La pilule est plus risquée que le vaccin AstraZeneca, et ça ne gêne personne


Suspendu dans plusieurs pays dont la France, le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 serait à l'origine de cas de thromboses. Comme les pilules contraceptives qu'on avale tous les jours, non ?

plaquette de pilules contraceptivesReproductive Health Supplies Coalition (Unsplash)

Suspendu depuis lundi en France, comme l’ont fait plusieurs pays voisins, le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 est au cœur de toutes les inquiétudes. En cause, l’apparition de quelques thromboses, autrement dit un caillot dans une veine qui va bloquer la circulation sanguine, chez plusieurs personnes ayant reçu le vaccin.

Seulement, voilà, pour le moment, il n’y a pas de lien scientifiquement prouvé entre l’injection de ce vaccin et les thromboses repérées.

Mais ce qui ressort de cette décision politique de suspendre l’utilisation du vaccin suédois-britannique, c’est que les risques de thrombose inquiètent bien moins lorsqu’ils sont liés à la prise de la pilule contraceptive.

Car c’est une réalité : l’œstrogène contenu dans les pilules de troisième et quatrième génération favorise la coagulation sanguine et modifie la pression dans les vaisseaux sanguins. Le risque de thrombose est plus important s’il est associé à des antécédents familiaux et à certains facteurs de risques, comme le surpoids ou le tabagisme.

Des risques bien connus… mais qui n’ont jamais suscité une inquiétude similaire à celle que l’on observe ces derniers jours à l’égard du vaccin AstraZeneca et de ses risques présumés.

30 cas pour 5 millions contre 40 pour 100.000

En tout, c’est une trentaine de cas de thrombose qui ont été repérés sur les cinq millions de personnes vaccinées avec ce vaccin dans toute l’Europe. Concernant la pilule de troisième génération, on relève quarante cas d’accidents thromboemboliques veineux pour 100.000 femmes par an, selon l’Agence nationale de sécurité du médicament. 

Pas besoin d’être très douée en maths pour distinguer un écart écrasant.  

En France, un peu plus d’un million de personnes ont reçu l’AstraZeneca et un seul cas de thrombose a été détecté. 

Alors, qu’en déduire ? Malgré les nombreuses études récentes montrant que les contraceptifs oraux comportent des risques pour la santé, malgré la médiatisation de plusieurs cas graves, la société reste relativement peu attentive à ces problématiques de santé qui touchent les femmes.

Et lorsqu’un vaccin serait, sans qu’on en soit absolument certain, responsable des mêmes conséquences, mais dans des proportions bien moindres, c’est la panique qui l’emporte occasionnant une nouvelle vague de défiance à l’égard de la vaccination.

À lire aussi : Panique autour de la pilule contraceptive : le point avec des expertes

Maëlle Le Corre

Maëlle Le Corre


Tous ses articles

Commentaires

Jeroboam

Je ne sais pas si c'est très pertinent de comparer les deux choses puisqu'il y a des questions de protocoles, temporalités etc... Mais je pense que concernant les effets secondaires de la pillule il y a éffectivement une minimisation des risques qui sont bien réels pour preuve on demande aux femmes prenant la pillule de faire des prises de sang régulièrement pour s'assurer que tout va bien, la liste des effets secondaires est longue comme le bras, du physique au mental, les professionels de santé ne sont pour beaucoup que très peu disposés à en discuter à les prendre en compte et à les expliquer, quant au... choix ? Oui il existe mais dans quelle mesure quand déjà on est peu et/ou mal informés, quand on voit que pas mal de contraceptifs sont risqués, même ceux au cuivre etc... De nombreuses femmes s'arrachent les cheveux allant de pillules en pillules, pour au final se retrouver à devoir utiliser le préservatif qui peut ne pas être une solution idéale non plus sur le long terme. Vu le marché que ça représente et donc l'argent et les moyens potentiellement en jeu je me demande comment on n'a pas encore trouvé plus de solutions variées ou diminué les risques ... Et au final ce qui est le plus pertinent dans la comparaison entre les deux c'est plus la réaction de nombreux hommes qui sont là "oh lala" 6 cas sur 10millions c'est beaucoup sans penser que peut être leur femme se place dans des risques bien plus grands pour qu'ils n'aient pas à s'occuper de la contraception.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!