Live now
Live now
Masquer
les-mariannes-podcast
Politique

Pour que les femmes « prennent leur place dans la vie publique », elle a créé le podcast Les Mariannes

17 août 2021

Le podcast Les Mariannes part à la rencontre de femmes pour mettre en avant leur parcours et leurs engagements. L’objectif ? Inspirer d’autres femmes à prendre d’assaut le milieu politique, sclérosé par le patriarcat. 

Transformer son indignation en action positive. Ce mantra est le message central du podcast Les Mariannes, lancé en avril 2021. Porté par Laurie Théron, il propose une immersion auditive dans le paysage de l’activisme et de la politique au féminin.

« Au fil des épisodes, vous serez, je l’espère, revigorées par l’audace, la détermination, la colère et la force de mes invitées » clame Laurie Théron au début de chaque épisode d’environ 40 minutes. 

Cette féministe passionnée de podcasts est collaboratrice parlementaire au Sénat depuis cinq ans ; le premier confinement l’a convaincue de partir, micro à la main, à la rencontre de femmes élues, d’activistes ou de cheffes de projet à impact positif. Apartisan, Les Mariannes porte un objectif bien précis :

« Encourager d’autres femmes à prendre leur place dans tous les espaces de la vie publique. » 

Faire émerger de nouveaux role models 

Depuis le 21 avril 1944, les Françaises peuvent voter et sont éligibles au même titre que les hommes. Cinquante-sept années plus tard, la parité n’est toujours pas la norme dans les sphères de pouvoir — et ce malgré plusieurs lois visant à la renforcer.

En 2021, les femmes ne représentent que 19,8% des maires élus ; en juin 2020, elles ne sont que quatre à être présidentes de région et 224 à être députées, sur 577 sièges (38%) — ce qui est tout de même un record.

L’Élysée reste l’apanage des hommes et aucune femme n’a été présidente de la République en France.

Au Sénat, Laurie Théron évolue dans ce milieu politique encore très masculin et gangréné par le sexisme. Elle raconte à Madmoizelle :

« J’ai vite compris qu’il fallait s’entourer de femmes pour parvenir à évoluer professionnellement ; j’ai moi-même suivi un programme de mentoring grâce à un réseau féminin et je voulais rendre la pareille. »

À travers ce podcast, elle souhaite « faire émerger de nouveaux role models et décortiquer les codes du milieu politique » pour inspirer ses auditrices. 

Le projet audio met la sororité à l’honneur, et chaque invitée est amenée à partager son expérience face au patriarcat en politique. Dans le deuxième épisode, Laurie Théron a par exemple accueilli Pauline Rapilly-Ferniot, conseillère municipale EELV à Boulogne-Billancourt. L’élue de 25 ans avait fait parler d’elle car elle avait été interrompue par l’édile de la ville, qui a coupé son micro en plein conseil municipal, alors qu’elle dénonçait des agissements sexistes.

Au micro de Laurie Théron, elle affirmait : 

 « Il faudrait que les élus bénéficient de formations sur les violences sexistes et sexuelles et que les femmes élues continuent de bousculer ce milieu. On a tout à gagner à affirmer qu’être une femme en politique, c’est faire de la politique différemment, de manière plus horizontale. » 

L’engagement, une affaire de femmes

Les femmes sont encore sous-représentées en politique et pourtant, elles sont partout. « L’idée c’était aussi de sortir de l’entre-soi parisien et de montrer que des femmes se bougent sur tout le territoire, de différentes manières », commente Laurie Théron, elle-même originaire de Cahors (Lot).

Parmi les invitées du podcast : Anaëlle Marot, une aventurière partie de Marseille à vélo pour ramasser des déchets autour de la Méditerranée dans le cadre du Projet Azur ; trois membres du collectif toulousain Sororistas, à l’initiative d’un concours d’écriture pour les femmes de la francophonie ; ou encore Lucile Peytavin, historienne et autrice de l’essai Le coût de la virilité.

Toutes sont des Mariannes, « des femmes puissantes qui font la politique », selon la définition de Laurie Théron. Car l’engagement n’est pas plus masculin que féminin, au contraire.

Une étude de 2018 réalisée par Mintel (une société d’études de marché) en Grande-Bretagne a par exemple montré que 71% des femmes interrogées avaient adopté un mode de vie plus éthique que l’année précédente, contre 59% des hommes, par exemple. Un gender gap qui rappelle la charge environnementale portée par les femmes, alors même que la répartition des tâches ménagères est toujours inégalitaire — et ça, Laurie Théron le sait bien.

« Je demande également à mes invitées de me raconter comment elles conjuguent leur engagement avec leurs vies professionnelle et personnelle. Le podcast s’adresse aussi aux hommes, pour qu’ils se rendent compte des réalités qu’elles vivent. »

Rendez-vous en 2022

Pour l’instant, Laurie Théron n’a pas eu de retour de la part d’hommes politiques sur son projet.

« L’audience est surtout féminine et a entre 25 et 35 ans. Il y a des femmes politiques ou membres d’associations, curieuses des expériences et conseils partagés, mais aussi des femmes qui s’interrogent, qui aimeraient se lancer en politique. »

La fondatrice des Mariannes profite de l’été pour préparer de nouveaux épisodes, dont un sera consacré au cyberharcèlement — « c’est un phénomène qui touche beaucoup de femmes élues ou engagées et l’idée serait de transmettre des ressources pour réagir face à cela », explique Laurie Théron. D’autres thématiques comme la protection de l’environnement et les droits des personnes LGBTQI+ seront aussi abordées. 

À l’approche de l’élection présidentielle de 2022, la conseillère parlementaire aimerait aussi renforcer l’aspect mentoring de son projet ; elle a d’ailleurs reçu le collectif de préparation à la vie politique Investies dans le dernier épisode du podcast.

« La suite arrive, comme la relève. Rendez-vous en 2022. »

Abonnez-vous aux Mariannes
Les Mariannes est disponible sur Spotify, Deezer, et sur toutes les plateformes de podcasts !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Politique

Arts & Expos
Larc-de-triomphe-empaqueté-de-Jeanne-Claude-et-Christo

Jeanne-Claude, l’artiste cachée derrière l’Arc de Triomphe empaqueté (pas que par Christo)

Anthony Vincent

17 sep 2021

3
Société
pexels-pixabay-harcelement 2010

Harcèlement en ligne : que se passe-t-il sur Tik Tok contre les enfants nés en 2010 ?

Beauté
LEurope-veut-durcir-ses-lois-contre-les-tests-sur-les-animaux

L’Europe veut durcir ses lois contre les tests sur les animaux, et vous pouvez agir

Anthony Vincent

17 sep 2021

Société
skam france – tenue vestimentaire

Et si on sortait enfin des polémiques sur les crop tops dans les écoles ?

Maëlle Le Corre

16 sep 2021

9
Actu mondiale
rickia young – the philadelphia inquirer

Aux États-Unis, l’histoire de Rickia Young montre que la police est prête à tout pour redorer son image

Maëlle Le Corre

16 sep 2021

3
Médias
women dont regret abortion usa – vertical format

Annuler un avortement, c’est impossible, mais les anti-IVG mettent la thune pour vous faire croire l’inverse

Maëlle Le Corre

16 sep 2021

5
Beauté
Emmaeus-ouvre-une-boutique-solidaire

Emmaüs ouvre sa première boutique beauté solidaire : un espace moins cosmétique qu’il en a l’air

Anthony Vincent

16 sep 2021

2
Psychologie
Conversation-mémoire-covid

« Je l’ai sur le bout de la langue » : la pandémie nous fait perdre nos mots

Psychologie
Consultation-psychologue-tarifs

Le coût de la thérapie : en France, aller voir un psy reste un luxe

Actu mondiale
nikkietutorials-met-gala

Le bel hommage de NikkieTutorials à Marsha P. Johnson, pionnière des combats LGBTQI+

Eva Levy

15 sep 2021

La société s'écrit au féminin