Hey Hey My My (Hey Hey My My)

On est bien là, non ? Toi je ne sais pas : tu es peut-être bien coincée dans un bureau à aligner des chiffres sur un tableau Excel. Mais moi, avec mon album de Hey Hey My My dans les oreilles, je suis bien. J’y trouve les condiments parfaits pour relever l’atmosphère quasi-estivale du moment. […]

Hey Hey My My (Hey Hey My My)

On est bien là, non ? Toi je ne sais pas : tu es peut-être bien coincée dans un bureau à aligner des chiffres sur un tableau Excel. Mais moi, avec mon album de Hey Hey My My dans les oreilles, je suis bien.

J’y trouve les condiments parfaits pour relever l’atmosphère quasi-estivale du moment. Tiens, hier, par exemple, j’ai pendu le linge une douce brise sur la peau et leurs mélodies délicates rendaient presque la tâche jouissive (précisons que ce jeu de mot subtil sur tache/tâche est involontaire..). Damned! : le chant des oiseaux qui perçait par-delà mes écouteurs se fondait à merveille dans leur folk fine.

Depuis que je l’ai entre les mains, je me passe et repasse le premier album de ce groupe français qui peut parfois rappeler un Belle and Sebastian ou un Grandaddy. Un groupe français, oui. Qui chante en anglais et mitonne une musique faussement limpide, belle à en avoir des frissons de plaisir.

Si toi aussi tu entres dans le terrier de Hey Hey My My, n’oublie pas de prêter l’oreille aux petites touches qui décorent chaque titre. Comme sur Morricone, avec ses coups à la porte, ses pseudo-bruits d’horloge, ses harmonies vocales et ses cordes calmes comme une balancelle plantée dans un après-midi d’été.

Que la beauté de la musique ne te détourne toutefois pas des textes : ce serait dommage de louper la fausse candeur de Your Eyes when We Kiss (Close your eyes when we kiss cause I don’t want you to see/That you’re not the one that I Miss/When I look at you with envy) ou l’humour de Don’t Sell Me Now (« Don’t Sell me now on the market place/You can use me anytime/Don’t sell me/I’m good for no master but mine »)

Je sais, je caquète beaucoup trop. Tu dois te dire que je pars une fois de plus dans un lyrisme un peu ridicule. Affirmatif. Mais je suis contente, vois-tu. Contente que cette musique ait croisé ma route. Or, moi quand je suis contente, je ne vomis pas : j’écris des tartines. Pour l’intérêt de tous, je vais toutefois conclure : si toi aussi tu es du genre ours grincheux/calimero/bourriquet, n’opte pas pour la voie médicamenteuse. Ecoute Hey Hey My My.

Leur page Myspace, où écouter Morricone, Too Much Space et quelques autres.
Leur site officiel

La vidéo de Too Much Space (certes pas la plus ensoleillée de l’album)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre au seul commentaire !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Poulerousse
    Poulerousse, Le 2 mai 2007 à 11h00

    Le premier album de Hey Hey My MY est tout simplement "Perfect"
    de la pop folk dynamique et entrainante dont on ne se lasse pas
    et les concerts, c'est le festival, des dates toujours des dates pour notre plus grand bonheur
    et en plus ils sont francais!!

Aller sur le forum pour lire le seul commentaire

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)