Live now
Live now
Masquer
nathan-dumlao-unsplash-jeunes-politisation
Société

Ni à gauche, ni à droite ? Un jeune sur deux ne sait pas où se situer en politique

À l’approche de l’élection présidentielle, une enquête de l’Institut Montaigne fait le point sur les attentes et les aspirations politiques des 18-24 ans.

Vous l’avez peut-être entendu de la part de votre oncle un peu relou au dernier repas de Noël, convaincu que son avis passionne toute la tablée : les jeunes n’en ont plus rien à faire de la politique.

Et bien sûr, vous vous êtes évertuée à lui prouver par A + B que non, la jeunesse de 2022 n’en a pas rien à foutre.

Qu’elle se sent concernée, mais parfois aussi démunie, qu’elle cherche d’autres moyens d’actions, qu’elle tente d’avancer alors que l’avenir qui s’ouvre à elle, marqué par le Covid-19, n’a rien à voir avec celui des générations passées.

Cette enquête de l’Institut Montaigne est-elle en train de lui donner raison, à votre vieux tonton ?

Publiée aujourd’hui, elle a été réalisée par les sociologues Olivier Galland et Marc Lazar, pour l’institut Montaigne auprès de 8000 jeunes, et entend montrer les ressentis, les attentes et les aspirations des 18-24 ans d’aujourd’hui, notamment sur le plan politique.

Ce qui caractérise les jeunes aujourd’hui, selon les deux auteurs, c’est la désaffiliation politique : plus d’un jeune sur deux ne se situe dans aucun parti, ni aucune tendance sur l’échiquier politique : ils et elles représentent 64 % des jeunes interrogés.

C’est là une des différences majeures avec les générations précédentes :

  •  43 % des jeunes n’ont pas d’idées assez précises pour se positionner entre la gauche et la droite. À titre de comparaison, ils sont 25 % chez les 46-56 ans, et 20 % chez les 66-76 ans.

Les raisons de cette désaffiliation sont diverses, selon l’enquête : par « méconnaissance », par « désintérêt » de la politique et « peut-être aussi par rejet ».

Une désaffection pour la politique de parti qui pourrait expliquer par exemple que malgré un intérêt fort pour l’écologie et la protection de l’environnement (52 % estiment que les questions environnementales sont très importantes), les jeunes ne vont pas apporter en masse leur adhésion à un parti comme EELV. Seulement 11 % des jeunes expriment une proximité avec ce parti.

Des informations qui pourront aussi contribuer à mieux cerner les phénomènes d’abstention chez les primo-votants.

li-an-lim-unsplash-no-planet-B
Li-An Lim via Unsplash

Une typologie des jeunes et de leur engagement

Olivier Galland et Marc Lazar établissent aussi quatre grandes typologies de jeunes en lien avec leur rapport à la politique et à l’engagement :

  • Les démocrates protestataires : ils sont 39 % des jeunes aujourd’hui, ils s’intéressent aux enjeux de société, notamment concernant les questions liées au genre et l’écologie, ils se disent attachés à la participation aux élections.
  • Les désengagés : ils représentent un quart des jeunes interrogés, en l’occurrence 26 %. Ils n’expriment pas d’opinion sur la politique, ne se sentent proches d’aucun parti.
  • Les révoltés : ils sont 1 jeune sur 5, soit 22 % des jeunes interrogés dans l’enquête. Méfiants à l’égard de la politique, ils penchent vers un changement radical de la société.
  • Les intégrés transgressifs : c’est le groupe le plus faible avec 13 % des jeunes interrogés. Très présents dans des associations, ils sont se disent heureux et sont intégrés socialement, mais présentent aussi une tolérance à l’égard des comportements violents.

Des jeunes encore attachés à la démocratie ?

Ne plus adhérer à une dynamique de partis politiques, signifie-t-il aussi remettre en question le modèle de la démocratie ? Seulement 51 % des jeunes s’y sentent très attachés.

Dans La Fracture, enquête de Frédéric Dabi sur les jeunes en 2021, les chiffres montraient d’ailleurs que la moitié des 18-30 voient d’un bon œil la possibilité d’un modèle autoritaire. L’idée que l’armée pourrait exercer le pouvoir rencontre en effet l’approbation d’un tiers des personnes interrogées.

À deux mois du premier tour, nos candidats et candidates à la présidentielle sauront-ils et elles combler le déficit de confiance et d’élan vers les urnes présent chez les jeunes ?

À lire aussi : Cette étude montre à quel point les violences conjugales concernent aussi les ados

Crédit photo : Nathan Dumlao via Unsplash


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Société

femme enceinte avec une main sur son ventre
Daronne

« On dit aux personnes grosses qu’elles sont infertiles, alors que c’est complètement faux »

2
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-27T115458.698
Culture Web

Tibo InShape est désormais le plus gros youtubeur français, et c’est très inquiétant

25
Source : Creative Commons
Société

Lily Allen révèle que son mari, David Harbour, contrôle son téléphone (et vice versa)

Source : sniffy
Société

Sniffy, c’est quoi cette poudre blanche qui ressemble fortement à la cocaïne ?

Mère bienveillante qui aide son enfant à se passer de couche
Société

Fête des Mères : la notification maladroite de Deliveroo ne passe pas, l’entreprise s’excuse

4
Source : Canva
Société

Pourquoi la putophobie en dit long sur la manière dont on considère la sexualité féminine

2
Source : Cedrick Lorenzen / TikTok
Société

« Thirst eating trap », où quand les hommes sexualisent la cuisine sur TikTok

8
Source : © EC
Société

Après avoir défendu un père accusé d’inceste, Bruno Questel contraint de quitter la CIIVISE

2
Source : Canva
Société

Avez-vous déjà rencontré un narcissique conversationnel ? Les 11 signes qui ne trompent pas

hacker-deepfake-clavier-ordinateur
Société

Tuerie de masse déjouée à Bordeaux : c’est quoi un Incel ?

17

La société s'écrit au féminin