Le désamour politique de la jeunesse, selon Alison Wheeler

Alison Wheeler a fait le point sur son orientation politique face à Benoit Hamon, dans le Grand Journal. Une météo qui donne la température de l’engagement politique des jeunes en France...

Benoit Hamon était l’invité du Grand Journal, jeudi 4 juin, pour répondre à cette question paradoxale :

« Le PS est-il de droite ? »

Bon. Je m’étonne qu’on puisse poser un débat en ces termes, et s’étonner en parallèle du désintérêt des jeunes pour la politique et plus particulièrement des élections.

Pour exprimer le fond de ma pensée plus clairement, au risque de paraître cavalière : eh les gars, on s’en tamponne le coquillard de savoir si vous êtes « de droite » ou « de gauche », on voudrait savoir si vous avez bien conscience de la réalité du terrain, de ce que les gens vivent au quotidien, et quelles sont les solutions que vous avez à nous proposer, à court, à moyen et à long terme.

J’achète mes paquets de pâte en fonction de la marque, mais je ne mets pas un bulletin dans l’urne en fonction de l’étiquette. Vous devriez donc passer un poil plus de temps à diversifier vos propositions, et investir moins d’efforts à soigner vos étiquettes : on s’en moque assez. Cordialement.

À lire aussi : Entre FN et abstention, la révolte pantouflarde de la jeunesse française

Le « Urne out » d’Alison Wheeler

La météo d’Alison Wheeler est, comme à son habitude, une excellente combinaison d’humour finement tissé de piques pertinentes, principalement dirigées contre les utopies de gauche, et la déception Bayrou (qui a perdu l’intégralité de mon estime en se prononçant « pour l’interdiction des smartphones » en réaction à l’affaire du collège Montaigne. On est au top.)

« J’ai le bulletin hésitant »

Difficile donc d’avoir une conviction politique quand les choix proposés sont aussi peu attrayants, autant en décalage par rapport à nos préoccupations, et surtout, quand on a le sentiment d’être les dindons de la farce électorale…

À lire aussi : Les élections européennes 2014 en France — Tour d’horizon

« J’ai donc pris le parti d’attendre que la politique me fasse à nouveau rêver » conclut Alison Wheeler, et je me dis qu’elle est loin d’être la seule dans ce cas…

Et toi, que t’inspire cette chronique ? Pour qui ou pour quoi irais-tu à nouveau voter ? Quels sont les sujets qui manquent à l’agenda politique selon toi ?

Viens en parler dans les commentaires !

À lire aussi : Top 10 des mauvaises raisons de ne pas voter

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 10 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Métempsycose
    Métempsycose, Le 6 juin 2015 à 11h32

    @alita99 oui oui mais disons que ce qu'elle soutient m'a un peu fait penser à ça, je sors un peu du sujet initial aussi parce que c'est vraiment quelque chose qui m'énerve. Moi j'ai plutôt compris qu'elle soutenait ceux qui ne votaient pas, peu importe la raison qu'on met derrière :hesite:

Lire l'intégralité des 10 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)