Live now
Live now
Masquer
droits-humains-travail-du-sexe-17-decembre
Société

Travail du sexe et lutte contre les violences sexuelles : la Belgique montre la voie en réformant son droit pénal sexuel

En Belgique, une réforme du droit pénal sexuel vient d’être approuvée définitivement. Intégration de la notion de consentement, élargissement de la définition juridique du viol, mais aussi dépénalisation du travail du sexe en font partie.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, la Chambre des représentants de Belgique a voté pour réformer le droit pénal sexuel en vigueur. Au cœur de ce projet de loi, l’idée de tenir compte de l’évolution de la société et d’y adapter la loi.

Parmi les grands changements impliqués par cette réforme, les peines pour viol seront durcies, et passeront de 5 à 10 ans à une durée de 15 à 20 ans. Dans certaines circonstances, le juge pourra prononcer des peines alternatives à la prison. L’inceste sera désormais mentionné dans la loi, la notion de consentement y est révisée et précisée, et la majorité sexuelle sera harmonisée à 16 ans.

Par ailleurs, le travail du sexe sera dépénalisé.

Le consentement au cœur du projet de loi

Selon le média d’actualité belge Le Vif, la réforme inscrit le consentement comme un principe de base aux définitions des infractions sexuelles, qui sera définit dans la loi.

Mise au point d’importance capitale, il sera précisé dans la loi que le consentement peut être retiré à tout moment :

« Le consentement doit être donné librement et ne peut être déduit de la seule absence de résistance, il peut être retiré à tout moment avant ou pendant l’acte sexuel. Une précision qui a son importance si, par exemple, le partenaire retire son préservatif. »

Un changement qui sonne comme une révolution, et qui permettra peut-être aux victimes de stealthing d’obtenir justice.

kt-nash-tKqqbDiya8A-unsplash
KT Nath / Unsplash

Une loi qui dépénalise le travail du sexe

La réforme décriminalise par ailleurs la prostitution, qui ne pourra pas être punie par la loi tant qu’elle concerne des personnes majeures. Pour les mineurs, elle est interdite. Selon le ministre de la justice Vincent Van Quickenborne :

« Il s’agit d’une réforme historique. Elle veille à ce que les travailleurs du sexe ne soient plus stigmatisés, exploités et rendus dépendants des autres. »

Le proxénétisme, quant à lui, sera puni d’un à cinq ans d’emprisonnement, et d’une amende de 500 à 25 000 euros.

Selon le média belge Bx1, si le travail du sexe n’était pas considéré comme une infraction en Belgique jusqu’ici, cette réforme permettra à celles et ceux qui exercent le travail sexuel d’obtenir un contrat et les droits sociaux qui en découlent, notamment en terme de protection juridique.

« Le chantier qui s’ouvre à présent concernant la question de nos statuts est vertigineuse », a écrit la travailleuse du sexe, activiste et artiste Marianne Chargois :

« Mais entendre un ministre de la Justice citer les mots de travailleurs.ses du sexe, en soulignant qu’ils sont admirables, constater que Vincent Van Quickenborne a défendu notre légitimité à exister jusqu’au bout, malgré cette dernière année de pressions continues… ce sont des précédents qui n’ont jamais existé.

Cette nuit, une bataille de minoritaires s’est gagnée. Et goûter pour la première fois ce que procurent des larmes de joie est une émotion sans nom. »

Une avancée indéniable pour les travailleurs et travailleuses du sexe, trop souvent mises en danger par des politiques qui les criminalisent, et saluée aussi en France.

À lire aussi : 5 ans après la loi de pénalisation des clients de la prostitution, « le constat est accablant »

Crédit photo : Fibonacci Blue via Flickr

Les Commentaires
23

Avatar de hellopapimequepasa
28 mars 2022 à 18h02
hellopapimequepasa
j'ai du mal a concevoir que des personne puissent avoir recours a la prostitution (homme comme femme et je parle bien des clients)car oui peut être que le/la tds en face de toi est la par kiffe et qu'il/elle adore son métier mais peut être qu'il/elle est la car pas le choix (précarité/handicap/sans papier)et que il/elle vit un trauma pendant que toi tu kiffe..(et ça ne se voit pas forcement les tds vont le cacher car elles savent que sinon elle n'auront pas de client(e)).Les personnes qui veulent tester d'autre pratique peuvent en parler a leur partenaire par ex .Et quand au problème de la violence prenons le problème a la racine: éducation au consentement dès le plus jeune âge, véritable éducation sexuelle, lutte contre la culture du viol...le concept d'une relation avec un(e)tds c'est quand même "je vais avoir du sexe avec une personne qui n'a aucune attirance envers moi c'est juste parce que je l'ai payé" c'est assez spécial(sans parler de ceux en couple la tromperie c'est non) .Le sujet étant touchy je précise que je sais bien que des tds aime vraiment ça(et tant mieux!) mais le client n'a pas moyen de le savoir...
3
Voir les 23 commentaires

Plus de contenus Société

Actualités
manifestation soutien iran Mahsa Amini – melbourne – Matt Hrkac

Face à la répression violente en Iran, que peut-on faire pour aider les Iraniennes ?

Maëlle Le Corre

27 sep 2022

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Psychologie
Megan Thee Stallion a ouvert un site pour la prise en charge de la santé mentale

Megan Thee Stallion crée un site pour une meilleure prise en charge de la santé mentale

Anthony Vincent

27 sep 2022

Actualités
giorgia meloni grazie italia – euronews

Italie : le parti post-fasciste de Giorgia Meloni remporte les législatives

Maëlle Le Corre

27 sep 2022

2
Actu mondiale
Todd Cravens / Unsplash

Autour de New York, les baleines reviennent après des décennies de travail de préservation

Aïda Djoupa

27 sep 2022

Daronne
[Site web] Visuel horizontal Édito

935 millions pour revaloriser l’enseignement : mesures engagées ou simple effet d’annonce ?

Chloé Genovesi

27 sep 2022

Société
20210819_julienbayou_greenbow wikimedia commons

Après sa démission, Julien Bayou se défend en dénonçant une instrumentalisation des violences sexistes et sexuelles

Maëlle Le Corre

26 sep 2022

Développement personnel
pexels-koolshooters-attente waiting mode – format vertical

Un rendez-vous à 14h, et bloquée dès le matin ? Pas de panique, c’est le waiting mode

Pop culture
Interview d’Elsa Miské, co-créatrice du jeu Moi c’est Madame

Lutter contre le sexisme dès l’adolescence, c’est la promesse du jeu de cartes Moi c’est Madame

Anthony Vincent

25 sep 2022

Actu en France
livres unplash

Fin de la quasi-gratuité des frais de livraison de livres : mauvaise nouvelle pour le marché du livre ?

Maya Boukella

23 sep 2022

21
Actu mondiale
giorgia meloni vox – vertical

En Italie, la possible arrivée au pouvoir de Giorgia Meloni fait craindre le pire aux féministes

La société s'écrit au féminin