Retour sur les manifs féministes de ce 8 mars 2020

Faustine revient sur les moments qui l'ont le plus marquée pendant les manifestations féministes du 8 mars, la Journée Internationale des Droits des Femmes !

Retour sur les manifs féministes de ce 8 mars 2020

Le 8 mars a été une journée forte en émotions. Je suis partagée entre ma colère qui gronde face au chemin à parcourir, et mon espoir quand je vois les femmes se mobiliser, ensemble, pour dénoncer les injustices faites aux femmes.

Après ce week-end mouvementé, je reviens avec toi sur ce qui m’a marquée.

Une vidéo forte d’Esther reporter retraçant la marche nocturne féministe du 7 mars

Les émotions que j’ai ressenties en ce 8 mars, Esther Reporter les incarne avec beauté dans sa nouvelle vidéo : Le vieux monde se meurt, on dansera sur sa tombe.

Sur un montage sobre en noir et blanc défilent des images qui retracent la soirée de mobilisation du samedi 7 mars, de la préparation des affiches aux manifestations dans la rue.

En fond, la voix d’Esther qui énonce avec douleur les violences sexistes et sexuelles auxquelles sont encore exposées les femmes.

« Il y a les petites humiliations du quotidien, le « Suce ma bite salope ! » sifflé entre les dents, juste assez fort pour que sur ce quai de métro personne d’autre ne se doute de rien. »

Il y a les violeurs récompensés. Les victimes culpabilisées, insultées.

Il y a l’incapacité de certains à nous percevoir comme autre chose que des objets de plaisir, des objets baisables qui doivent être disponibles sans condition. »

Esther confie aussi l’épuisement qui, souvent, découle de l’engagement féministe :

« Il y a la fatigue de devoir expliquer, réexpliquer. Sans t’énerver s’il te plaît je te pose une question je t’ai pas agressée. »

Esther parle à la première personne, mais c’est au nom de toutes les femmes qu’elle s’exprime.

Si la journaliste a l’habitude de mettre en avant un féminisme optimiste dans son travail, ce jour-là, elle a eu besoin de lister les choses qui la mettent en colère. 

Si tu te sens parfois abattue, si tu perds parfois espoir, je te conseille de regarder la série Les bonnes nouvelles du féminisme d’Esther, qui décortique chaque mois les progrès qui ont été faits en matière de droits des femmes.

De quoi te mettre du baume au cœur !

La police VS les manifs féministes à Paris

À Paris, la marche féministe du 7 mars s’est achevée par des heurts avec la police. C’est ce que montre ce post de NousToutes sur Twitter :

La maire de Paris Anne Hidalgo s’est dite choquée par des violences inadmissibles de la part des forces de l’ordre et a affirmé son soutien aux manifestantes et manifestants.

Le HuffPost a également filmé les violences et laissé la parole à des femmes présentes sur place :

Elles réagissent aux violences et témoignent :

« J’ai des élèves à moi qui ont été traînées sur les marches du métro, et c’est totalement honteux. »

Les violences policières sont dénoncées régulièrement ces derniers mois, notamment dans le cadre des mobilisations des Gilets Jaunes.

Force est de constater qu’elles concernent aussi les manifestations féministes.

Des slogans puissants pendant les manifs féministes

Pour finir sur une note positive, ce que je retiens des manifestations du 8 mars, c’est surtout une mobilisation importante dans de nombreuses villes de France. NousToutes relève 60 000 participantes et participants rien qu’à Paris !

Une mobilisation qui démontre que la solidarité et l’engagement en faveur des droits des femmes sont bien réels, et qui me rend optimiste sur la suite.

Des affiches aux slogans puissants pouvaient être aperçus au sein manifestations de nombreuses villes de France.

J’ai sélectionné pour toi quelques slogans qui m’ont le plus marquée.

Des références aux règles, tout d’abord :

« La cup est pleine, ça va saigner. »

« Notre sang ne vous dérange… que lorsqu’il vient de nos vagins. »

Un bon moyen de lever le tabou des règles et de démocratiser le sujet !

De nombreuses affiches faisant référence à la cérémonie des César ont été brandies par les manifestantes et les manifestants, avec la fameuse citation « On se lève et on se casse », du nom de la tribune par la romancière féministe Virginie Despentes.

L’actualité brûlante autour du Coronavirus a été détournée en phrases choc, avec l’invention d’un nouveau virus, le « Patriarcat virus ».

« Je risque + de mourir de féminicide que de coronavirus. »

Et toi, es-tu allée aux manifestations du 8 mars ? Viens me raconter comment tu as vécu cette journée dans les commentaire !

À lire aussi : Mon message du 8 mars, à toutes les meufs imparfaites

Faustine M

Faustine M


Tous ses articles

Commentaires

wolfa

Il est logique, légitime et sain de critiquer les policiers lorsqu'ils commettent des violences non justifiées. Et de les sanctionner le cas échéant.
En revanche, @skärgård , tu as raison de rappeler qu'il est disproportionné (pour le moins : en fait c'est indécent) d'assimiler ces excès policiers aux agissements du IIIème Reich..
Et tu as également raison d'observer qu'une telle assimilation est en outre contre-productive.

Petite remarque complémentaire sur ce sujet : la comparaison - en France - entre forces de l'ordre et nazis ne date pas d'hier : en mai 68, les étudiants manifestants scandaient "CRS SS". Ce n'était pas leur meilleure trouvaille..
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!