Live now
Live now
Masquer
Capture d’écran 2022-12-05 à 22.14.01
Sport

Longtemps boudé par le Brésil, le numéro 24 est de retour sur le terrain au Qatar, et voici pourquoi

06 déc 2022
Boudé par les joueurs de la Seleção et leurs supporters depuis des décennies pour des raisons homophobes, il a fait son grand retour sur le dos de Gleison Bremer. Son poste ? Défenseur central. Un rôle qui n’a jamais été aussi à propos.

Ce n’est peut-être qu’un chiffre pour nous, mais pour eux ça veut dire beaucoup. Vendredi 2 décembre, Gleison Bremer, le défenseur central brésilien, a porté le maillot numéro 24 lors du match de Coupe du monde qui opposait son équipe au Cameroun, au Qatar. Un numéro qu’il est très rare de voir porter par les joueurs de la Seleção, pour des raisons homophobes. 

Une insulte homophobe

« Pour moi, c’est un maillot comme un autre, l’important est d’être à la Coupe du monde, le numéro n’a pas d’importance », a déclaré Gleison Bremer. Pourtant, au Brésil, le numéro 24 est l’équivalent d’un vendredi 13. On l’évite comme la peste. Comme l’explique France Info, l’origine de ce désamour tient au « jogo do bicho », en français « le jeu de bête ». Dans ce jeu de loto clandestin, apparu à Rio au XIXe siècle, la case numéro 24 est celle de cerf, qui se dit « veado » en portugais. Un mot proche de « viado », une insulte homophobe. C’est pour cette simple raison, qui peut sembler idiote et discriminante, que les joueurs de foot brésiliens et leurs supporters évitaient jusque-là de porter le 24 sur leur maillot. 

Le 24 au Qatar, tout un symbole 

Si le 24 est boudé depuis des décennies par l’homophobie d’une partie des Brésiliens, la communauté LGBTQI+ s’en est emparée pour en faire un symbole de résistance. Ainsi, le fait que Gleison Bremer aille à l’encontre des mentalités bien ancrées pour réhabiliter ce chiffre n’a rien d’anodin.

À cela s’ajoute également le contexte du mondial qatari. Avant même le début de la compétition, l’organisation de défense des droits humains Human Rights Watch pointait déjà du doigt les violences perpétrées par les autorités qataries à l’encontre des personnes LGBTQI+. Dans le sillage de cette discrimination, la Fifa avait interdit aux joueurs de porter le brassard « One Love », un symbole censé soutenir toutes les minorités discriminées. Une censure à laquelle les joueurs allemands n’avaient pas manqué de réagir, posant la main sur la bouche lors de la photo de leur premier avant-match du Mondial, pour signifier la censure qu’on leur imposait. Alex Scott, consultante sportive de la BBC, avait quant à elle directement désobéi à l’interdiction de la Fédération en portant ostensiblement le brassard, en direct à l’antenne.

À lire aussi : Qatar 2022 : la ministre des Sports encourage les Bleus à « exprimer leur engagement en faveur des droits humains » 

Visuel de Une : capture écran Youtube

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Sport

Crédit photo :  Jean-Pierre Bazard Jpbazard — Travail personnel, CC BY 4.0,
Sport

La navigatrice Clarisse Crémer dénonce l’injustice des règles du Vendée Globe, qui « interdisent aux femmes d’avoir un enfant »

Aïda Djoupa

02 fév 2023

Lifestyle

5 conseils pour une Saint-Valentin sous le signe de l’amour de soi

Humanoid Native
01gpxmmnj1f9azbs2ayd
Sport

La footballeuse Sara Björk Gunnarsdóttir révèle comment l’OL a coupé son salaire durant sa grossesse

Capture d’écran 2023-01-10 à 10.48.29
Société

« Il ne m’a jamais regardé comme un agent mais comme un bonbon à croquer » : Sonia Souid dénonce les comportements de Noël Le Graët

football coupe du monde foot
Actu mondiale

Qatar 2022 : pourquoi l’arbitre brésilienne Neuza Back n’a pas serré la main du cheikh ?

Camille Lamblaut

20 déc 2022

1
les nageuses film
Pop culture

Les Nageuses, l’histoire vraie de deux soeurs athlètes réfugiées est le film à voir sur Netflix

Maya Boukella

12 déc 2022

2
montre-connectee-pola-ignite-3-fitness
Lifestyle

Une montre connectée peut-elle améliorer son quotidien ?

arisa-chattasa-HZbqhd5aK3I-unsplash
Sport

À Cuba, les femmes sont (enfin) autorisées à faire de la boxe en compétition

Camille Lamblaut

07 déc 2022

sandrine rousseau mondial equipe de france pleutres
Sport

Qatar 2022 : Sandrine Rousseau fustige le manque de courage de l’Équipe de France

Maëlle Le Corre

29 nov 2022

2
Capture d’écran 2022-11-24 à 12.15.46
Sport

Qatar 2022 : la ministre des Sports encourage les Bleus à « exprimer leur engagement en faveur des droits humains » 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

Le blanc obligatoire à Wimbledon, c’est fini
Actualité mode

Le blanc obligatoire à Wimbledon, c’est fini, et c’est tant mieux pour les joueuses

Anthony Vincent

22 nov 2022

La vie s'écrit au féminin