Live now
Live now
Masquer
pilule – femme – contraception
Santé

Marre de bouffer des hormones : la pilule est en berne en France

Symbole de la révolution sexuelle il y a une quarantaine d’années, la pilule contraceptive est aujourd’hui boudée par les Françaises, qui s’en méfient de plus en plus au profit d’autres méthodes de contraception.

Depuis la « crise de la pilule » en 2012, provoquée par un débat médiatique autour de la sûreté des contraceptifs oraux de 3e et 4e générations, c’est le désamour pour la pilule. Et cette méfiance ne cesse de grossir d’années en années, si bien que les personnes en âge de procréer préfèrent se tourner vers d’autres moyens de contraception.

C’est le constat que fait l’Agence nationale de sécurité du médicament et produits de santé (ANSM) dans une étude menée à l’occasion de la Journée mondiale de la contraception qui avait lieu le 26 septembre dernier : « la vente des contraceptifs oraux (progestatifs seuls ou combinés à un estrogène) est en baisse régulière depuis 10 ans (environ -12 %) »

« La répartition de l’utilisation entre les pilules contraceptives de 3ème et 4ème génération et celles de 1ère et 2ème génération […] est aujourd’hui respectivement de 14% et 86%. »

ANSM, étude « Contraception : où en sommes-nous ? »

Un désamour pour les pilules de 3e et 4e générations

En mars 2013, l’ancienne Ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, prenait la décision de mettre fin au remboursement des pilules contraceptives de 3e génération. En cause ? Le risque de phlébites, deux fois plus élevé pour les personnes sous ce type de pilules. D’après le Baromètre Santé 2016 sur la contraception :

« Les risques associés aux méthodes de contraception médicalisées ont alors été mis en avant. Immédiatement après le débat, une baisse globale de l’utilisation des pilules contraceptives et un report vers le DIU et le préservatif ont été constatés. »

Et cette tendance semble toujours d’actualité, puisque l’ANSM constate que depuis 2018, « la répartition de l’utilisation entre les pilules contraceptives de 3e et 4e génération et celles de 1e et 2e génération […] est aujourd’hui respectivement de 14% et 86% sur la totalité des contraceptifs oraux combinés (COC) vendus. »

pilule-contraception

D’après les chiffres de l’Ifop, dans une enquête menée en 2018 pour IllicoMed, 60% des personnes en âge de procréer estimaient que la pilule était un moyen de contraception contraignant et 79% d’entre elles pensaient qu’elle comportait un danger et pouvait provoquer de graves problèmes de santé. Ceci explique cela.

Les Françaises jettent leur dévolu sur les stérilets en cuivre.

Les méthodes de contraception privilégiées

« Pas envie de bouffer des hormones toute ma vie » : vous avez déjà entendu ou pensé ça ? Vous n’êtes pas seule. Car la pilule n’est pas le seul bouc émissaire ; il semblerait y avoir une méfiance croissante envers tous les moyens contraceptifs à hormones, puisque l’étude montre également un désintérêt pour les anneaux vaginaux (anneau flexible en plastique poreux contenant une association d’hormones, à insérer au fond du vagin) dont les ventes ont diminué de 50% depuis dix ans.

Au contraire, les Françaises jettent leur dévolu sur les DIU (stérilets) en cuivre qui « sont en nette progression depuis une dizaine d’années, avec un doublement des ventes sur cette période. » 

Mais voilà, le DIU en cuivre n’est pas bien supporté par tout le monde — tout comme le préservatif, autre méthode de contraception sans hormones. Difficile d’être correctement protégée sans se gaver d’hormones.

En attendant que les scientifiques nous pondent des contraceptifs moins contraignants (à quand plus de moyens de contraception pour les personnes à pénis, aussi ?), il est primordial de choisir un moyen contraceptif qui vous convient et qui s’adapte à votre mode de vie.

N’hésitez donc pas à vous renseignez auprès de votre médecin — et surtout, sortez couverte !

À lire aussi : Le slip chauffant pour les mecs est-il la solution de contraception du futur ?

Crédit photo : cottonbro (Pexels) / Pixabay (Pexels)


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

66
Avatar de Aesma
1 octobre 2021 à 10h10
Aesma
L'indice pearl de la pilule dépend du type de pilule. Mais globalement, on l'évalue aux alentours de 0.3. Donc sur 100 femmes qui utilisent cette méthode, il y a une chance sur 3 seulement qu'une tombe enceinte dans l'année
Donc globalement, ça reste un moyen de contraception très fiable
En termes d’efficacité pratique, les moyens les plus fiables sont le DIU et la ligature des trompes (pas pour tout le monde, certes).
Non, le taux d'efficacité pratique de la pilule c'est 91%, donc 9 grossesses dans l'année pour 100 utilisateurices. Les méthodes qui ont un taux d'efficacité pratique supérieure à 99% sont : l'implant, le DIU hormonal, la vasectomie, la salpingectomie, la ligature des trompes, le DIU au cuivre, la contraception thermique (andro-switch) et les injections hormonales "masculines".
On notera que l'indice de Pearl pour la ligature des trompes est 5 fois + élevé que celui de la vasectomie. La fertilité étant largement influencer par l'âge les CF de moins de 25-30 ans ont tout intérêt à se faire poser un implant ou un DIU hormonal qui présentent un taux d'efficacité + important que la ligature (à voir pour la salpingectomie mais je suppose qu'on est sur du 100% d'efficacité :hesite
0
Voir les 66 commentaires

Plus de contenus Santé

Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Source : Creative Commons
Daronne

Doliprane pour enfant : attention à certaines pipettes défectueuses, alerte l’ANSM

Source : npdesignde / Getty Images
Santé

Bed rotting : pourquoi glander au lit toute la journée est une mauvaise idée

3
femme-bar-verre-alcool // Source : URL
Santé

« À 29 ans, je dois arrêter l’alcool car c’est devenu incontrôlable » : dans la vie de Juliette, alcoolique mondaine

3
C'est l'appareil électroménager-star de nos cuisines ces dernières années : on veut bien évidemment parler de la friteuse à air chaud ! Louée pour sa praticité et sa rapidité, il se murmure néanmoins qu'elle serait cancérigène et dangereuse pour la santé. On démêle le vrai du faux.
Santé

Mal utilisées, les friteuses Airfryer peuvent-elles vraiment être toxiques pour la santé (comme l’affirme une étude coréenne) ?

Source : @Photo de Mikhail Nilov
Beauté

Un mouvement anti crème solaire sévit sur les réseaux sociaux et voici pourquoi c’est inquiétant

54
bethany-beck-unsplash mere sociale enfants d’arc en ciel
Daronne

Mère et atteinte de TDAH : « J’ai longtemps tenté de masquer mes difficultés quotidiennes »

14
Source : URL
Santé

Selon une nouvelle étude, il n’existe pas d’augmentation du risque de cancer pour les enfants nés d’une PMA

Source : URL
Beauté

Pourquoi vous devriez arrêter de faire des lissages brésiliens

La société s'écrit au féminin