Awkward Years Project – Le Tumblr du Moment

Akward Years Project est le Tumblr extraordinaire lancé par Merilee Allred, où les gens ressortent des photos de leur période pas cool.

Que celles qui ont de quoi remplir le Placard de la Honte lèvent le doigt ! Et que celles qui n’ont rien à y mettre arrêtent de faire les grosses menteuses et suivent le pas. Quel que soit ton âge et ton physique actuel, il y a sûrement des années de ta vie où ton look a été si hasardeux que tu songes à brûler au charbon tous les clichés de l’époque avant d’aller les jeter dans l’océan Arctique à la pleine lune.

C’est le constat qu’a fait Merilee Allred, une jeune designer graphique américaine basée à Salt Lake City aux États-Unis. Sauf qu’au lieu d’enfouir dans une cave les preuves de ses échecs modesques passés, Merilee a lancé le Tumblr Awkward Years Project. Sur celui-ci, elle propose de ressortir les clichés les plus craignos de nos jeunes années pour les confronter à l’image des personnes fantastiques que nous sommes devenues (ce n’est pas ma pomme qui le dit, mais elle-même).

Que tu aies eu un physique pas moche mais pas facile comme celui de Thérèse, des bagues d’orthondontie à la Sourire d’Enfer, des hublots en guise de lunettes ou des fringues totalement dépassées, Merilee te propose donc de venir faire ton catharsis sur son Tumblr et de brandir fièrement cette photo qui te faisait baliser il y a encore quelques années.

En intro du projet, Merilee explique d’où lui est venue cette idée et tout l’amour et le bonheur qu’elle souhaite apporter aux gens qui, comme elle, ont galéré physiquement par le passé :

«Je voulais commencer un projet qui mette l’accent sur nos années difficiles. L’idée a surgi lors d’une conversation que j’ai eue avec une bonne amie que j’ai rencontrée il y a quelques années maintenant. Elle n’était pas convaincue par le fait que j’aie eu des années embarrassantes, mais elle ne me connaissait pas avant ! Entre mes 8 et mes 13 ans, j’étais la reine des binoclardes. Même si j’étais une fashion victim de la fin des années 1980, je n’avais pas la moindre idée de comment coiffer mes cheveux et je n’avais pas l’argent pour acheter les dernières tendances. Je devais porter des lunettes à cause de ma faible vue. Et j’étais très dégingandée et timide. Malheureusement, en conséquence, je me faisais persécuter. Si ce n’était pas parce que j’étais squelettique, c’était à cause de mon côté binoclarde ou de mes vêtements démodés. Je suis rentrée plus d’une fois en pleurant à la maison. En particulier après être allée aux cours de danse obligatoires et qu’on ne m’ait pas invitée à danser alors que sur la ligne de touche, je voyais mes amies jolies se faire inviter. Par chance, je m’en suis tirée vers mes 14 ans, grâce au soutien et à l’amour de mes parents et à mes quelques amis proches.

De toute façon, puisque mon amie voulait voir une « preuve » de mon passé embarrassant, je lui ai envoyé une photo. Mais je lui ai fait promettre de ne la montrer à personne. Je me rends compte que la photo a été prise il y a plus de 20 ans, mais le passé m’affecte encore. Vous savez, cette mentalité des gens obèses qui ont perdu énormément de poids mais qui se voient encore comme des gros ? C’est comme ça que je me sens. J’ai peut-être l’air normale maintenant, mais je me vois encore comme une binoclarde maladroite. J’ai voulu prendre une photo de moi là maintenant, comme si je devais tenir la main de mon moi de mes onze ans avant de la donner à mon amie.

Ça a déclenché cette idée. Pourquoi ne pas montrer un avant et après ? Je me sentirais fière de montrer où j’en suis arrivée. Et pourquoi ne pas élargir ça à la famille, aux amis et aux inconnus ? Nous avons tous connu ces années difficiles d’une façon ou d’une autre. Que ce soit avec des appareils dentaires, des boutons d’acné, des grosses lunettes, une coupe de cheveux affreuse, ou parce que nous avons été victime d’une mode terrible, nous pouvons tou-te-s nous souvenir d’au moins une photo particulièrement incriminante. J’en ai plusieurs ! Je montrerai plus de moi-même au fur et à mesure. D’une certaine façon, c’est très cicatrisant pour moi.

Voilà où nous en sommes aujourd’hui. Mon but est de rendre ce blog amusant. Je veux que les gens soient fiers de ce qu’ils sont devenus. Je veux que les jeunes, particulièrement ceux qui traversent une période difficile, sachent qu’ils sont des personnes formidables en construction. Je veux leur montrer que leurs vies ne font que commencer, leur montrer leur potentiel, et ne pas laisser les moqueries les atteindre. Ce sont les différences qui nous distinguent de tous les autres et nous devrions les célébrer. Tout plein de bonnes choses sont en réserve pour chacun de nous. Je veux que ce blog montre les « suites » pour mes sujets, et pas seulement comment ils ont survécu à leurs années difficiles, mais à quel point ils sont devenus des personnes formidables ! »

Le Tumblr ne fait que débuter mais il a été super bien accueilli pour l’instant. Ça a pas mal rassuré Merilee qui a avoué au Huffington Post qu’elle craignait les réactions des gens en lançant Awkard Years Project.

Certains témoignages sont particulièrement touchants et ont de quoi te filer la larmichette. En particulier celui de son amie Autumn, qui parle du harcèlement scolaire qu’elle a subi l’année de ses 13 ans.

« Pour être parfaitement exhaustive sur ma vie et sur ce qui m’amène à cette photo, j’ai porté un appareil orthopédique, mon prof de primaire a fait marcher toute l’école en pigeon d’un bout à l’autre du hall pour se moquer de moi, j’ai porté un cache-oeil à l’école élémentaire et des appareils dentaires et un harnais. Comme vous pouvez le voir sur la photo, j’étais aussi rondelette. Mon sens de la mode était pratiquement inexistant et c’était difficile d’être bien dans ma tête au milieu de mes pairs. En grande partie parce que j’étais harcelée sans relâche pour toutes mes imperfections, non seulement par mes camarades mais aussi par mon professeur. »

Autumn est maintenant une meuf totalement épanouie, qui bosse comme manager en communication et écrivain, mais comme beaucoup de victimes de moqueries, elle est encore fragile.

« Je me suis fait de très bons amis au lycée, mais la gaucherie de mes jeunes années n’a jamais été oubliée parmi mes camarades les plus populaires. Regarder cette photo soulève beaucoup d’émotions chez moi. Beaucoup de tristesse à propos de la façon dont j’ai été traitée et de ce que j’ai traversé. Mais aussi de la fierté, parce que je m’en suis sortie et le résultat n’est pas si mal. »

Bref, si tu as un peu de mal à niquer tes complexes du moment ou du passé, Awkward Years Project est un joli projet pour te remettre de la pommade toute douce et des paillettes sur le coeur. Dans le même genre, n’hésite pas à participer à Ils avaient tort, le génial Tumblr lancé cette année par une madmoiZelle pour lutter contre le harcèlement en tout genre.

Big up
Viens apporter ta pierre aux 10 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • MamieCaro
    MamieCaro, Le 25 juillet 2013 à 21h14

    fab;4263747
    Mais... en fait c'est pas juste aussi "simple" qu'un Placard de la Honte, ce truc ? Pourquoi y voir du négatif ?
    Ben, je n'ai jamais été très fan du concept du Placard de la Honte, mais pour le peu que j'en ai vu du Placard, l'idée est plutôt de revenir sur un style vestimentaire que l'on trouve, rétrospectivement, moche et ringard.

    Dans ce tumblr, le côté avant/après est gerbant, car il y a le côté "avant, j'étais grosse, mal coiffée [avec en plus la notion de cheveux pas lissés qui pue un poil le racisme], mais maintenant, ça va mieux" qui fleure bon le "j'ai maintenant une apparence plus acceptable aux yeux de la société".

    Autant le Placard de la Honte, c'est "j'ai changé de goûts vestimentaires, et j'en suis bien content-e", autant dans ce tumblr, il y a un vieux relent de "les autres se moquaient de moi, mais heureusement, je m'en suis sortie en modifiant mon apparence physique, et maintenant que je suis conforme aux canons de beauté de la société, je suis épanoui-e".

    Comme je le disais plus haut, le témoignage de la fille qui a changé de style vestimentaire parce que les autres se moquaient d'elle me déprime profondément. Au lieu de remettre en cause le comportement des autres, elle a préféré changer sa façon de s'habiller. Ce qui peut se comprendre, et probablement qu'au final, elle appréciait son nouveau style, mais de présenter ça comme une victoire, comme un épanouissement, ça sous-entend que les autres avaient raison de se moquer, et que c'est justement grâce à ces moqueries qu'elle est mieux dans sa peau aujourd'hui.

    Loin de moi l'idée de critiquer celles et ceux qui sont sortis d'une période difficile de leur enfance ou adolescence en se conformant à la mode ou à ce qui était vu comme acceptable par leurs camarades. Mais l'idée de présenter ça comme une victoire personnelle... je trouve ça plus que douteux.

    EDIT : et même le texte qui accompagne la photo du mec me rend perplexe... "He had so many good “bad" pictures, it was hard to pick the worst!" Sérieusement, c'est la pire qu'ils aient trouvé ? Avec un bouc, une casquette et une chemise en jean ? "He was still a cute nerdy cowboy but now he’s a handsome photographer and gourmet chef!" Donc, être un "nerdy cowboy", c'est vraiment le pire du pire, alors qu'être un photographe et chef cuisinier, c'est quand même beaucoup mieux. Vous reprendrez bien une petite louche de classisme ?

Lire l'intégralité des 10 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)