pas les "inventer", ces fameuses preuves scientifiques...)

  • Sill
    Sill, Le lundi 15 juillet 2013 à 15h30

    @lady-rainicorn Pas de problème, c'est avec des pavés qu'on fait avancer le monde :p
    Mais justement, c'est aussi l'inutile qui distingue l'homme des animaux (mais quand je dis "distingue", je ne veux pas dire "rend supérieur", qu'on soit d'accord ^^ l'homme n'est rien sans les autres animaux, il fait partie d'un tout, mais il faut tout de même admettre qu'il est différent des autres espèces.).
    Ce que tu dis pour les enfants sauvages est vrai, mais quand je parle de l'Homme, c'est de la société humaine que je parle, pas de l'individu seul. Évidemment l'individu  isolé n'est rien, c'est la "société" qui forme l'Homme.
    Et je pense que tu as pris trop au pied de la lettre ce que j'ai dit (ou je me suis mal exprimée, plus probable ^^). Mais ce que je voulais dire, c'est que l'Homme n'est plus réduit à ses fonctions primaires grâces à des évolutions technologiques (là encore je ne suis pas sûre d'utiliser le vocabulaire approprié ^^'), que d'autres animaux ont aussi, par ailleurs. :)

    @Hoolahop On ne peut pas tellement apporter des preuves scientifiques pour réfuter des idées qui ne sont fonder que sur des clichés arriérés, sans appuis. ^^ Et c'est assez vague, parce que ce qu'il dit, en gros c'est que les comportements sociaux imputés à tel ou tel sexe ne sont en fait que construits, pas innés. (si j'ai bien compris?) Mais effectivement, des éléments plus précis aurait pus être utiles, notamment pour expliquer la chose à d'autres. ^^

  • Lady-rainicorn
    Lady-rainicorn, Le jeudi 1 août 2013 à 12h38

    @Silver_ Dac, je comprends mieux ton point de vue :happy:


    "il faut tout de même admettre qu'il est différent des autres espèces" Pourquoi ?? Je pense pas qu'on puisse trouver une raison qui justifie qu'on se mette tant à part.. Même sans se prétendre supérieurs aux autres, qu'est ce qui fait qu'on serait si différent des autres animaux?
    Je pense aussi qu'on est tout autant réduits à nos fonctions primaires, nos technologies (et celles des autres animaux comme tu le dis justement) nous facilitent la chose mais finalement on ne fait rien qui ne nous procure un plaisir ou qui ne répond pas à un besoin je crois.

  • Sill
    Sill, Le jeudi 22 août 2013 à 00h48

    lady-rainicorn;4276694
    @Silver_ Dac, je comprends mieux ton point de vue :happy:


    "il faut tout de même admettre qu'il est différent des autres espèces" Pourquoi ?? Je pense pas qu'on puisse trouver une raison qui justifie qu'on se mette tant à part.. Même sans se prétendre supérieurs aux autres, qu'est ce qui fait qu'on serait si différent des autres animaux?
    Je pense aussi qu'on est tout autant réduits à nos fonctions primaires, nos technologies (et celles des autres animaux comme tu le dis justement) nous facilitent la chose mais finalement on ne fait rien qui ne nous procure un plaisir ou qui ne répond pas à un besoin je crois.
    Ton commentaire me fait penser à une différence justement ^^ c'est que nous sommes capables d'inventer des besoins. On aurait du mal à se passer de nos technologies de nos jours, alors que nous n'en avons pas réellement besoin.

Lire l'intégralité des 38 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)