Facs bloquées et réforme universitaire, t’en penses quoi ? Parlons-en !

Depuis plusieurs semaines, des étudiants bloquent leurs facs contre la réforme de l'enseignement supérieur. Juliette aimerait avoir ton avis sur la question ! Alors, est-ce que tu bloques ta fac ? Que penses-tu de cette nouvelle loi ?

facs-bloquees-appel-temoignages
Participe à notre appel à témoins « facs bloquées » !

Pour ou contre la loi ORE, et pourquoi ? Pour ou contre le blocage comme méthode de protestation, et pourquoi ? madmoiZelle te donne la parole, si tu veux la prendre !

Rendez-vous en fin d’article pour participer à notre appel à témoins sur le blocage des universités.

« Facs bloquées ! »

Tu as peut-être vu des banderoles avec ce slogan dans ta fac ou dans les médias.

Depuis plusieurs semaines, des facs en France sont bloquées : le campus de Tolbiac de la Sorbonne, l’Université Paul-Valéry de Montpellier, la faculté de Bordeaux…

Et voici que Sciences Po Paris a rejoint le mouvement, ce mercredi 18 avril.

La situation a été maintes fois médiatisée, à la télévision, à la radio, mais aussi sur les réseaux sociaux.

Ce qu’il faut savoir sur les facs bloquées

Comme l’explique très clairement Le Monde, le mouvement est né en contestation à la loi ORE (sur l’orientation et la réussite des étudiants) qui vise à réformer l’accès à l’enseignement supérieur, via un nouveau système de sélection. Je t’en ai parlé juste ici :

Adopté en février dernier, ce texte ne fait pas l’unanimité et des étudiant·es se sont mobilisé·es via des manifestations dans la rue mais aussi par le blocage des universités, suspendant les cours.

Les Décodeurs du Monde ont créé cette carte interactive pour répertorier les facultés bloquées en France, avec des dates et des informations de contexte :

Des directeurs d’universités, des recteurs mais aussi des élèves qui souhaitent reprendre les cours ont témoigné leur désaccord devant le blocage des facultés.

Le Monde est allé à la rencontre de ces étudiant·es qui tentent de se faire entendre. Un reportage à lire ici, accessibles aux abonnés.

Intervention dans les facs bloquées

À plusieurs reprises, des chefs d’établissements ont essayé de déloger les élèves dans les facultés en y envoyant les forces de l’ordre.

Lors de certaines interventions, des violences envers les élèves ont été constatées, notamment à Nanterre, le 9 avril dernier. Si tu souhaites comprendre pourquoi la police intervient sur les campus, Le Parisien en parle juste ici.

Les journaux Le Monde et Libération ont publié chacun leur récapitulatif sur la situation des facultés, des incidents survenus et sur les raisons de la mobilisation des étudiants.

Tu peux les lire en cliquant ici pour Le Monde et là pour Libération.

Pendant ce temps, la question des examens se pose. Si le Premier ministre a assuré qu’ils auront lieu quoiqu’il advienne, pour le moment des facultés ont reporté les contrôles de fin d’année.

Un débat sur de possibles examens en ligne suggérés par la ministre de l’Enseignement Supérieur est en cours.

Appel à témoins sur le blocage des facs

Bon, voilà pour le contexte ! Maintenant, moi j’ai besoin de savoir si TOI, qui lis cet article, tu as un avis sur tout cela.

Tu es étudiant·e ou lycéen·ne et tu souhaites me parler du blocus des facs ?

Alors, je t’invite humblement à t’inspirer des questions ci-dessous pour guider ton témoignage (ce n’est pas obligatoire bien entendu !).

Ton témoignage restera anonyme si tu le souhaites. Dans ce cas, signale-le bien dans ton message.

  • Présente-toi en quelques mots : âge, niveau d’études et formation.
  • qu’as-tu à dire sur la loi de réforme à l’accès à l’université ?
  • quelles sont tes revendications, tes remarques, tes aspirations ? (que tu sois mobilisé·e ou non !)
  • Participes-tu au blocus de ta fac ? Depuis quand ?
  • Comment se passe une journée dans ta fac bloquée ?
  • Selon toi, pourquoi avoir recours au blocage des facs ?
  • Que penses-tu de cette méthode ? Es-tu pour le blocage, contre ou sans avis ? Pourquoi ?
  • Si tu ne bloques pas : essaies-tu de lutter contre le blocage ? Pourquoi /comment ?
  • Si tu ne bloques pas : à quoi ressemble ton quotidien depuis le blocus des facs ?

Envoie-moi tes réponses/ ton texte dans un mail à
jaifaitca [at] madmoizelle.com
avec l’objet
« facs bloquées ».

Je compte sur toi !

À lire aussi : Trois idées d’améliorations pour construire la fac du futur

JulietteGee


Tous ses articles

Commentaires
  • Let_Them_Eat_Cake
    Let_Them_Eat_Cake, Le 25 avril 2018 à 10h13

    Alors désolé mais je vais aller à l’encontre de la plupart des avis d’ici.
    Bloquer la fac ne sert à rien. Se réveiller maintenant alors que la loi est votée depuis février c’est un peu du foutage de gueule non? Il aurait fallu le faire avant, pas faire comme ma fac (Paris 3) à une semaine des partiels et prenant tout le monde par surprise.
    On en parle du côté complètement anti-démocratique et illégale de la chose? Dans ma fac ils étaient 50 en AG à voter pour le blocus. Sur ces 50, presque 75% venaient de Paris 1 ou de l’extérieur de la fac. Cette AG n’a pas été communiqué aux autres élèves, donc c’est très mal passé de voir qu’ils ont décidés pour 12000 personnes. Une autre AG a été faite le jour du début du blocus, et là encore un festival de non démocratie. Ils ont réussi à ameuter les bloqueurs des autres facs (surtout Tolbiac) pour appuyer leurs propos. J’ai vu des gens qui clairement ne faisaient pas partis de la fac menacer ceux qui protestaient contre le blocus. Le vote à main levée on en parle?? Le vote trafiqué où les contre blocus devaient prouver qu’ils faisaient partie de Paris 3 mais Les pro blocus non?
    La deuxième AG on a montés un collectif contre le blocus. On a préparés nos arguments, on a préparés des discours. On est arrivés à la fac et direct on a été menacés. Des gentes (et là honnêtement mais toujours le même genre: type punk, crâne rasé, mode anarchiste à fond, avec le chien à côté) ont commencés à nous traiter de facho, de suceurs de Marine Le Pen. On nous a crachés dessus. Nous n’étions qu’assis en train de discuter en attendant le début de l’AG. D’ailleurs, nous n’avons jamais pu nous exprimer lors de l’AG. Le seul anti blocus s’est fait huer malgré les règles qui empêchaient de le faire, et ensuite quand on demandait à s’inscrire sur la liste on nous disait « ah bah non ». Par contre le combat de Vincent, 55 ans, cheminot, qui préside toutes les AG de Paris 3 on se demande pourquoi il est là. Parler de la lutte des personnes handicapée à la fac oui c’est important mais les empêcher de venir étudier à la BU parce qu’ils bloquent le seul ascenseur c’est hypocrite.
    Nous envoyer un groupe de mecs venir nous tabasser alors que nous sommes partis de la fac durant l’AG face à toute cette hypocrisie (nous sommes partis en silence en plus, mais forcément 200 personnes qui s’en vont silencieusement ça se voit) c’est démocratique peut-être?
    Mais ça personne n’en parle, aucun média. Nous avons fait une lettre ouverte qu’on a diffusés, on a envoyés ça aux médias mais tout le monde s’en fout de ceux qui veulent juste étudier, ceux qui veulent juste passer leurs partiels.
    Là perso j’ai un rattrapage en juin à passer. C’est con, j’ai eu 9,55/20 de moyenne au S3, mon S4 ayant été validé l’année dernière. Je suis acceptée dans deux grandes écoles, celles de mes rêves, sous condition de valider mon S3. Je fais comment si je ne peux pas passer mes rattrapages ou si on me dit d’attendre septembre? Je retape une année encore? Je laisse mon rêve partir aux oubliettes parce que « se battre pour le futur est plus important »?
    On en parle du fait que les « témoins » du blessé grave à Tolbiac aient avouer avoir menti? Que leurs versions ne collent pas entre elles?
    Tolbiac c’était mon ancienne fac. Impossible d’y étudier correctement avec les gentes de l’extrême gauche qui perturbaient les cours sans cesse, bloquant la fac pour tout et pour rien. Pas un jour ne se passait sans qu’on vienne interrompre un cours pour gueuler « libérez la Palestine! » ok c’est cool mais concrement le rapport avec mon cours d’histoire romaine stp?
    J’ai deux trois potes qui faisaient parti des bloqueurs, ils m’ont avoués que les CRS avaient été plutôt pacifiques, certains mème allant jusqu’a discuter avec les étudiants. Mais que ça faisait mauvaise presse de l’avouer, alors dire des mensonges c’était mieux et ça leur donnait de la crédibilité.
    Donc avant de gober les médias d’extrême gauche et les « on dit », renseignez vous un peu. Il n’y a pas que sur les journaux de droite qu’il faut taper. C’est fou cette tendance de critiquer quand ça vient de droite alors que l’extrême gauche (dont c’est le cas pour la plupart des bloqueurs) peut être, voire est, tout aussi dangereuse

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!