L’épilation, est-ce vraiment plus « hygiénique » ?

Dès que l'on parle poils et épilation (éternel débat depuis la mode du corps tout lisse) le mot « hygiène » arrive très rapidement. Petite mise au point.

L’épilation, est-ce vraiment plus « hygiénique » ?

Alors, sont-ils sales, les poils ? Au niveau des aisselles, la question est bien sûr celle de la sueur. Contrairement à ce que beaucoup pensent, être poilu-e ne fait pas transpirer davantage. Les poils peuvent retenir l’humidité, mais ne favorisent pas forcément les odeurs, puisque celles-ci sont dues à des bactéries.

« Tant que vous vous lavez tous les jours, ça ne change rien », assure Eliane, dermatologue. « La transpiration dépend davantage de la personne que du fait d’être épilé-e ou non. J’ai même eu des patientes que j’avais épilées au laser et qui me disaient transpirer davantage depuis. »

Beaucoup de femmes et de plus en plus d’hommes aiment s’épiler les aisselles, notamment lorsqu’ils/elles font du sport ou lorsqu’il fait très chaud. C’est une question de confort plus que d’hygiène, sous réserve de se laver régulièrement.

L’épilation du maillot, dans le collimateur des gynécologues

Si l’épilation des aisselles indiffère les médecins, ce n’est pas le cas de celle du maillot. À cet endroit, la peau plus sensible serait particulièrement vulnérables aux micro-agressions ? et ce quelle que soit la méthode utilisée pour enlever les poils.

Chacun-e sa méthode, donc

Les mycoses font partie des conséquences les plus répandues mais les risques vont jusqu’à des maladies sexuellement transmissibles plus graves. Depuis plusieurs années, les études inquiétantes s’accumulent. Emily Gibson, directrice du centre de recherche sur la santé de Washington, dénonçait déjà l’épilation du maillot en 2012 :

« Lorsque l’irritation est combinée à l’environnement chaud et humide des organes génitaux, on a un milieu de culture parfait pour certaines des plus méchantes bactéries pathogènes. »

Parmi les risques potentiels, Emily Gibson évoque l’herpès, le staphylocoque doré, des abcès… Quant au dermatologue français François Desruelles, il accuse l’épilation de favoriser le molluscum contagiosum, une lésion épidermique contagieuse que vous n’avez surtout pas envie de googler si vous êtes en train de manger.

Une question de mesure

Au niveau du maillot, des aisselles ou d’autres parties du corps, l’important est comme d’habitude de rester mesuré-e.

Être nickel en permanence, même dans les toilettes du restau…

« L’épilation pose problème lorsqu’elle est trop fréquente », explique Eliane. « Aujourd’hui il faut être nickel en permanence donc les femmes vont avoir tendance à s’épiler dès qu’il y a une petite repousse. Cela peut entraîner des irritations, comme si vous vous frottiez la peau pendant plusieurs minutes d’affilée. »

Selon elle aucune méthode n’est préférable au niveau de la santé ? que ce soit la cire, l’épilateur, le rasoir ou la crème ? sauf peut-être le laser, qu’elle pratique. Si l’épilation (ou son absence) reste bien sûr du domaine du choix, pensez donc à donner à votre peau de petits breaks pour éviter les irritations !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 125 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Luully
    Luully, Le 10 février 2016 à 17h36

    Madmoizelle a de nouveau partagé l'article, donc j'en profite pour vous suggérer cette super web-série sur l'histoire du poil dans nos sociétés :
    http://creative.arte.tv/fr/poilorama

Lire l'intégralité des 125 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)