Live now
Live now
Masquer
botox-interdit-aux-moins-de-18-ans-au-royaume-unis
Santé

Le Royaume-Uni interdit le Botox aux moins de 18 ans et met en lumière ses complications

27 sep 2021

Le Botox fait partie des pratiques qui se sont très largement démocratisées au fil des décennies. Et il séduit de plus en plus les jeunes, au point que le Royaume-Uni a interdit la pratique d’injection préventive aux mineurs. 

Que ce soit à travers les réseaux sociaux ou encore à la télévision, la chirurgie esthétique est dorénavant monnaie courante dans le paysage visuel. Mais cette démocratisation de la toxine botulique n’est pas du goût de tous.

Aux États-Unis, la FDA — l’agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux — a autorisé son utilisation à des fins préventives dès 18 ans dans un concept de « pré-rajeunissement ». Le but ? Prévenir l’apparition des premières rides, ourler les lèvres, « adoucir » certains traits du visage ou encore ouvrir le regard

De l’autre côté de l’Atlantique, le gouvernement britnanique a choisi de prendre des mesures beaucoup plus drastiques face à l’engouement des mineurs pour la chirurgie esthétique. Il décide ainsi d’interdire le Botox « préventif » aux personnes de moins de 18 ans.

Et cette interdiction n’arrive pas par hasard : elle fait suite à l’enregistrement d’une hausse de demandes d’injections ces derniers mois — selon La Dépêche, « plus de 41.000 procédures effectuées sur des mineures ont été enregistrées rien que l’année dernière ».

Un chiffre impressionnant, pour lequel on blâme parfois les émissions de télés-réalités telles que Love Island… Mais le sujet est plus complexe que ça. Les réseaux sociaux, la démocratisation des opérations auprès des célébrités et les prix toujours plus attractifs des pratiques de chirurgie font également partie des éléments déclencheurs auprès des plus jeunes. 

Le Royaume-Uni interdit le Botox aux moins de 18 ans et met en lumière ses complications

Le Botox, une pratique loin d’être sans risque 

Selon une étude britannique relayée dans The Observer et menée par quatre médecins des hôpitaux Royal Free et St Thomas de Londres, les injections de Botox seraient bien moins anodines qu’elles en ont l’air.

Le taux de complications inhérent à leur utilisation serait de 16%, avec une personne sur six souffrant d’effets indésirables. Maux de tête, nausées, paralysies faciales, vertiges, raideur musculaires feraient partie des problématiques liées à l’injection de toxine botulique. 

« Il serait même question, dans certains cas, de symptômes cardiovasculaires pouvant aller de l’hypertension à la crise cardiaque. »

Attention tout de même : les médecins tiennent surtout à donner l’alerte sur « les personnes sans formation adéquate qui injectent du Botox » et non sur le Botox lui-même, explique The Observer.

Pourtant, seulement 188 complications auraient été rapportées à l’Agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé durant les 29 dernières années. Un chiffre qui étonne le docteur David Zargaran, l’un des principaux auteurs de l’étude, relayé par The Observer

« J’ai été surpris de constater un nombre aussi faible d’incidents signalés. C’était surprenant car cela équivaut à moins de 10 événements indésirables par an au Royaume-Uni. Je pense que la base de données de la MHRA sous-estime de manière significative le nombre total de complications. » 

Dans tous les cas, le gouvernement du Royaume-Uni semble avoir tranché : mieux vaut prévenir, que guérir, en tout cas chez les plus jeunes.

À lire aussi : Oui, les jeunes font plus de chirurgie esthétique, mais non, ce n’est pas (seulement) à cause des influenceuses

Crédits de l’image de une : Unsplash – @Diana Polekhina

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Santé

Santé
Femme durant une consultation chez le cardiologue

Les femmes meurent des maladies du coeur. Pourquoi ne le savent-elles pas ?

Santé
idees-recues-cancer-du-sein-gyneco

Une gynécologue débunke les idées reçues sur le cancer du sein

Hygiène
Patiente chez le dentiste - hygiène dentaire covid

L’impact de la pandémie sur l’hygiène dentaire fait grincer des dents

Santé
pexels-karolina-grabowska-vulvae pathologie vulve

Prenez soin de votre vulve avec Vulvae : l’appli est enfin disponible !

Maëlle Le Corre

13 oct 2021

Santé
mains-croisees-pubis-vert

Puisqu’il faut le répéter : la vapeur dans le vagin reste un big no-no

Mymy Haegel

12 oct 2021

Témoignages
Une punaise de lit

J’ai vaincu les punaises de lit sans appeler d’exterminateur, voici mes secrets

Une madmoiZelle

11 oct 2021

63
Témoignages
femme-deprime
Sponsorisé

L’anxiété et la dépression, racontées par celles qui les vivent

Aïda Djoupa

11 oct 2021

14
Santé
live_twitch_1110_vertical(2)
Sponsorisé

Ce soir, on cause santé mentale sur Twitch avec vous — et dans la bonne humeur s’il vous plaît !

Santé
Réglophobie

Pour 55% des Français, parler des règles en public serait « inapproprié » : le tabou a la peau dure

Eva Levy

08 oct 2021

29
Témoignages
Poterie représentant une vulve.

La labioplastie racontée par celles qui l’ont choisie, entre complexes et confort

Laura Bonnet

06 oct 2021

17

La vie s'écrit au féminin