Mymy devient la rédactrice en chef de madmoiZelle

madmoiZelle change de rédactrice en chef : Mymy succède à Clémence Bodoc.

Mymy devient la rédactrice en chef de madmoiZelleDorothée Biechy

edit le 10 juillet 2019 à 16h : suite aux nombreux commentaires reçus, j’ai modifié cet article.

Bonjour à toutes et à tous,

Je viens vous informer que nous avons décidé de nous séparer de Clémence.

Je ne pourrai jamais assez la remercier pour tout ce qu’elle a apporté à madmoiZelle en 6 ans, et en 3 ans à sa tête en tant que rédac cheffe. Je lui souhaite bonne continuation pour la suite de ses aventures.

Pour madmoiZelle et pour vous, nos lectrices et lecteurs, the show must go on.

De son côté, Mymy est rédac cheffe adjointe depuis 2015.

En novembre 2018, déjà, elle m’a dit et a dit à Clémence qu’elle se sentait prête à prendre la succession quand le moment serait venu.

Après quelques mois à assurer l’intérim, Mymy devient donc officiellement la rédactrice en chef de madmoiZelle.

Je lui laisse donc la parole, avant qu’elle ne revienne de façon plus détaillée en septembre pour vous présenter son projet éditorial.

Ici Mymy, je saisis donc l’occasion de vous dire quelques mots à ce moment qui représente, comme tout changement au niveau de la rédaction en chef, un vrai tournant pour madmoiZelle.

Premièrement, je partage la tristesse de Fab concernant son histoire avec Clémence, qui était aussi, à plein de niveaux, la mienne.

Clémence m’a énormément apporté pendant toutes ces années, dans ma vie pro comme perso.

Si je me sens prête, en 2019, à devenir la rédac cheffe de madmoiZelle, c’est en partie à elle que je le dois, et je l’en remercie.

Malgré ma tristesse face à la fin compliquée de cette histoire, je suis néanmoins enthousiaste, et heureuse.

Enthousiaste à l’idée de faire grandir madmoiZelle, d’accompagner ce magazine qui compte tant dans ma vie pour cette nouvelle étape.

Heureuse de la confiance que Fab, mais aussi le reste de l’équipe et vous, les madmoiZelles (et demoiZeaux) vous m’accordez depuis déjà 7 ans (!) que je viens 5 jours par semaine faire vivre le magazine.

Je ne vais pas m’étaler ici : je reviendrai à la rentrée vous présenter un peu plus clairement la ligne édito que j’ai envie d’impulser, le « madmoiZelle nouveau » que je veux construire, avec la rédac et avec vous.

Alors je vous dis à très bientôt, et en attendant, vous pouvez me retrouver… bah… sur madmoiZelle !

Je me doute bien que cette annonce va en surprendre beaucoup, et peut-être que cet article vous laissera « sur votre faim ».

Comprenez cependant que je ne souhaite pas en dire plus sur les raisons du départ de Clémence, que notre histoire nous appartient. Je vous demande de ne pas commencer à spéculer dans les commentaires, ça ne mènerait à rien de constructif.

En conclusion, merci de nous faire confiance pour revenir à la rentrée avec plus d’infos concernant la suite de madmoiZelle. Merci de nous avoir lus.

Fab

Fab

Fab est le créateur et le patron de madmoiZelle.com, lancé le 1er octobre 2005 dans son grenier. Il aime mener de très longues interviews et aider des jeunes-qui-n'en-veulent à percer.

Tous ses articles

Commentaires

VS_Submarine

Il y a consensus contre cet article. Les germes de ce que l'on reproche étaient déjà présentes lors de l'annonce de la propre nomination de Clémence en tant que rédac' cheffe. Je me souviens que ça m'avait fait tiquer à l'époque. C'est assez troublant rétrospectivement. Et puis, cela apporte aussi un éclairage complémentaire au podcast sur le sens du travail. Je vous laisse en juger par vous-même.


1) Le déballage de la politique RH auprès du lectorat.
En gros (de ce que j'en ai compris), Fab avait fait une proposition orale à Clémence. Après reflexion, cette dernière l'a acceptée via une lettre de motivation (par mail, pendant ses congés :lalala:... mais bon, ça n'est pas le propos... quoique :hesite:). La lettre en question (un très long extrait du moins) a été retranscite dans le corps de l'article.
Ce genre de document interne n'a pas lieu d'être diffusé auprès du public.
Comme Mymy à son tour, j'imagine que Clémence a participé à l'écriture de l'article annonçant sa promotion. Elle a vraissemblablement accepté de publier sa lettre de motivation. C'est peut-être même elle qui en a eu l'idée.
Qu'importe, cela démontre que Madmoizelle (sur)impliquait déjà son lectorat dans des décisions RH. Grosse erreur.
C'est dans l'ADN du magazine de jouer la carte de la proximité avec sa communauté. Mais ils sont allés beaucoup trop loin. Et ce, de leur propre initiative, sans qu'on ne leur ait rien demandé. Une communication standard aurait amplement suffit.

2) L'effacement de la frontière pro/perso dans les relations de travail
D'abord, je tiens à saluer la plume de Clémence. Sa lettre est très efficace et originale. Dans les commentaires, beaucoup semblaient émues (c'est par peur de casser l'ambiance que je n'avais rien dit).
Mais bon sang, son contenu est quand même vachement personnel! À la lecture, je me suis sentie intrusive et voyeuriste.
Ça tient déjà au fait que de base, en tant que lectrices, on n'aurait jamais dû y avoir accès, comme expliqué dans le point précédent.
Mais il n'y a pas que cela qui me dérange. Ça va bien au-delà. Un lien hiérarchique liait l'émetteur et le destinataire de cette lettre. Son objet portait sur l'avancement de carrière d'une salariée/subordonnée et sa vision pour l'avenir de la boîte en termes de projets. Je trouve ça très étrange (pour ne pas dire inapproprié) d'adresser des questions strictement professionnelles sur un registre aussi personnel. Cela m'interpelle mais finalement me surprend peu. C'est révélateur de la nature des relations de travail et du style de management en vigueur chez Mad.

Les critiques concernant l'annonce du licenciement de Clémence semblent à première vue relever de la forme (inélégance, manque de discretion, etc). Vous les avez volontiers attribuées à une maladresse. Dans le fond, il s'agit de la conséquence de problèmes bien plus profonds et anciens dont vous prendrez je l'espère la pleine mesure.
À mon humble avis, une remise à plat s'impose. Les dysfonctionnement sont ancrés dans l'identité et le positionnement du magazine. Pas facile donc. Toutefois, le changement de direction peut constituer une opportunité pour corriger certaines pratiques.
 
Dernière édition :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!