7 questions à se poser avant de se lancer dans le streaming


Sur quels jeux ou sujets de discussion streamer ? Faut-il être régulière pour lancer sa chaîne sur Twitch ? Comment se faire aider ? Vous avez un projet de chaîne de live en tête mais vous hésitez à vous lancer ? Ces 7 questions vous aideront à passer le pas.

7 questions à se poser avant de se lancer dans le streaming

En partenariat avec Logitech (notre Manifeste)

Nul doute que cette année encore, l’ambiance conviviale et bonne enfant du ZEvent, le plus gros rendez-vous annuel du streaming français, créera des vocations et des envies.

Mais comme pour tout projet, se lancer dans le streaming ne se fait en un claquement de doigts. Dans ce premier épisode de notre guide du streaming, découvrez les questions à vous poser avant de lancer votre premier live !

1. Pourquoi je veux streamer ?

C’est le b.a.-ba de tout lancement de projet et pourtant, avec l’excitation, on peut vite négliger cette étape. Se questionner sur les raisons qui poussent à se lancer dans une nouvelle aventure, quelle qu’elle soit, est essentiel pour être certaine de ne pas céder à une lubie passagère !

Jennifer Lufau de l’association Afrogameuses explicite pour madmoiZelle :

« Quel est mon objectif ? Est-ce que c’est juste pour faire comme tout le monde ? Pour partager mon intérêt avec d’autres gens ? Créer une communauté ?

Streamer n’est pas une activité facile ni à portée de tous. Se poser ces questions, c’est ce qui va aider à tenir le coup et à trouver une certaine pérennité dans son activité. »

2. Suis-je prête à encaisser la visibilité sur Internet ?

La question qui découle naturellement touche toutes les personnes qui prennent la parole sur Internet : suis-je préparée à voir ce que je suis et/ou ce que je produis jugé, critiqué et ce, sans que je ne puisse faire supprimer les réactions ?

Être à l’origine d’un contenu peut donner l’illusion qu’il est maîtrisé, mais c’est malheureusement loin d’être le cas. Tout ce qui est en ligne sur Internet s’y inscrit potentiellement à jamais, même lorsque les publications originales sont supprimées. Avant de se lancer, il est nécessaire de prendre conscience que cette médiatisation peut avoir des conséquences sur sa vie personnelle et professionnelle.

Sans compter qu’Internet accroît la portée de la parole des femmes et leur visibilité mais les exposent aussi à des critiques et attaques qui peuvent être difficiles à gérer au quotidien. Jennifer Lufau raconte :

« Sur Twitch et YouTube live, je suis jugée sur mon apparence et ce que je porte, je reçois des commentaires qui n’ont rien à voir avec ce que je fais en tant que streameuse. Il faut aussi s’attendre à être sous-estimée en tant que gameuse et se préparer à l’incitation à la haine mais aussi au racisme subtil.

Les outils de modération habituels ne captent pas les commentaires qui relèvent de micro-agressions, de sexisme ou de racisme ordinaire. De mon côté, je fais toujours en sorte d’avoir un ou deux modérateurs pour minimiser les risques de voir ces commentaires. »

Si ces injonctions sont spécifiques aux femmes, les hommes sont aussi aux prises avec une forme de violence sur ce type de plateformes. Et les deux genres peuvent être victimes de swatting (canular téléphonique consistant à faire intervenir les forces de l’ordre chez le streameur) ou doxés (révélation des données personnelles du streameur). Le harcèlement sur Internet touche tout le monde, ce qui peut décourager à se lancer.

3. Quelle est ma ligne éditoriale ?

Une fois ces interrogations préalables balisées, place aux questions existentielles : de quoi avez-vous envie de parler ? Quel est votre sujet d’expertise ? Sur quel jeu poutrez-vous tout le monde ? Quel est votre particularité, votre ton ? Quelle est votre force, qu’est-ce qui vous démarque des autres ?

Pour brainstormer efficacement, vous pouvez prendre une feuille blanche et y écrire des mots-clés en vrac, des choses qui vous font vibrer, des sujets sur lesquels vous pourriez vous épancher pendant des heures, afin de déterminer les thèmes et les jeux qui maintiendront votre motivation à moyen et long terme.

Discutez-en avec vos amis et vos proches, demandez-leur de vous aider à aller au bout de votre réflexion afin qu’elle soit la plus complète possible.

De l’avis général, il faut streamer pour soi et pas pour plaire à une audience ou pour céder à une tendance du moment. Bien que la concurrence soit rude, des streameuses et streameurs se sont forgé des communautés solides en performant sur des jeux dont personne ne parlait ou en prenant la parole sur des sujets pas encore investis sur les plateformes. Le plus important, c’est que votre ligne vous plaise.

Cette étape sera aussi utile pour déterminer votre identité visuelle et votre nom de chaîne !

4. Quel temps ai-je à consacrer au streaming ?

Que vous vous lanciez dans le streaming pour passer le temps ou pour en faire activité, il est primordial de savoir à l’avance quel volume horaire vous pourrez y consacrer. Dans la création de contenus sur Internet, la régularité vous permettra une gestion plus détendue de votre planning.

Quels moments pouvez-vous consacrer à cette activité en semaine et en week-end, en journée et en soirée ? À quelles périodes serez-vous complètement indisponible en raison d’examens, de vacances ou de rush professionnel ? Souhaitez-vous réserver des soirées ou des journées au streaming ? Plus vous anticiperez, plus votre planning de stream vous semblera facile à gérer.

Jennifer Lufau précise :

« Il faut surtout essayer de garder des jours fixes et prévenir sa communauté quand on va streamer, via son planning Twitch, ses réseaux sociaux ou son Discord. Mais il faut garder en tête que quand on commence, la communauté qui nous suit est aussi souvent bienveillante ! Les followers sont respectueux et patients, ils ne nous en veulent pas si on ne streame pas pendant une à deux semaines. »

5. Quels sont les moyens à ma disposition ?

Avant de céder aux sirènes de la consommation et de l’achat de matériel, faites une liste des moyens que vous possédez déjà.

Pour se lancer, deux éléments sont absolument indispensables : une très bonne connexion Internet et un ordinateur assez puissant pour faire tourner des logiciels de diffusion en direct.

Côté accessoires, vous pourrez investir progressivement pour monter en gamme mais au début, vous aurez besoin :

  • D’un micro
  • D’un casque
  • D’une carte son
  • De deux écrans (un pour le jeu / la cam et un pour le stream)
  • D’une webcam ou d’une caméra
  • De lumières
  • D’une carte de capture vidéo (si vous jouez sur console)

Le streamdeck (qui permet de switcher manuellement d’un écran à un autre pendant une game) n’est pas indispensable pour se lancer.

Jennifer Lufau explique :

« On aura beau mettre des milliers d’euros dans son équipement, ce n’est pas ça qui va garantir le succès. Streamer, c’est avant tout une affaire de rigueur, de sociabilité et de travail.

Cela étant dit, il est très important qu’on capte la voix et les émotions. Il est possible de streamer sans montrer son visage comme Snooz Sekai ou Melle Rose par exemple. C’est une bonne alternative pour celles qui ne voudraient pas s’exposer publiquement, et ça permet de concentrer l’attention sur ce sur quoi on streame. »

Vous souhaitez en savoir plus sur le matériel idéal pour streamer ? Une sélection d’accessoires Logitech, la dominante du marché, sera proposée sur madmoiZelle le 23 octobre.

6. Qui peut m’aider à me lancer dans le streaming ?

Votre entourage recèle sans doute de compétences que vous n’imaginez pas.

Si tout le monde ne connaît pas de régisseur spécialisé en plateau de stream, vous avez cependant peut-être autour de vous des personnes prêtes à vous filer des coups de main (rémunérés ou non, c’est vous qui décidez) sur plusieurs aspects de votre projet : une pote graphiste qui peut vous faire une bannière de chaîne sympa, un cousin fan de streameurs qui veut bien vous dépanner sur la modération du chat, une pote fan de déco qui est saucée pour vous aider à mettre en scène votre plateau…

Faites le tour de vos contacts et envoyez des perches, vous serez sans doute surprise de l’aide que vous pourrez obtenir !

7. Sur quelle plateforme streamer ?

La dernière question à se poser avant de se lancer dans la création de sa chaîne est elle aussi décisive : Twitch ou YouTube Live ?

Tout dépend de votre positionnement. Si YouTube jouit d’une audience plus grand public, son interface pour les streameuses est aussi moins gamifiée et gratifiante que Twitch, dont la force est l’interaction avec sa communauté.

Conçue spécialement pour le live, avec son système d’abonnements et de dons intégré, sa proposition d’élever son statut (affilié, partenaire) et ses emojis personnalisés, Twitch est aujourd’hui une plateforme nettement plus attirante pour des streameuses qui se lanceraient.

Vous avez toutes les réponses à ces questions et vous êtes plus déter que jamais à vous lancer ? C’est parti, que l’aventure commence !

Se préparer à streamer

Vous avez un projet (à peu près) déterminé, un premier set-up et une idée des jours où vous allez streamer.

Premier réflexe, protégez vos données : à la fois vos données de connexion mais aussi les données personnelles qui traînent à votre sujet sur le Web.

En ouvrant votre chaîne, utilisez des mots de passe complexes et différents afin d’éviter les tentatives de hacking. Cherchez votre nom et votre pseudo sur Google pour vérifier toutes les informations qui y sont associées.

Si vous avez créé une autoentreprise que vous avez domicilié chez vous par exemple, votre adresse postale est affichée publiquement sur societe.com (ainsi que sur une multitude de sites qui aspirent ces informations, comme verif.com). Demander la suppression de ces données est fastidieux et lent, mieux vaut-il y être préparée.

Pour protéger sa vie privée et la séparer de sa chaîne, Jennifer Lufau recommande par exemple d’ouvrir des comptes de réseaux sociaux dédiés au streaming.

Une fois cette vérification faite, le gros de la config commence. Vous pouvez vous appuyer sur le Creator Camp de Twitch ou sur le guide de la diffusion en direct de YouTube, en fonction de la plateforme que vous aurez choisie.

Dans les deux cas, une fois la configuration de votre chaîne prête, vous devrez opter pour un logiciel de diffusion en live. Twitch recommande plusieurs logiciels, mais le choix de la majorité des streameurs se porte sur OBS (un logiciel libre) et Streamlabs.

Pour vous débloquer en cas de problème de config, YouTube regorge de vidéos tuto qui résoudront sans doute vos difficultés principales.

Mais si ça ne suffit pas, vous n’êtes pas seule !

Des communautés de streameuses gagnent en puissance ces derniers mois et s’entraident en ligne. Les Discords de Stream’Her, d’Afrogameuses et de Persos Cachés (qui promeut la diversité ethnique dans les jeux vidéo) pourront accueillir vos questions et vos doutes et vous encourageront à poursuivre sur votre voie.

Dans ces communautés qui reposent sur l’échange de bonnes pratiques, vous trouverez des personnes parfois prêtes à collaborer, à mutualiser leurs moyens, à se serrer les coudes et à se filer des coups de main pendant les lives. Vous recherchez une personne pour modérer votre chat ? Pourquoi ne pas faire un échange de bon procédé en modérant aussi celui d’une autre streameuse ?

Pour tenir sur la durée, s’ancrer dans une communauté et se sentir soutenue peut faire toute la différence.

C’est là le cœur du projet de streaming : construire et participer à une communauté dans laquelle vous vous sentirez… vous.

La Rédaction

La Rédaction


Tous ses articles

Commentaires

Ezryth

C'est chouette de faire une article clair à ce sujet ! Moi qui commence tout juste, je vous dis merci :gnih:

(Le moment autopromo, j'ai le lien de ma chaine dans ma signature si jamais ca vous interesse, avec celui du discord jeux vidéos mis en place sur madz depuis 2/3 ans :cretin:)
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!