Live now
Live now
Masquer
songe-a-la-douceur-clementine-beauvais-critique
Livres

« Songe à la douceur », une histoire d’amour bouleversante… écrite en vers libres

Songe à la douceur est un roman de Clémentine Beauvais, et c’est aussi la dernière lecture qui a marqué Lucie !

Songe à la douceur est un roman de Clémentine Beauvais, paru aux éditions Sarbacane. Il est aussi et surtout un roman comme on en voit peu dans le paysage littéraire actuel.

Songe à la douceur clémentine beauvais

Tatiana et Eugène se sont connus alors qu’elle avait 14 ans et lui 17 ans. La vie — une lettre, un accident — les a fait prendre des chemins différents.

Ce jour-là, lorsqu’Eugène retrouve par hasard Tatiana dans le métro parisien, cela ne le laisse pas indifférent. C’est d’ailleurs un euphémisme : il la veut. Lui qui, adolescent, était sûr de lui, un brin goujat, et qui n’était pas forcément très intéressé par la jeune et réservée Tatiana, laquelle, de son côté, expérimentait les émotions incontrôlable d’une passion amoureuse envers le jeune homme.

Le roman de Clémentine Beauvais est inspiré d’Eugène Onéguine de Pouchkine, et de l’opéra éponyme de Tchaikovsky. C’est donc un bagage littéraire prestigieux qui précède l’ouvrage de la jeune auteure. Néanmoins, il n’y a nul besoin de connaître les deux autres oeuvres pour le comprendre !

eugene-oneguine-pouchkine

Songe à la douceur alterne entre le présent parisien, et les moments rétrospectifs de l’adolescence des deux protagonistes. Chaque chapitre fait un peu avancer le puzzle de leur histoire en même temps qu’il lui rajoute de nouvelles pièces, pour mener, doucement à la compréhension.

Après m’avoir fait franchement hurler de rire avec son précédent roman, Les Petites Reines, Clémentine Beauvais s’attaque cette fois-ci au genre de la romance, qui n’a pas forcément bonne presse et qui souffre directement du snobisme littéraire.

big-snobisme-litteraire-plaie

Pour que la barre soit encore un peu plus haute, l’auteure a l’audace de proposer une écriture… en vers libres !

Et nous, lecteurs et lectrices, en sommes-nous décontenancé•e•s ? Un petit peu, au début, il faut l’admettre. Mais il suffit de quelques pages pour se mettre dans le bain et s’habiter à une manière de lire originale et peu commune (encore plus dans des romans jeunes adultes).

Songe à la douceur prend l’allure d’une expérience de lecture étonnante, lorsque l’on est pas nécessairement habitué•e à la poésie. Cette forme n’est pas superficielle et n’est pas non plus un prétexte : elle permet au contraire d’être au plus près de l’écriture des sentiments et des émotions passionnelles de ces jeunes gens qui vivent une histoire d’amour à la fois unique, mais qui saura résonner dans le coeur de beaucoup d’entre nous.

La forme en vers libres est propice à l’identification et à l’introspection, dans une sorte de plongée intense dans les pensées des protagonistes. Elle n’est pas élitiste comme on pourrait être amené•e à le croire, puisqu’elle se révèle parfaitement accessible. On se laisse volontiers happer par l’histoire, et par la musicalité du texte.

La forme a donc du sens, et le travail éditorial mené sur le projet est absolument monstrueux. Chaque retour à la ligne a un intérêt. Chaque espace, chaque alinéa, chaque mot est là pour une raison. L’ensemble participe à expérimenter encore un peu plus les émois, la passion, les émotions, qui sont aussi celles de la détresse et la douleur.

À lire aussi : Rencontre avec Brune, co-fondatrice d’une maison d’édition

Pour parfaire un peu plus cette lecture qui mêle déjà intelligence de la forme et profondeur du fond, Clémentine Beauvais parvient aussi à glisser des traits d’humour, piquants, inattendus. Et cela fonctionne à chaque fois, et participe à rendre l’ensemble toujours plus agréable à lire !

Songe à la douceur réussit l’exploit d’avoir recours à une forme rare, offrant une narration fine qui montre un attachement au récit des émotions, et d’être un roman profondément contemporain, qui parlera intimement à ses lecteurs et lectrices.


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

3
Avatar de Lucie Kosmala
17 septembre 2016 à 23h09
Lucie Kosmala
J'aurais bien aimé avoir un extrait pour voir ce que cela donnait en vers libre.

Hop par ici un aperçu : http://editions-sarbacane.com/songe-a-la-douceur/
1
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Livres

Copie de [Image de une] Horizontale (6)
Culture

3 nouveaux livres d’Audrey Ouazan en avant-première

Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Source : Juliette Leigniel
Livres

Relations amoureuses : comment la ville a « uberisé » l’amour ?

3
Maryse Condé photographiée lors du Calabash Literary Festival 2007 // Source : Creative Commons : Georgia Popplewell via Flickr
Livres

Maryse Condé, grande autrice guadeloupéenne, aura-t-elle un hommage national ?

6
Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024
Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Éditions Atelier de la Belle Étoile
Daronne

Et si vous souteniez le livre jeunesse « Zaza, queen de la bibliothèque » ?

livres_feministes // Source : URL
Livres

Les cinq essais féministes à lire absolument ce printemps

Couverture du livre "Couper la douleur" de Lisa Dayan // Source : Éditions Marabout
Livres

Douleurs vaginales intenses : « Quand on te demande de jauger ta douleur de 1 à 10, c’est dur de dire 10 »

1

La pop culture s'écrit au féminin