Live now
Live now
Masquer
gardienne-louvre
Arts & Expos

J’ai testé pour vous… être gardienne au Musée du Louvre !

Tu as matté La Nuit au Musée hier soir à la télé ? Tu t’es toujours demandée comment se passait le métier de gardien(ne) de musée « dans la vraie vie » ? Ce témoignage est fait pour toi !

Publié le 5 juillet 2013

Il y a quelques étés, j’ai réussi à obtenir une place de vacataire au Musée du Louvre en tant qu’« agent d’accueil et de surveillance » — communément appelé gardienne de musée.

Je vous vois venir avec les clichés sur eux comme celui qui roupille sur sa chaise (même si ça existe en vrai, mais c’est rare). En réalité, c’est un métier éprouvant, en tout cas dans les musées très fréquentés.

Voici quelques commandements pour survivre à ce job d’été.

À lire aussi : Offre-toi une sortie culturelle nocturne pour la Nuit Des Musées samedi 19 mai !

Un sens de l’orientation tu auras

Avant d’obtenir mon job, je n’avais que très rarement mis les pieds au Louvre et ma dernière visite remontait à quelques années. Autant vous dire qu’à mes yeux, c’était un labyrinthe.

Or, en tant qu’agent d’accueil, une de tes missions est de guider les visiteurs, voire de leur fournir un itinéraire précis pour qu’ils puissent faire le combo Joconde – Victoire de Samothrace – Vénus de Milo en un minimum de temps.

Au départ, j’ai eu beaucoup de mal à me retrouver (ne serait-ce pour trouver mon poste qui changeait tous les jours) puis j’ai fini par connaître le musée comme ma poche. Les cartes routières n’ont plus aucun secret pour moi !

Dans des bonnes chaussures tu investiras

Je tiens à vous le dire tout de suite : le gardien de musée ne passe pas sa journée sur sa chaise, même si selon l’emplacement, l’activité est plus ou moins intense.

Il y a une sacrée différence entre les salles où est exposé le mobilier « Louis XVIII » (le premier visiteur arrive souvent une à deux heures après l’ouverture) et la salle de la Vénus de Milo où l’on voit passer des hordes de touristes toute la journée.

La mission du gardien est aussi la surveillance et il doit donc faire des rondes et souvent hurler de manière hystérique demander gentiment aux visiteurs de ne pas toucher les statues ou de ne pas utiliser leur flash.

Pendant le mois et demi de ma vacation, je n’ai pas compté les dizaines de kilomètres par jour.

Un sang-froid à tout égard tu conserveras

Au Louvre, la grande partie du travail est la gestion de la foule.

Le diable hasard a fait que j’ai été affectée au Manège dans l’aile Denon, soit la première salle après le contrôle des billets dans l’aile du combo Joconde – Victoire – Vénus, le premier dimanche du mois d’août, qui est la journée la plus fréquentée de l’année.

En fin de matinée, on m’a demandé de gérer les escaliers et l’ascenseur. Normalement on est deux sur le coup, mais cette fois-ci j’étais seule.

Pendant une heure, j’ai dû demander aux visiteurs de ne pas utiliser l’ascenseur s’ils n’en avaient pas l’usage impératif (certains se sont mis à boiter alors qu’ils marchaient normalement) ou de changer d’itinéraire pour ne pas créer de bouchons dans les salles.

J’ai béni la fin de cette journée !

En tant qu’agent de surveillance, c’est aussi à toi de t’occuper des personnes qui font des malaises en attendant les pompiers ou de calmer les parents/enfants ayant perdu leurs enfants/parents dans le musée. Il faut donc avoir les nerfs solides et ne pas céder au stress.

Le javanais tu apprendras

La maîtrise d’une langue étrangère (l’anglais, surtout) est primordiale pour faire ce job d’été. Les Français sont rares et ce sont surtout les visiteurs étrangers qui posent des questions.

Cependant, certains nous posent des questions dans leur langue maternelle, ne parlant pas l’anglais et encore moins le français.

Je me suis ainsi fait pourrir par une petite mémé chinoise car je ne parlais sa langue (je comprenais rien mais les gestes étaient éloquents) et je me suis fait toute petite face à Russe gigantesque sentant la vodka à plein nez qui me demandait si je parlais le russe !

Une culture et un sens de l’imagination tu travailleras

Beaucoup viennent au Louvre car c’est un peu the-place-to-have-been quand on est allé à Paris, mais souvent sans réellement savoir ce qu’il y a à visiter.

La Joconde est la plus demandée mais beaucoup ne connaissent pas le nom de son peintre. On m’a ainsi demandé la Joconde de Picasso, de Botticelli et pire… de Leonardo Di Caprio !

D’autres pensent que toutes les œuvres connues dans le monde sont au Louvre (Le Penseur de Rodin, les tableaux de Monet, La Cène de Léonard de Vinci…) et sont très déçus, si ce n’est pas en colère (« Quoi, il faut aller au Musée d’Orsay ? J’ai pas que ça à faire ! »).

Enfin, il y a ceux qui ne connaissent ni le nom ni le titre de l’oeuvre : ils miment.

gabrielle-estree

Celle-ci a été demandée à un collègue par mime. Oui. Pour de vrai.

Malgré ces petits désagréments, je considère cette place de gardienne comme 

le meilleur job d’été du monde et si vous en avez l’opportunité, je ne peux que vous conseiller de tenter le coup !

À lire aussi : Offre-toi une sortie culturelle nocturne pour la Nuit Des Musées samedi 19 mai !

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

26
Avatar de Naria
23 mai 2018 à 10h05
Naria
Je pense que si je vous avais proposé un article sur "J’ai testé pour vous… être gardienne au Paul Dupuy !" ça aurait été tout de suite moins class...
0
Voir les 26 commentaires

Plus de contenus Arts & Expos

Source : ildipapp / Canva
Culture

La culture de la diaspora maghrébine célèbre sa richesse au salon du monde arabo-amazigh

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
« Cosmic Latte se demande à quoi ressemblerait le monde sans racisme » : Sonya Lindfors, chorégraphe // Source : Uwa Iduozee / Zodiak - center for new dance, UrbanApa, Sonya Lindfors
Arts & Expos

« Cosmic Latte se demande à quoi ressemblerait le monde sans racisme » : Sonya Lindfors, chorégraphe

Le photographe de mode Paolo Roversi s’expose au Palais Galliera, et c’est hypnotique
Mode

Comment l’expo photo de Paolo Roversi au Palais Galliera va vous hypnotiser

Dolorès Marat, "La femme aux gants", 1987. Tirage pigmentaire Fresson Collection MEP, Paris, acquis en 2006. // Source : © Dolorès Marat
Arts & Expos

Annie Ernaux, en textes et en photos, s’expose à la MEP jusqu’au 26 mai 2024

MAD paris
Arts & Expos

Paris : Avant les Jeux Olympiques 2024, 5 expos autour du sport, au musée et ailleurs

Berthe MORISOT (1841-1895) Autoportrait, 1885 Huile sur toile, 61 x 50 cm Paris © musée Marmottan Monet, Paris
Culture

Berthe Morisot : à la découverte de la peintre invisibilisée du mouvement impressionniste

Rocky 6 sera joué du 31 janvier au 4 février 2024 au Lavoir Moderne Parisien // Source : Madeleine Delaunay
Culture

« Pour sortir l’intersexuation du seul champ de l’intime, j’ai écrit la pièce de théâtre Rocky 6 » : Alice Etienne

Giselles Photo Pascal Elliott 7
Arts & Expos

Trois raisons de découvrir Giselle(s), le ballet romantique remis au goût du jour

Source : affiche officielle de l'expo avec une oeuvre d'Annette Messager
Culture

L’exposition Affaires personnelles explore les liens entre art contemporain et solidarité

Léa MKL // Source : Cactussand
Culture

Léa MKL : « C’est important d’exprimer ce qu’on a sur le cœur et d’en faire des archives »

La pop culture s'écrit au féminin