Un premier bébé est né en France grâce à une greffe d’utérus, un bel espoir


Pour la première fois en France, une femme a donné naissance à un bébé en bonne santé après une greffe d'utérus. Un bel espoir pour les personnes souffrant d'infertilité utérine, qui devaient jusqu'ici se tourner vers l'adoption ou la gestation pour autrui pour accueillir un enfant.

Un premier bébé est né en France grâce à une greffe d’utérus, un bel espoir

Dans la série prouesse de la médecine, on demande la greffe d’utérus !

Pour la première fois en France, une femme qui avait été greffée avec l’utérus d’une donneuse vivante a donné naissance à un bébé ce vendredi 12 février.

Né à 33 semaines de grossesse (soit 7 mois et demi) et pesant 1,845 kg, le bébé « va bien », tout comme sa mère, selon le communiqué de l’hôpital Foch à Suresnes.

La greffe d’utérus, une alternative à l’adoption et la GPA

Cette dernière, prénommée Déborah et âgée de 36 ans, souffre du syndrome de Rokitansky (MRKH) qui concerne une fille sur 4500 à la naissance. Les personnes touchées par ce syndrome ont des ovaires qui fonctionnent normalement, mais pas d’utérus.

Sans greffe, elles ne peuvent pas mener une grossesse, et doivent donc se tourner vers l’adoption ou la Gestation Pour Autrui (interdite en France) pour accueillir un enfant.

Dans le cas de Déborah, c’est sa propre mère qui a accepté de lui donner son utérus, et la transplantation a été réalisée en mars 2019. La jeune femme a ensuite reçu un transfert d’embryon dans le cadre d’une Fécondation In Vitro en juillet 2020, qui a fonctionné et lui a donc permis de donner naissance à son bébé ce mois-ci.

La greffe utérine (avec donneuse vivante ou décédée) est une technique qui a été mise au point en Suède, où un premier bébé a vu le jour dans des circonstances similaires en 2014.

Une vingtaine de bébés déjà nés dans le monde grâce à la greffe d’utérus

Depuis, « il y a eu autour de vingt naissances dans le monde » grâce à une greffe d’utérus, selon le Pr Jean-Marc Ayoubi, chef du service de gynécologie-obstétrique et de médecine de la reproduction à l’hôpital Foch, cité par Le Monde.

D’autres greffes d’utérus sont prévues à l’hôpital Foch dans les prochaines années, puisque l’équipe du professeur Ayoubi a obtenu l’autorisation de réaliser un essai clinique pour dix greffes avec donneuses vivantes apparentées auprès de l’Agence de la biomédecine et de l’Agence nationale de sécurité du médicament.

Ces greffes seront toutes provisoires puisque les utérus seront retirés après la naissance d’un enfant (ou de deux, si la patiente le désire). Elles représentent en tout cas un immense espoir pour toutes les personnes souffrant d’infertilité utérine.

Si le sujet vous intéresse, l’émission Zone Interdite diffusera ce dimanche 21 février un documentaire sur le parcours de Déborah et de son mari, de la greffe d’utérus jusqu’à la naissance de leur bébé.

Clémence Boyer

Clémence Boyer


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!