Live now
Live now
Masquer
squid-game-jeu-youtube
Culture Web

Un gros youtubeur lance Squid Game en vrai, avec un butin, parce que la série ne nous a rien appris visiblement

Devant l’engouement du monde pour la série Squid Game, le youtubeur MrBeast a reproduit le jeu en conditions réelles, avec 456 participants et 456 000$ à la clé.

Alors qu’on pensait en être débarrassées, la folie Squid Game continue. Et le malaise aussi.

Squid Game en conditions réelles, ça existe et c’est sur Youtube

En septembre débarquait sur Netflix la série Squid Game, une création sud-coréenne efficace, qui a immédiatement passionné le monde entier, s’inscrivant à la première place des séries les plus vues au monde. Rien que ça.

Dès lors, les costumes inspirés du programme se sont vendus comme des petits pains, les escape games à thème ont fleuri et la série s’est invitée sur toutes les lèvres.

Mais outre le fun, Squid Game a également suscité pas mal de violences, notamment dans les cours d’école, où des élèves ont joué à 1,2,3 soleil et roué de coups les perdants, à l’instar de la série où les personnages sont abattus sitôt qu’ils échouent à une épreuve.

Devant l’engouement extraordinaire — dont les retombées ont parfois été négatives — pour le show de Hwang Dong-hyuk, un youtubeur américain, connu sous le nom de MrBeast, dont la chaine cumule à elle seule près de 79 millions d’abonnés, a décidé de reproduire le jeu Squid Game en conditions réelles.

À une exception près : les perdants restent bien évidemment en vie !

Ainsi, 456 personnes se sont affrontées sur les mêmes épreuves que les personnages de la série, avec à la clé un butin de 456 000$.

Squid Game sur YouTube, on en pense quoi ?

La vidéo, qui dure 25 minutes démarre bien sûr sur le thème musical du programme, et précise les règles avant de lancer les hostilités.

On doit admettre que la vidéo est impressionnante, produite à l’aide de gros moyens, et reconstitue les jeux de manière saisissante.

FE9gAsCWUAMjV2v
Le fameux jeu du tir à la corde, version non létale

Par ailleurs, l’animation est dispensée de la manière la plus joyeuse et bienveillante qui soit, donnant à la vidéo une dimension bon enfant, à des kilomètres de l’œuvre originale.

On avoue avoir même un peu sauté de joie à la fin, quand l’un des participants gagne l’épreuve ultime.

Seulement voilà, on note deux écueils au concept.

Le premier c’est qu’on en a RAS LES OREILLES du thème musical de Squid Game, et plein la tête, globalement, de la série entière !

Le second c’est qu’au vu des nombreuses dérives qui ont découlé du visionnage du programme, il faudrait peut-être préciser en début de vidéo que tout ceci ne demeure qu’un jeu dont les enjeux sont basés sur de la fiction… Histoire de faire un peu de pédagogie quoi.

D’autre part, les personnes qui participent font littéralement semblant de mourir sitôt qu’elles perdent, ce qui nous a mise particulièrement mal à l’aise.

Pour l’heure, on ne sait toujours pas vraiment quoi penser de cette reconstitution très réaliste d’un jeu basé sur la mise à mort d’individus qui jouent leur vie pour sortir de la misère.

Mais ce qui est certain c’est que 30 millions de personnes ont déjà regardé la vidéo, et qu’au vu des commentaires, peu s’encombrent d’un quelconque questionnement moral.

À lire aussi : En pleine promo d’un film sur le viol, Yvan Attal s’embrouille sur le tribunal populaire et le consentement


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

5
Avatar de Tzig0ne
29 novembre 2021 à 21h11
Tzig0ne
Si la série a un tel succès, c'est surtout parce que les jeux proposés permettent de s'y projeter par leur simplicité, de s'imaginer est ce qu'on aurait été bons ou pas, etc.
Dans le truc de Mr Beast, les participants ne perdent rien quand ils perdent, et ont probablement passé un très bon moment grâce à des moyens impressionnants.
Bonus, c'est une fiction, donc personne n'est lésée ou insultée dans son histoire personnelle.
Le fait de simuler la mort, même les cercueils... Oui c'est du jeu de rôle, de la mise en scène.
On n'est pas outré par Halloween où certains pendent des squelettes factices à leurs fenêtres, c'est du même niveau.
Si le gars a les moyens de se projeter dans la peau d'un super vilain organisateur de jeux de mort, et qu'il s'amuse, et que tous les participants aussi... mais tant mieux pour tout le monde ! C'est qu'un jeu de rôle grandeur nature, je ne comprends pas pourquoi dénigrer.
2
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Culture Web

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-27T115458.698
Culture Web

Tibo InShape est désormais le plus gros youtubeur français, et c’est très inquiétant

58
Livres

Avec Galatea, découvrez des histoires exclusives en format audio ou ebooks

Humanoid Native
Source : Cedrick Lorenzen / TikTok
Société

« Thirst eating trap », où quand les hommes sexualisent la cuisine sur TikTok

8
Source : @AsocialmntVotre sur X
Humeurs & Humours

Les trouvailles d’internet de la semaine du 13 mai

Source : Canva
Culture Web

Les femmes se sentent-elles plus en sécurité avec les hommes ou avec les ours ? La réponse n’est pas si surprenante

1
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-02T175930.223
Culture

Amy Winehouse : 3 ressources bien meilleures que Back to Black pour comprendre Amy

Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Chloë Gervais // Source : URL
Société

Squeezie, Chloë Gervais et Abrège Frère : c’est quoi cette histoire de cyberharcèlement ?

14
Source : Capture écran Instagram
Culture Web

« Abrège frère » : des Tiktokeuses dénoncent cette tendance aux relents misogynes

12
Copie de [Image de une] Horizontale (3)
Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

So baby girl
Culture

C’est quoi un mec « so baby girl » ? On vous explique pourquoi Jacob Elordi a attendri tout Internet

6

La pop culture s'écrit au féminin