Blanche Gardin tacle superbement Roman Polanski, avec son flegme habituel

Par  |  | 15 Commentaires

Blanche Gardin a profité de son passage à la 29ème Nuit des Molières pour adresser un mot à ceux et celles qui défendent Roman Polanski en « séparant l'homme de l'artiste ». Magistral.

Blanche Gardin tacle superbement Roman Polanski, avec son flegme habituel

— J’adorais être sur scène avec mes petits camarades, surtout parce que pendant qu’on était sur scène le metteur en scène pouvait pas nous toucher. C’était un metteur en scène génial par ailleurs, hein, il faut savoir séparer l’homme de l’artiste.

Ces mots en forme de pavé dans la mare ont été prononcés par la formidable Blanche Gardin sur le plateau de la 29ème Nuit des Molières. Et sans qu’elle n’ait à prononcer le moindre nom, tout le monde a su à qui elle faisait référence.

Blanche Gardin tacle Roman Polanski

Blanche Gardin remarque :

— C’est bizarre que cette indulgence s’applique seulement aux artistes. On dit pas, par exemple, d’un boulanger : « c’est vrai, il viole un peu des gosses dans le fournil, mais il fait quand même une baguette extraordinaire ».

Par ces mots, Blanche Gardin met un bon taquet aux gens qui continuent à soutenir des agresseurs sous prétexte qu’ils sont doués dans leur domaine.

On pense à Roman Polanski, évidemment. Ou encore à Woody Allen, ciblé par une vanne de Laurent Lafitte lors des César 2016 — même si le présentateur s’était défendu de toute velléité politique dans sa remarque.

Rappelons que Roman Polanski devait être le Président des César 2017, avant que la colère du grand public ne mène les organisateurs à revenir sur cette décision.

Roman Polanski, coupable d’agression sexuelle

Roman Polanski a plaidé coupable lorsqu’il a été accusé de relations sexuelles avec une mineure : une pénétration anale forcée sur Samantha Gailey, à l’époque âgée de 13 ans, qu’il avait préalablement fait boire et prendre de la drogue.

Reconnu coupable, il a fui les États-Unis et se trouve sous le coup d’un mandat d’arrêt international.

De nombreuses personnalités du monde artistique, dont Frédéric Mitterrand, ancien Ministre de la Culture, défendent Roman Polanski.

Pourtant, le talent ne place personne au-dessus des lois. Comme le rappelle Blanche Gardin, dans aucun autre domaine d’activité on exempte une personne coupable de ses actes au motif qu’elle « exerce très bien son métier ».

Alors pourquoi agirait-on différemment avec les stars du 7ème Art ? La comédienne, actuellement à l’affiche de Problemos, a osé poser la question sur scène. Et je trouve ça salutaire.

À lire aussi : Je veux comprendre… la culture du viol

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
Forum Facebook
  • Akkan
    Akkan, Le 31 mai 2017 à 11h06

    BurrHurr
    Je ne sais pas si c'est la raison, mais au Québec pénalement tout s'englobe dans "agression sexuelles" que se soit attouchement, baiser, pénétration, etc. Alors peut-être que c'est de même pour les US d'où le terme emprunter. ;)

    Voir la pièce jointe 115023
    (source : http://www.agressionssexuelles.gouv.qc.ca/fr/)
    En faite, si je ne me trompe pas, il a été condamné "juste" pour agression sexuel.
    Je dis "juste" parce que quand on viole, une mineur, après l'avoir drogué et alcoolisé ça fait peu.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!