Live now
Live now
Masquer
Bureau – collègues – pollution
Santé

L’air des bureaux ralentirait nos cerveaux, raison de plus pour brûler les open spaces

Vous travaillez dans un open space ? Pas de bol, car l’atmosphère des bureaux n’est pas bonne pour nos intellects…

Bonne nouvelle, les scientifiques ont trouvé la meilleure excuse à fournir à votre boss pour éviter de travailler en open space.

Mauvaise nouvelle, cela signifie que jusqu’à maintenant, l’air que vous respiriez au bureau était non seulement très pollué, mais qu’il vous rendait aussi moins performante et moins concentrée…

L’air des bureaux, pollué et néfaste

Contrairement à ce qu’on peut penser, l’air intérieur est nettement plus pollué que celui qu’on respire en extérieur — et ce, même si vous traversez une grande artère fumante de pots d’échappement en pleine heure de pointe.

Dans un espace clos, non seulement la pollution du dehors s’immisce sournoisement par les ouvertures, mais les produits ménagers, les matériaux de construction, les colles utilisées pour l’ameublement, et les appareils électroniques ou à combustion ajoutent leur lot de polluants peu ragoûtants.

Et dans les bureaux, même les plus modernes, c’est encore pire ! Ajoutez à cela une concentration en CO2 dégagée par la respiration de vingtaine de collègues agglutinés dans un open space mal aéré, et on vous laisse imaginer les dégâts sur la santé : entre autres réjouissances, l’air intérieur peut provoquer de l’asthme, des allergies respiratoires, des irritations du nez et des voies respiratoires, et même un effet cancérigène.

Mais l’air souillé de nos lieux de travail n’est pas seulement mauvais pour notre santé, il l’est aussi pour nos capacités cognitives. Une récente étude menée pendant un an dans les bureaux de six pays du monde entier a montré qu’il existait « une relation directe entre la quantité de particules fines dans l’air et les mauvaises performances des personnes. »

Autrement dit, plus l’air des bureaux est pollué, moins les employés seraient efficaces et réfléchis.

Les personnes testées sur leur lieu de travail semblent « sensiblement plus lentes dans leur tâche si le bureau est rempli d’air pollué ».

Nos cerveaux au ralenti dans les open spaces

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont observé les niveaux de pollution autour des employés de bureau en Chine, Inde, Mexique, Thaïlande, États-Unis et Royaume-Uni, pendant un an au moment où ils passaient des tests. Ces tests cognitifs évaluaient à la fois l’attention sélective, la vitesse cognitive et la mémoire de travail. 

Résultats : les personnes testées sur leur lieu de travail semblent « sensiblement plus lentes dans leur tâche si le bureau est rempli d’air pollué ».

Et si les employés travaillant dans un environnement impur sont interrompus par l’appel d’une cliente ou sollicités par un collègue, l’étude montre qu’ils et elles mettront plus de temps à se remettre au travail que la normale.

Votre manque de concentration en open space n’est donc peut-être pas seulement due à vos beuveries de la veille ou au brouhaha de vos collègues qui se racontent leur week-end…

Il faut faire circuler plus d’air de l’extérieur pour tenter de diminuer les quantités en CO2.

Un peu d’air, de l’air !

Votre boîte possède des locaux tout neufs ? Vous n’êtes pas non plus épargnée. L’étude souligne que même lorsque le bâtiment est récent, ce type de ralentissement cognitif lié à la pollution est observé.

Point positif depuis l’apparition du Covid et de la distanciation sociale dans nos vies : on réfléchit davantage à des solutions pour coexister sur les lieux de travail sans se contaminer et… on aère davantage !

Du pain béni pour un environnement de travail un poil plus sain.

L’air des bureaux ralentirait nos cerveaux, raison de plus pour brûler les open spaces

Autre solution pour ne pas pédaler dans la semoule devant son ordinateur ? Tout simplement faire circuler plus d’air de l’extérieur pour tenter de diminuer les quantités en CO2.

Reste aux entreprises de mettre en place tout le reste — entre autres, installer des filtres antiparticules fines à l’intérieur des bâtiments, et organiser des roulements pour ne pas saturer les bureaux sont déjà de bons débuts. Au boulot !

À lire aussi : Le travail en open space, ses avantages et ses inconvénients

Crédit photo : fauxels (Pexels) et Eli Sommer (Pexels)

Les Commentaires
6

Avatar de Pelleas
21 septembre 2021 à 16h04
Pelleas
Autre point d'importance à souligné : Une seule étude ne prouve absolument rien. Ce sont les méta-étude qui permettent d'arriver à un consensus scientifique.
6
Voir les 6 commentaires

Plus de contenus Santé

Témoignages
Acupuncture sur les jambes d'une femme

J’ai testé l’acupuncture… et c’est moins l’angoisse que ce que je pensais

Amelie

19 oct 2021

20
Santé
serviette-hygienique-sang

On parie que vous ne le saviez pas : les voyages aussi peuvent perturber le cycle menstruel

Enora Hillaireau

18 oct 2021

Santé
Une femme assise et anxieuse

Que risque-t-on à se retenir de faire caca trop longtemps ?

QueenCamille

18 oct 2021

8
Santé
Femme durant une consultation chez le cardiologue

Les femmes meurent des maladies du coeur. Pourquoi ne le savent-elles pas ?

Santé
idees-recues-cancer-du-sein-gyneco

Une gynécologue débunke les idées reçues sur le cancer du sein

Hygiène
Patiente chez le dentiste - hygiène dentaire covid

L’impact de la pandémie sur l’hygiène dentaire fait grincer des dents

Santé
pexels-karolina-grabowska-vulvae pathologie vulve

Prenez soin de votre vulve avec Vulvae : l’appli est enfin disponible !

Maëlle Le Corre

13 oct 2021

Santé
mains-croisees-pubis-vert

Puisqu’il faut le répéter : la vapeur dans le vagin reste un big no-no

Mymy Haegel

12 oct 2021

Témoignages
Une punaise de lit

J’ai vaincu les punaises de lit sans appeler d’exterminateur, voici mes secrets

Une madmoiZelle

11 oct 2021

63
Témoignages
femme-deprime
Sponsorisé

L’anxiété et la dépression, racontées par celles qui les vivent

Aïda Djoupa

11 oct 2021

14

La vie s'écrit au féminin