Live now
Live now
Masquer
mourir peut attendre  © 2021 DANJAQ, LLC AND MGM. ALL RIGHTS RESERVED.
Cinéma

Pour Ana de Armas, « Il n’y a pas besoin d’une femme James Bond »

25 juil 2022 1
Ana de Armas ne veut pas que James Bond soit remplacé par une femme mais souhaite une meilleure valorisation des personnages féminins dans la franchise.

James Bond cristallise bien des débats autour des questions de représentation, d’inclusivité et de male gaze. Cette fois, c’est au tour d’Ana de Armas d’y prendre part.

« Voler » un personnage pour le « féminiser » ?

Habituée des rôles d’agente surentraînée dans les plus gros blockbuster d’action, Ana de Armas s’est notamment illustrée dans Mourir peut attendre.

Elle y incarnait Paloma, une agente de la CIA aux côtés de Daniel Craig. Un rôle devant lequel on s’est surprises à rêver : plutôt que de continuellement assister James Bond et rester au second plan, aurait-elle pu l’incarner ?

Dans un entretien pour le magazine The Sun publié le 19 juillet, l’actrice a déclaré être contre cette idée, en affirmant : « Il n’y a pas besoin d’une femme James Bond. Il ne devrait pas y avoir besoin de voler le personnage de quelqu’un d’autre pour le féminiser. »

mourir peut attendre ana de armas 2021 DANJAQ, LLC AND MGM. ALL RIGHTS RESERVED.
© 2021 DANJAQ, LLC AND MGM. ALL RIGHTS RESERVED.

Valoriser les personnages féminins

Si James Bond brille régulièrement par son sexisme et ses normes de genre atrocement ennuyeuses, Ana de Armas a expliqué que ces choix de représentation renvoyaient à l’imaginaire du personnage principal :

« Les romans nous entraînent dans tout un monde de fantasmes dans lequel gravite James Bond. Par conséquent, ce que j’aimerais, c’est que les rôles féminins dans les films 007 soient mis en scène différemment. Il faut qu’on leur donne plus de substance et une vraie reconnaissance. Ça me semble plus intéressant que de renverser les choses. »

En 2021, une autre actrice de la saga avait exprimé un avis qui éclairait bien davantage le pouvoir de l’industrie sur ces questions. Lashana Lynch, interprète racisée de 007 affirmait ainsi dans les colonnes de The Guardian :

« Nous sommes à une époque où l’industrie ne se contente pas de donner au public ce qu’elle pense que le public veut. En fait, elle donne au public ce qu’elle veut lui donner. Bond pourrait être un homme ou une femme. Ils pourraient être blancs, noirs, asiatiques, métis. Ils peuvent être jeunes ou vieux. À la fin de la journée, même si un enfant de deux ans jouait à Bond, tout le monde affluerait au cinéma pour voir ce que cet enfant de deux ans va faire, non ? »

mourir peut attendre 007
 © 2021 DANJAQ, LLC AND MGM. ALL RIGHTS RESERVED.

À lire aussi : Comparée à Zendaya, l’actrice Keke Palmer recadre les choses sur le colorisme

Crédit de l’image à la Une :  © 2021 DANJAQ, LLC AND MGM. ALL RIGHTS RESERVED.

Les Commentaires
1

Avatar de poulaga
26 juillet 2022 à 15h47
poulaga
Je suis plutôt d'accord avec Lashana Lynch aussi.
Il paraît que le nom d'Emily Blunt avait circulé pour être la prochaine James Bond, je pense que ça aurait grave eu de la gueule.
James existe comme prénom féminin en anglais (je crois que c'est le nom de la fille de Blake Lively par exemple).
Lucy Liu a bien fait une Dr Watson, coloc femme de Sherlock dans Elementary.
Je trouve que James Bond est un perso tellement patriarcal qu'il faut de toute façon absolument revoir cette franchise de fond en comble pour qu'elle soit enfin en phase avec le XXIè siècle. Faire une James Bond femme serait une bonne manière de ne pas retomber dans les mêmes clichés sexistes.
Si la personne qui remplace Daniel Craig est un homme j'espère au moins que ce sera pas encore un homme blanc, ou au moins que son personnage sera pas cis et hétéro, et que l'intrigue ne sera pas une foire à la masculinité toxique.
Mais c'est dur de faire un film d'action sans masculinité toxique. Je trouve que les derniers films DC ont fait beaucoup d'efforts à ce sujet : Birds of Prey est un film d'action orienté female gaze (je le recommande à 200% !) ; le dernier Suicide Squad (celui de 2021) tourne beaucoup en dérision le virilisme et fait triompher l'empathie sur la force brute dans une certaine mesure (j'essaie de ne pas être trop précise pour ne pas spoiler l'intrigue mais je le recommande aussi, c'est un bon divertissement).
En gros je veux dire qu'il ne suffit pas de juste remplacer Bond homme par une Bond femme pour faire un film antipatriarcal. Des femmes badass qui tabassent tout le monde on en a déjà vu plein (Lara Croft, Sydney Fox, Trinity dans Matrix... c'est pas nouveau).
L'enjeu c'est arriver à faire du ciné d'action antipatriarcal et anti masculinité toxique et c'est avant tout ça que j'espère du prochain Bond
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Cinéma

titanic fin 2
Pop culture

Dans Titanic, « un seul pouvait survivre » : James Cameron le prouve avec une étude scientifique

Maya Boukella

05 fév 2023

9
aftersun 1
Pop culture

Charlotte Wells : « avec Aftersun, je voulais dépeindre la dépression de manière authentique, désordonnée, compliquée »

Maya Boukella

04 fév 2023

films famille
Cinéma

4 films à regarder en famille

Maya Boukella

03 fév 2023

1
PR_V
Pop culture

Un petit frère : rencontre avec Léonor Serraille, la réalisatrice qui filme ceux qu’on ne voit jamais au cinéma

Maya Boukella

01 fév 2023

disney +
Pop culture

Les 8 meilleurs films à voir sur Disney+

Maya Boukella

29 jan 2023

jared-leto-et-la-methode
Cinéma

Le « Method Acting » des comédiens n’excuse pas le fait d’être un gros con, et ça commence à se savoir

Kalindi Ramphul

28 jan 2023

21
aftersun
Pop culture

Une bande-annonce magnifique et intrigante pour Aftersun de Charlotte Wells avec Paul Mescal

Maya Boukella

27 jan 2023

1
the whale
Cinéma

The Whale : Darren Aronofsky répond que les accusations de grossophobie n’ont « aucun sens »

Maya Boukella

26 jan 2023

14
everything leonine
Cinéma

Aux Oscars, aucune femme nominée dans la catégorie meilleure réalisation

Maya Boukella

25 jan 2023

10
retour à séoul 9
Pop culture

Rencontre avec Park Ji-min, l’actrice féministe de Retour à Séoul, chef d’œuvre sur l’adoption

Maya Boukella

25 jan 2023

La pop culture s'écrit au féminin