Petit guide de survie en cas de grève des transports

Les grèves de transports sont une des épreuves les plus difficiles de la vie citadine, alors, comment y survivre sans y laisser trop de plumes ?

Petit guide de survie en cas de grève des transports

Quand notre chère Société nationale des chemins de fer fait grève, ce n’est pas que c’est grave (en général) mais plutôt que c’est chiant.

Sur une échelle du petit mal de bidou à la gastro-entérite, les transports en grève, c’est plutôt du niveau « Oups, j’ai avalé des laxatifs sans faire exprès ». On sait qu’on va douiller, on ne sait juste pas encore à quel point.

Les images des gares lors de grèves ont de quoi traumatiser. On y voit des gens qui poussent pour entrer dans un train pendant que d’autres bataillent pour en sortir, et au milieu, d’autres encore sont tellement comprimés que s’ils lèvent leurs deux jambes ils ne tombent pas.

Ambiance. 

À lire aussi : J’ai testé pour vous… travailler à la SNCF

La grève, c’est l’occasion de faire une chouette partie de Tetris dans la vraie vie (savoir prendre la position la plus optimale dans un espace minuscule pour pouvoir entrer dans le train EST une qualité).

La grève, c’est aussi avoir l’aubaine de te faire travailler des capacités telles que la patience ou la découverte de l’instinct sauvage de chaque personne en apparence très normale.

Au-delà de ça, c’est aussi avoir l’aubaine de te faire travailler des capacités telles que la patience (prochain train dans 50 minutes) ou la découverte de l’instinct sauvage de chaque personne en apparence très normale (50 minutes à attendre un train, PAS MOYEN DE NE PAS FAIRE PARTIE DES ÉLU•eS QUI MONTENT DEDANS).

survie transports1Allégorie — Je suis le L bleu en bas à gauche.

Alors, comment survivre à une grève des transports ?

Les techniques pas très sympa pour se faire de la place

Les trains, on ne peut pas en faire venir davantage, même en priant très fort. Alors, quitte à devoir attendre, autant le faire dans de pas trop mauvaises conditions, genre assis•e ou avec le moins de personnes autour de soi.

  • Poser une main sur son ventre, prendre un air femme enceinte épanouie et dire « pardon »

Ambiance nique tes complexes : si tu as du ventre, autant qu’il soit utile. La technique de la femme enceinte est une belle manière de voler un siège tranquillou à des gens qui pensaient avoir accompli le miracle : dégoter une place assise dans le seul train passant cette heure-ci en cette journée maudite.

Si tu te sens mal, dis-toi que le karma les remerciera une autre fois… Et que toi tu vas prendre cher dans le futur.

Le conseil : La bière, ça fait gonfler rapidement.
La limite : Une femme enceinte qui sent la bière, c’est chelou.

  • Puer (fort)

Dans les cas de grèves de transports, le mal (le trop grand nombre de gens) vient de partout. Et si l’humanité peut s’adapter à de très nombreuses situations désagréables, la mauvaise odeur c’est quand même un truc que l’on fuit grave.

Alors pour éloigner le chaland, manger de l’ail ne suffit pas. Il faut chlinguer FORT et DE PARTOUT.

Il faut chlinguer FORT et DE PARTOUT.

J’ai ce souvenir fameux du jour où j’ai vu un carré assis où n’était posé qu’un seul type alors que le wagon était archi-bondé. Naïve que j’étais, j’ai décidé d’aller m’asseoir à côté. J’ai immédiatement regretté mon choix. Son odeur, c’était un mélange de choses que les urophobes, scatophobes et émétophobes n’auraient pas aimé sentir.

À lire aussi : Le parfumeur d’eau de douche, l’invention WTF du jour

Si ce monsieur semblait avoir oublié sa fierté aux toilettes (là où justement il n’était pas allé pour le reste), au moins il avait son carré à lui tout seul. OKLM.

Le conseil : Fais-toi caca dessus.
La limite : Au début ça tient chaud, après ça risque d’être désagréable.
La limite 2 : En vrai, un jour de grève, les gens seront sans doute prêts à voyager à proximité d’une mauvaise odeur. Ça risque donc, en plus, de faire passer un voyage encore pire à tous.

  • Appeler un faux médecin

Cette technique consiste à appeler un médecin imaginaire et à balancer dans la conversation entre deux quintes de toux « maladie grave », « ça se transmet super facilement » et « sang dans les selles ».

Le malaise général occasionné par la dernière information devrait être proportionnel à l’espace s’agrandissant autour de vous.

survivre transports 4

Le conseil : Pour en rajouter une couche, n’hésite pas à faire un petit jogging avant, histoire d’être tout•e transpirant•e.
La limite : Pour peu que les gens y croient trop et appellent les pompiers, ça peut virer en MALAISE VOYAGEUR. Et là, ça signifie encore plus de retard.

Les techniques de gens cool Raoul

Ou, quitte à baisser les bras face à cette situation, autant le faire bien.

  • Être patient•e et poli•e

Si tu n’as pas le choix, s’il faut attendre, il ne faut pas oublier que le seul train qui passe par ta gare est conduit par une personne qui ne fait PAS la grève. Il faut la CHOUCHOUTER.

Lui crier dessus (même intérieurement, peut-être que la télépathie existe), c’est lui donner une raison supplémentaire de rejoindre les autres le lendemain ou à la prochaine grève (sans doute après-demain).

Le conseil : Au lieu de ruminer, occupe-toi en écoutant par exemple des super podcasts de madmoiZelle !
La limite : Il n’y a pas de limites à la gentillesse ♥

big-ode-gentillesse

Est-ce que tu es heureux•se dans ta vie ?

L’ennui c’est nul, mais c’est surtout un truc auquel tu ne peux pas échapper dans ces moments-là. Alors profites-en pour faire le point sur la vie, ce que tu en attends, tes buts et tes réussites. Là, c’est un mauvais moment à passer, mais est-ce qu’habituellement tu kiffes tes journées ? Est-ce que tu es heureux•se dans ta vie ? Comment pourrais-tu l’améliorer ?

survie transport 2

Le conseil : Écoute-toi !
La limite : Compliqué d’avoir une pensée construite quand son corps est coincé entre une vitre et deux sacs à dos et qu’un mec parle de « maladie qui se transmet facilement » (il a bien lu le point d’avant).

À lire aussi : Lutter contre la mauvaise humeur en quelques conseils psychologiques

  • Deviens le/la sociologue d’une matinée (enfin, si tu arrives avant midi)

Elle est belle l’humanité, mais en temps de grève, c’est pas le moment où elle est la plus jolie.

Elle est belle l’humanité, mais en temps de grève, c’est pas le moment où elle est la plus jolie. C’est donc celui où il faut réussir à prendre du recul (si tu trouves la place) et à trouver un bel angle pour observer l’espèce humaine et son instinct prédateur de survie.

Le conseil : Gratte-toi le menton et note dans ton carnet des informations sur les gens autour de toi en soupirant des « Hmm… Intéressant… »
La limite : Elle sera atteinte quand tu te transformeras en animal en poussant tout le monde pour entrer dans le saint-wagon. Après tout, l’Homme est un animal.

Les techniques de fuite

La grève n’existe que si on lui donne cette occasion. Si on la fuit et regarde ailleurs, qui sait, elle pourrait disparaître ?

  • Négocier avec son employeur

Deux données sont à prendre en compte : une grève est annoncée plusieurs jours à l’avance. Si tu travailles dans un bureau, tu peux en général effectuer le même job depuis chez toi.

À partir de là, le plus compliqué est d’oser aller voir son boss et lui demander avec un grand sourire de pouvoir travailler en pyjama faire du télé-travail.

big-teletravail-cliches

Le conseil : Si vous ne demandez rien, vous n’aurez rien
La limite : Techniquement, ce n’est pas toujours possible.

  • Se faire porter pâle

Ayant grandi dans une famille où il est important de tout toujours faire dans les règles, j’ai connu cette expression d’hors-la-loi dans le jeu des Sims. Cela consiste à appeler son employeur ou son école et à lui faire croire qu’on est malade. Il faut aussi se rendre chez son médecin pour obtenir le graal, l’arrêt maladie.

survie transport 3L’école de la vie.

Le conseil : Avec ton employeur, essaie de caler les mots « maladie grave », « ça se transmet super facilement » et « sang dans les selles »
La limite : Un médecin, il sait quand tu es malade et quand tu ne l’es pas.

  • Tout plaquer, changer de vie et se casser en Thaïlande

Allez, prends ton courage à deux mains, ton sac à dos et casse-toi au loin. YOLO.

Et si cette grève n’était que la goutte d’eau qui faisait déborder le vase ? Et si elle était un signe du destin pour te pousser à te casser et à refaire ta vie au loin (genre dans un endroit où les grèves ne te toucheront pas) ? Allez, prends ton courage à deux mains, ton sac à dos et casse-toi au loin. YOLO.

Le conseil : Ne. Réfléchis. Pas.
La limite : Pour aller à l’aéroport, faut passer par les transports en grève.

big-voyager-travailler-pas-cher

Et toi, quels sont tes conseils de survie en cas de grève des transports ? Comment fais-tu pour vivre avec moins de peine ce moment nul ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Meligood
    Meligood, Le 1 avril 2016 à 7h39

    J'avoue que j'ai beaucoup de mal avec cet article... ça aurait été bien de mettre un encart "Renseignez-vous sur la grève et rejoignez le mouvement si le cœur vous en dit !"
    Parce que bon, on est quand même en pleine mobilisation contre la Loi travail... autrement dit, ça concerne tout le monde.
    On me dira peut-être que cet article ne concerne qu'une grève des transports mais sortir l'article le jour de la mobilisation contre la loi travail c'est... assez gonflé je trouve :/ (je ne sais pas comment le dire gentiment, désolée).
    J'ai l'impression que ça donne une image gentils travailleurs vs méchants grévistes tout pas ronrons. Peut-être que s'il y avait eu des articles sur la Loi travail et la mobilisation, j'aurais réagi différemment (mais peut-être y en a-t-il, il se peut que je sois passée à côté de l'article, c'est tout).

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)