Live now
Live now
Masquer
nathan-dumlao-unsplash-jeunes-politisation
Société

Ni à gauche, ni à droite ? Un jeune sur deux ne sait pas où se situer en politique

À l’approche de l’élection présidentielle, une enquête de l’Institut Montaigne fait le point sur les attentes et les aspirations politiques des 18-24 ans.

Vous l’avez peut-être entendu de la part de votre oncle un peu relou au dernier repas de Noël, convaincu que son avis passionne toute la tablée : les jeunes n’en ont plus rien à faire de la politique.

Et bien sûr, vous vous êtes évertuée à lui prouver par A + B que non, la jeunesse de 2022 n’en a pas rien à foutre.

Qu’elle se sent concernée, mais parfois aussi démunie, qu’elle cherche d’autres moyens d’actions, qu’elle tente d’avancer alors que l’avenir qui s’ouvre à elle, marqué par le Covid-19, n’a rien à voir avec celui des générations passées.

Cette enquête de l’Institut Montaigne est-elle en train de lui donner raison, à votre vieux tonton ?

Publiée aujourd’hui, elle a été réalisée par les sociologues Olivier Galland et Marc Lazar, pour l’institut Montaigne auprès de 8000 jeunes, et entend montrer les ressentis, les attentes et les aspirations des 18-24 ans d’aujourd’hui, notamment sur le plan politique.

Ce qui caractérise les jeunes aujourd’hui, selon les deux auteurs, c’est la désaffiliation politique : plus d’un jeune sur deux ne se situe dans aucun parti, ni aucune tendance sur l’échiquier politique : ils et elles représentent 64 % des jeunes interrogés.

C’est là une des différences majeures avec les générations précédentes :

  •  43 % des jeunes n’ont pas d’idées assez précises pour se positionner entre la gauche et la droite. À titre de comparaison, ils sont 25 % chez les 46-56 ans, et 20 % chez les 66-76 ans.

Les raisons de cette désaffiliation sont diverses, selon l’enquête : par « méconnaissance », par « désintérêt » de la politique et « peut-être aussi par rejet ».

Une désaffection pour la politique de parti qui pourrait expliquer par exemple que malgré un intérêt fort pour l’écologie et la protection de l’environnement (52 % estiment que les questions environnementales sont très importantes), les jeunes ne vont pas apporter en masse leur adhésion à un parti comme EELV. Seulement 11 % des jeunes expriment une proximité avec ce parti.

Des informations qui pourront aussi contribuer à mieux cerner les phénomènes d’abstention chez les primo-votants.

li-an-lim-unsplash-no-planet-B
Li-An Lim via Unsplash

Une typologie des jeunes et de leur engagement

Olivier Galland et Marc Lazar établissent aussi quatre grandes typologies de jeunes en lien avec leur rapport à la politique et à l’engagement :

  • Les démocrates protestataires : ils sont 39 % des jeunes aujourd’hui, ils s’intéressent aux enjeux de société, notamment concernant les questions liées au genre et l’écologie, ils se disent attachés à la participation aux élections.
  • Les désengagés : ils représentent un quart des jeunes interrogés, en l’occurrence 26 %. Ils n’expriment pas d’opinion sur la politique, ne se sentent proches d’aucun parti.
  • Les révoltés : ils sont 1 jeune sur 5, soit 22 % des jeunes interrogés dans l’enquête. Méfiants à l’égard de la politique, ils penchent vers un changement radical de la société.
  • Les intégrés transgressifs : c’est le groupe le plus faible avec 13 % des jeunes interrogés. Très présents dans des associations, ils sont se disent heureux et sont intégrés socialement, mais présentent aussi une tolérance à l’égard des comportements violents.

Des jeunes encore attachés à la démocratie ?

Ne plus adhérer à une dynamique de partis politiques, signifie-t-il aussi remettre en question le modèle de la démocratie ? Seulement 51 % des jeunes s’y sentent très attachés.

Dans La Fracture, enquête de Frédéric Dabi sur les jeunes en 2021, les chiffres montraient d’ailleurs que la moitié des 18-30 voient d’un bon œil la possibilité d’un modèle autoritaire. L’idée que l’armée pourrait exercer le pouvoir rencontre en effet l’approbation d’un tiers des personnes interrogées.

À deux mois du premier tour, nos candidats et candidates à la présidentielle sauront-ils et elles combler le déficit de confiance et d’élan vers les urnes présent chez les jeunes ?

À lire aussi : Cette étude montre à quel point les violences conjugales concernent aussi les ados

Crédit photo : Nathan Dumlao via Unsplash

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Société

Une femme qui porte un keffieh palestinien sur son visage et le drapeau de la Palestine à la main // Source : hosny_salah de pixabay
Société

En Palestine, ces femmes font la révolution chacune à leur façon

Réalisatrice // Source : Jon Tyson
Pop culture

Le nombre de femmes réalisatrices a atteint un cap historique (mais insuffisant) en 2022, selon le CNC

Une main tenant une bille de verre devant un plan d'eau // Source : Sindre Strom de Pexels
Société

Ce que contient le « plan eau » pour plus de sobriété énergétique

5
Source : Photo Waldemar Brandt / Unsplash
Actualités

Pour l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, l’Union Européenne adopte de nouvelles règles

Sophie Binet, nouveau visage de la CGT // Source : Capture d'écran Youtube
Société

Qui est Sophie Binet, première femme à la tête de la CGT ?

Vanesa Campos avait été assassinée en 2017 dans le Bois de Boulogne // Source : Capture écran Youtube
Actualités

Vanesa Campos : la peine de ses meurtriers revue à la baisse en appel

1
Extrait de la docu-série Le Petit Bleu avec Lexie du compte Instagram @aggressively_trans
Société

Toute la pluralité des transidentités est explorée dans cette série-documentaire aussi accessible que passionnante

On ne devient pas trans par pression sociale prouve une étude sur la dysphorie de genre
Santé

On ne devient pas trans par « pression sociale » prouve une étude sur la dysphorie de genre

10
Antoine Vey accusé de harcèlement // Source : Capture écran Youtube
Actu en France

L’ancien associé d’Eric Dupond-Moretti, Antoine Vey, accusé de harcèlement

4
Femme assise sur un canapé pendant une consultations chez le psychologue // Source : Pexels
Société

Aller chez le psy reste très tabou, selon une étude IPSOS

1

La société s'écrit au féminin