Le gras et nous : réflexion sur notre rapport à la nourriture FAT

« Le gras, c'est la vie », comme disait l'autre. Une nouvelle enquête étudie notre rapport à la nourriture riche, celle qui donne juste envie d'une sieste de trois heures...

Qui n’a jamais eu d’envie dévorante de s’enfiler un paquet de chips ou une quantité phénoménale de guimauves ? Tout le monde est touché, au moins une fois dans sa vie, par une fringale irrépressible. Or, certaines études montrent que nos envies de sucré, de salé, de gras, de lourd, pourraient êtres liées à des facteurs tels que notre sexe, notre âge et notre condition sociale.

C’est ce que rapporte la revue spécialisée British Journal of Nutrition, dans une étude sur plus de 30 000 adultes français via le site Nutrinet Santé, qui constate que les hommes seraient plus souvent dans la team « gras et salé » alors que les femmes préféreraient le « gras et sucré ».

Moi devant cette étude.

Les femmes, notamment lorsqu’elles sont enceintes, se détourneraient de l’amer et du salé pour préférer le gras mais également le sucré. Les classes sociales les plus basses privilégieraient le gras encore plus que les classes sociales hautes, peut-être pour des raisons économiques : il est moins coûteux d’acheter des produits saturés de sucre et de gras en supermarché discount que de faire un tour à la Biocoop… Enfin, les jeunes auraient une attirance encore plus marquée pour le gras que les adultes ou les personnes âgées.

Selon Caroline Méjean, épidémiologiste ayant dirigé l’étude avec Aurélie Lampure (Inserm/Inra/Cnam/Université Paris XIII), l’attirance pour l’huile, le beurre et autres joyeusetés dépendrait également de l’exposition aux aliments gras : plus la consommation est grande, plus l’attirance (la dépendance?) le serait aussi. Faire des régimes ou manger sous le coup de l’émotion augmenterait le besoin de manger gras, tout comme le fait d’être fumeur ou de consommer régulièrement de l’alcool.

Comme le dirait Karadoc dans Kaamelott : « le gras, c’est la vie ! ». Sommes-nous donc destiné-e-s à nous soumettre à la dictature du gras, quel que soit notre profil de base ? C’est ce que suggère cette étude… Mais qu’en pensez-vous ?

Pour en savoir plus…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Léona B.
    Léona B., Le 2 octobre 2014 à 15h51

    Je suis en pleine phase "je fais attention si je veux pas me retrouver avec 15 kilos en trop comme il y a deux ans quand je ne mangeais que des burgers et des pizzas" et cet article est une torture :tears:

    Bon, je mange encore du fromage dans des quantités pas tellement tellement raisonnable ...
    (salut mini camembert
    à l'ail de ce weekend :hello:)

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)