J’ai lancé ma start-up pour sauvegarder le patrimoine de ma région

Alexia a lancé ACTIZZY avec Arnaud, une plateforme de réservation d'activités et de loisirs dans le Hauts-de-France avec comme mission citoyenne, la restauration du patrimoine !

J’ai lancé ma start-up pour sauvegarder le patrimoine de ma région

Je m’appelle Alexia, j’ai 24 ans et j’ai co-fondé ACTIZZY avec Arnaud, qui a 26 ans.

L’équipe derrière ACTIZZY

Nous sommes tous les deux originaire de Compiègne en Picardie. C’est là-bas qu’on s’est rencontrés, au lycée.

Avant de bosser à temps plein sur ACTIZZY, j’ai fait une formation en management international et marketing. Quant à Arnaud, il a décroché un master en marketing digital.

Sauter en parachute dans les Hauts-de-France

Pour mes 18 ans, j’ai voulu faire un saut en parachute.

J’ai cherché sur internet et j’ai eu un mal à fou à trouver des informations sur des activités de ce genre dans la région des Hauts-de-France.

Il y avait plein de différents sites avec des détails différents, des prix différents… C’était un véritable casse-tête de réserver et de comparer les tarifs.

Plus tard, j’ai aussi voulu prendre des cours d’oenologie. Pareil que pour le saut en parachute, de prime abord je ne savais pas vers quel site me tourner ni quelle plateforme je pouvais solliciter.

Ensuite, j’ai trouvé que les sites n’étaient pas optimisés, et ma recherche a pris beaucoup de temps.

L’idée d’ACTIZZY qui germe doucement

C’est là que j’ai eu l’idée de créer une plateforme qui permettrait de réserver des activités plus facilement, en centralisant ce qui est proposée dans la région.

Alors j’ai proposé le projet à Arnaud et nous nous sommes lancés.

J’ai choisi d »en discuter avec lui parce qu’on s’entend bien tous les deux. Je sais que nous avons les mêmes envies niveau vie professionnelle, que nous partageons la même vision de l’entreprise.

En parlant ensemble, on s’est rendu compte qu’on avait en commun cette difficulté trouver de activités à faire le week-end dans les Hauts-de-France. On tournait vite en rond.

La naissance d’ACTIZZY, la plateforme pour sortir dans le Hauts-de-France

ACTIZZY est né récemment. Cela fait un an et demi que je bosse dessus.

Mais depuis septembre, Arnaud et moi sommes à 100% sur le projet. Nous avons fini nos études vers l’été 2018 et cet automne, quand nos contrats d’alternance se sont terminés, on a enfin pris le temps de se consacrer plus amplement à ACTIZZY.

Réserver plein d’activités diverses sur ACTIZZY

ACTIZZY est donc un site de réservation d’activités dans les Hauts-de-France. Il est possible de chercher des activités culturelles, sportives et gastronomiques.

Les internautes pourront réserver une sortie au musée, un cours de sport, de pâtisserie, de yoga ou des visites d’un château de la région. Le but est d’élargir le plus possible le catalogue d’activités pour rendre la plateforme la plus diversifiée possible.

En plus de donner l’occasion à toutes et tous de réserver une activité plus facilement, nous voulons aussi mettre en avant la région des Hauts-de-France.

Donner de la visibilité aux activités dans le Nord de la France

Peu de gens le savent, mais il existe une multitude de choses à faire et à découvrir dans cette région du Nord de la France.

Le problème, c’est que les personnes ne parviennent pas à s’informer.

Avec ACTIZZY, nous avons à cœur de promouvoir l’activité touristique, culturelle ainsi que le patrimoine du Nord, du Pas-de-Calais et de la Picardie. À terme, cela permettra de le sauvegarder du mieux possible.

C’est une des missions que nous nous sommes données en lançant ACTIZZY.

ACTIZZY, acteur de la sauvegarde du patrimoine français

Dans les Hauts-de-France, mais aussi dans toute la France de manière plus globale, une partie du patrimoine est en perdition.

Certes, le gouvernement tente de trouver des solutions à cela. Avec par exemple la mission Stéphane Bern qui doit recenser le patrimoine en déperdition et le financer.

Mais la tâche s’annonce monumentale : pour rénover l’ensemble du patrimoine en France, il faudrait investir 2,5 milliards d’euros…

Le patrimoine, une empreinte culturelle importante

J’ai voyagé dans le monde entier. J’ai vécu en Inde pendant un an. J’ai été un peu partout, en Amérique du Sud, en Chine, au Népal, au Sri Lanka et au Kenya.

J’ai remarqué que, partout, quand j’évoque la France, on envie ses châteaux, ses monuments, sa cuisine…

Un potentiel culturel immense que défend ACTIZZY

La France possède un potentiel énorme au niveau du  patrimoine. Parlons, tiens, du nombre de châteaux magnifiques, de toutes les époques, qui peuplent ses régions !

Dans l’Oise par exemple, il y a le Palais de Compiègne, classé aux monuments historiques depuis 1994. Là-bas, on peut y voir un jardin magnifique qui n’a rien à envier aux Tuileries !

On ne mesure pas assez la richesse historique que la France abrite…

Protéger la valeur du patrimoine

Notre patrimoine représente des milliers d’années de notre Histoire, il est d’une diversité incroyable. Et il est en déperdition, c’est malheureux.

Avec ACTIZZY, on souhaite faire de la restauration du patrimoine un acte citoyen, accessible à toutes et à tous.

Parce que préserver cette Histoire et cette culture, c’est préserver la beauté de ce pays.

Les Hauts-de-France sont une super région. Nous souhaitons vraiment mettre en avant son patrimoine et toutes les ressources dont elle regorge.

Cela prend du temps de dynamiser la zone autour d’activités culturelles, mais on veut essayer de le faire, parce qu’on aime les Hauts-de-France et que c’est un endroit très vivant.

Le fonctionnement d’ACTIZZY, pratique et centralisé

ACTIZZY fonctionne pour deux profils. Il y a les particuliers qui réservent des activités et les pros qui facturent ces activités.

Pour la personne qui souhaite booker une activité, le prix est le même que si elle se rapprochait de la structure directement.

Les prestataires, eux, ne touchent pas la totalité du prix de vente, mais ACTIZZY leur garantit plus de visibilité, donc une augmentation de la fréquentation.

Certains y trouvent leur compte s’ils ont du mal à se faire connaître par exemple, ou s’ils n’ont pas les moyens de faire de la communication !

Arnaud et moi avons rencontré plusieurs entreprises qui vendent des activités et souvent elles recherchent des moyens de se faire connaître sans en avoir les moyens. Nous, nous les avons. C’est un échange de bons procédés.

C’est totalement gratuit pour les prestataires d’intégrer le catalogue des activités sur ACTIZZY.

Ils gèrent la diffusion de leurs activités sur une interface spéciale (ils peuvent y mettre leur programme, des photos, les tarifs…). Ils sont totalement libres à ce niveau-là.

La force d’ACTIZZY est qu’à long terme, on utilise l’influence qu’on récolte auprès des prestataires pour créer de l’activité.

Par exemple, il pourra être possible de participer à la rénovation d’une partie de château, ou d’un vieux monument pour en faire un escape game !

Dans ce cas-là, on rénove le patrimoine, on crée une activité ludique, ça génère des emplois et ça dynamise la région. Ça peut pousser les habitants à visiter et cela favorise aussi l’activité touristique de l’endroit.

ACTIZZY, une entreprise avec un but

Avec ACTIZZY, je n’ai pas juste envie de créer une entreprise et générer de l’argent sans avoir un but qui m’importe derrière.

Pour chaque ticket vendu, l’entreprise perçoit une commission ; on s’engage à en reverser 5% pour la restauration du patrimoine de la région.

Nous allons reverser cet argent à la Fondation du Patrimoine.

Notre mission est ambitieuse, elle va au-delà de la simple création d’entreprise. On va aller concurrencer des grosses plateformes qui ne sont là que pour récupérer de l’argent.

L’objectif c’est de revaloriser les acteurs locaux, de leur rendre ce qu’ils offrent à la région, c’est d’encourager des gens à découvrir leurs activités pour leur donner envie de revenir.

Monter sa boîte, c’est pas facile mais ça vaut le coup

Concernant la vie d’entrepreneurs… ce n’est pas évident à la sortie d’études, c’est vrai.

Aujourd’hui, monter sa boîte est un défi mais nous bénéficions d’aides avec le chômage suites à nos alternances. Monter une entreprise nous permet d’avoir droit à un statut particulier qui nous convient.

Ce qui est difficile c’est qu’au cours de nos formations, rien ne nous prépare réellement à cela.

Entrepreneurs et autodidactes

Il y a un millard de choses dont on ne parle pas, en termes administratifs notamment.

Passer du stade d’idée à l’exécution n’est pas sorcier. Sur YouTube notamment, il y a des tutos qui expliquent comment faire un business plan.

Mais quand il s’agit de répondre à des besoins d’ordre administratifs, c’est assez flou. Il faut poser un tas de questions, appeler des gens, se renseigner par soi-même parfois…

Nous sommes aussi accompagnés par Initiatives et Entreprendre, qui recentre tous les réseaux d’entrepreneurs en France.

Cette aide est précieuse. Grâce à eux, on peut rencontrer des chefs d’entreprise qui peuvent nous aider, nous donnent des conseils, partagent leurs contacts.

Financièrement aussi, ils nous procurent un certain soutien mais j’insiste sur leur accompagnement personnel, extrêmement important.

ACTIZZY, une start-up à temps plein

Ce qui est fatiguant avec ce projet, ACTIZZY, c’est qu’il est engageant personnellement. Je ne m’arrête pas une seule seconde. Arnaud et moi pouvons nous envoyer des SMS à 23h, un samedi soir.

Finalement, toute cette énergie dépensée en vaut la peine. C’est assez génial de monter son entreprise ! C’est comme élever un bébé… L’image est cliché mais elle est vraie.

On se demande toujours ce qu’on peut améliorer, on travaille pour soi et on observe chaque étape traversée. C’est gratifiant.

En 4 mois, ACTIZZY a évolué tellement vite que c’est parfois difficile à croire. Mais tout se passe bien et c’est le plus important !

La plateforme sera lancée début mars 2019, mais il est possible de s’abonner à notre newsletter pour rester informer de l’actualité du site.

En tout cas, on a hâte !

Être une femme auto-entrepreneuse

En tant que femme, je pense qu’il est important d’aborder la question de l’entreprenariat au féminin. En me lançant moi-même dans la création d’entreprise, je me dis que cela pousse les femmes à apprendre et à se lancer elles aussi.

Personnellement, ça n’a pas toujours été facile. Parfois, je me suis dit que je n’étais pas à la hauteur du projet, de certaines responsabilités…

Par exemple, je dois organiser une conséquente soirée de lancement, qui devra réunir 250 personnes. Je dois le faire en moins de deux mois. Au tout début, j’ai pensé que je n’en serais pas capable.

Finalement, je fais mon possible pour cela s’organise comme il faut et je vois que j’y arrive très bien.

Je préfère accepter un défi en pensant que je ne sais pas le faire et apprendre sur le moment. Dans le pire des cas, j’aurais toujours appris quelque chose. Mais souvent, ça fonctionne !

Merci à Alexia pour sa disponibilité et son témoignage. Retrouve ACTIZZY sur son site et suis toutes les actualités sur Facebook et sur Instagram.

À lire aussi : 17 jeunes femmes trop inspirantes pour rester des anonymes

JulietteGee


Tous ses articles

Commentaires
  • The Trve Freyja
    The Trve Freyja, Le 18 février 2019 à 10h30

    Franchement, désolée de jouer les trouble-fête mais j'ai du mal à m’enthousiasmer... En effet, le fait que des start-up se montent pour pallier au manquement de l’État en terme de soutien à la culture ne fait que souligner justement le défaut d'investissement du public en la matière... Autrement dit, là où le privé s'engouffre, c'est que le public a reculé... Si l’État remplissait ses missions, dans le domaine cultuel mais pas seulement (éducation, enseignement supérieur, transports, etc.), ces initiatives n'auraient pas de raison d'être. Elles n'existent que parce que le gouvernement se détourne du bien commun et des intérêts publics. De plus, j'aime beaucoup le coup du "il faudrait investir"... "il faudrait", dit naïvement, comme si cela était impossible au gouvernement, le pauvre, il a plus de sous (coucou la suppression de l'ISF, l'évasion/optimisation fiscale et le CICE :hello:)

    Enfin, il eût été plus noble selon moi de créer une association à but non lucratif...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!