Live now
Live now
Masquer
volodymyr-hryshchenko-e8YFkjN2CzY-unsplash
Santé

Sur TikTok, une tendance promeut l’utilisation d’un antidiabétique pour maigrir (et c’est dangereux)

Venue d’Australie, cette tendance sur le réseau social chinois détourne depuis le printemps un remède pour les patients atteints de diabète de type 2, en solution « miracle » pour perdre du poids. 

C’est une tendance dangereuse qui en dit long sur l’obsession pour la minceur dont sont encore victimes les jeunes générations. Dans un article de Libération, publié le 17 novembre, on découvre comment de jeunes internautes vantent sur TikTok les mérites de l’Ozempic, un médicament antidiabétique qu’ils détournent pour maigrir. 

https://www.tiktok.com/@the.builders.wife/video/7095977426416635138?embed_source=70842511%2C120811592%2C120810756%3Bnull%3Bembed_pause_share&is_from_webapp=v1&item_id=7095977426416635138&refer=embed&referer_url=www.allodocteurs.fr%2Fdes-videos-tiktok-provoquent-en-australie-la-penurie-de-lozempic-un-antidiabetique-33020.html&referer_video_id=7095977426416635138

À lire aussi : Comment la mode se lasse du body-positive et revient à la maigreur heroin chic

« Cela peut tout simplement tuer ! »

L’Ozempic s’administre par injection et régule le taux de sucre dans le sang pour les personnes atteintes d’un diabète de type 2. Mais l’usage détourné de ce médicament peut être dangereux. « Cela peut tout simplement tuer ! explique à Libération Marie-Anne Panet, médecin généraliste. L’insuline est la seule hormone de notre corps qui fait baisser la glycémie, c’est-à-dire le taux de sucre dans le sang. Si on crée une hypoglycémie trop importante, le risque est le coma et le décès ». En juin, l’Ozempic était en rupture de stock en Australie, berceau de cette tendance. Pour endiguer ce phénomène, les autorités australiennes avaient même rappelé aux médecins qu’ils ne devaient prescrire ce médicament qu’aux personnes atteintes d’un diabète de type 2. Mais selon Libération, à ce jour, la tendance ne faiblit pas. Un triste exemple qui démontre, encore une fois, les ravages du culte de la minceur. 

À lire aussi : « Je créais des régimes mais tout ce que je pensais était faux » : une diététicienne fait son mea culpa

Visuel de Une : Unsplash / Volodymyr Hryshchenko


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

4
Avatar de adita
27 novembre 2022 à 22h11
adita
Je trouve ça hallucinant surtout… qu’on a déjà eu un scandale en France sur exactement ça en fait: le Mediator, médicament anti-diabétique prescrit hors AMM à des gens qui voulaient perdre du poids. Médicament qui s’est avéré avoir des effets secondaires mortels entraînant plus d’un millier de morts…
L’article aurait pu le rappeler.
Un médicament n’est jamais anodin, on prend encore plus de risque quand on le prend hors AMM et qu’il n’est pas indiqué (parce que pas testé sur notre catégorie de population).
14
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Santé

Source : Capture d'écran
Société

« Malheureusement, j’en ai aussi fait les frais », Marine Lorphelin s’exprime sur les violences sexuelles à l’hôpital

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
[PR] Image de une • Verticale
Culture

5 anecdotes sur Virgin Suicides, de la plus cool à la plus glauque (comme le film)

Pexels
Santé

JO 2024 : le cycle menstruel a-t-il un impact sur les performances des sportives ?

2
Source : OcusFocus de Getty Images
Santé

Une nouvelle étude explique comment le cycle menstruel est régulé 

Source : Linda Prebreza
Actualités beauté

PFAS : découvrez dans quels cosmétiques vous pouvez trouver des polluants éternels 

131 - WinoraBikes-Rotterdam_Day-02 - L1120623
Lifestyle

« Le vélo électrique, éloigne les relous » : 3 bonnes raisons de se mettre au vélo électrique quand on est une meuf

femme-boit-alcool // Source : URL
Société

Les femmes boivent trop et de plus en plus, une nouvelle étude montre les graves conséquences sur leur santé

6
pexels-liza-summer-6382633
Santé mentale

« Ma psy m’a appris à comprendre et accepter mes émotions sans lutter contre elles » : Louise a testé cette nouvelle façon de suivre une thérapie

Couverture du livre "Couper la douleur" de Lisa Dayan // Source : Éditions Marabout
Livres

Douleurs vaginales intenses : « Quand on te demande de jauger ta douleur de 1 à 10, c’est dur de dire 10 »

1
vitiligo-temoignages
Santé

Vitiligo : comment les jeunes vivent cette dépigmentation de la peau ? Une première étude éclaire le sujet

1

La société s'écrit au féminin