Live now
Live now
Masquer
charge-mentale-viol
Société

La crainte permanente d’être violée, ce poids constant pour les femmes ?

Sur Instagram, La Nuit Remue Paris, autrice de BD et activiste féministe, pose des mots sur un poids mental permanent, celui de tenter d’éviter d’être violée.

Quelle femme se sent en sécurité quand elle est seule à l’extérieur de chez elle ? Qui n’a jamais été sur ses gardes parce qu’elle était entourée d’hommes, alcoolisés ou non, dans les transports tard la nuit ? Qui n’a jamais senti les battements de son cœur s’accélérer parce qu’un homme se retournait sur elle dans la rue ? Ces situations, on les connait toutes.

Mais cette crainte qui prend au ventre a une finalité : la peur de subir un viol, partout, tout le temps. C’est ce qu’explique très justement l’autrice de BD et activiste féministe La Nuit Remue Paris dans un post Instagram.

La crainte permanente d’être violée

Dans une dizaine de slides, l’autrice partage un petit strip qu’elle a griffonné au marqueur sur son carnet de croquis dans le train, et qui est criant de vérité :

Et la légende du strip est tout aussi parlante : « il faudrait inventer un terme spécifique à la « charge mentale » que constitue la crainte permanente d’être violée« , cette énergie mentale déployée en permanence pour imaginer le pire, et être donc constamment sur ses gardes.

Inventer un terme spécifique à la charge mentale que constitue la crainte permanente d’être violé.e. Je suis sérieuse.

Je me suis souvent demandé ce que serait une vie sans avoir à penser à mes règles. À la régularité des cycles, à que porter, quand et comment me contracepter, la honte infamante de la tache, la douleur, la meilleure protection, les enjeux écologiques que ces protections impliquent. En enchaînant mes plaquettes de pilules j’ai eu un bref aperçu de la liberté que ne pas avoir à se soucier de mes règles permettait. La légèreté.

Mais je ne m’étais encore jamais rendu compte de l’espace mental et de l’énergie démentielle qui étaient mobilisés par l’éventualité du viol, partout, tout le temps, par n’importe qui.

Je me demande maintenant ce que ça doit faire de vivre sa vie sans se préoccuper de cette potentialité. Marcher dans la rue, faire ses courses, prendre les transports, voyager à l’étranger, aller chez le médecin, sans avoir à l’idée de subir des violences.

Que n’aurions nous pas créé, inventé, réfléchi, sans cette omniprésence de la douleur qu’on est vouée à subir, sans être sur nos gardes ? Et ce n’est pas dire qu’on est H24 parano. Non c’est subtil. C’est presque inconscient. Tellement gravé en nous et naturel, ce « ah, j’espère qu’on ne va pas essayer de me violer » qu’il m’a fallu des années pour comprendre le poids que ça représente.

lanuitremueparis

Malheureusement, tout comme on connait, par exemple, le pourcentage des femmes qui ont été, au moins une fois, harcelées et agressées dans les transports en commun — chiffres qu’on peut retrouver dans l’étude réalisée par le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, ou quand on voit tous les hashtags fleurir quasiment chaque mois et entendre tous les témoignages de femmes agressées qui osent prendre la parole et dénoncer ces faits, on peut légitimement se poser la question quant à la proportion de femmes qui peuvent ressentent cette crainte permanente de subir un viol, tout le temps, par n’importe qui.

Oui, grosse ambiance, n’est-ce pas ? Allez hop, on va brûler des trucs et on revient.

À lire aussi : Les idées reçues sur le viol & les violences sexuelles en France révélées par une étude terrifiante

Les Commentaires
19

Avatar de Kyoto
2 juin 2022 à 11h36
Kyoto
@Morgana Talbot D'accord... J'ai donc été violée.
0
Voir les 19 commentaires

Plus de contenus Société

denis brogniart
Société

Denis Brogniart est accusé d’humiliations et de violentes crises de colère par d’anciennes collaboratrices

Maya Boukella

30 jan 2023

DNK, le quatrième album d’Aya Nakamura est sorti le 27 janvier 2023
Musique

Pourquoi Aya Nakamura est-elle si méprisée en France ?

eric dupond moretti loi protection mineurs crimes sexuels
Actu en France

Eric Dupond-Moretti : son fils Raphaël accusé de violences conjugales

[Site web] Visuel horizontal Édito (15)
Livres

« Une Place », l’essai-illustré brillant d’Eva Kirilof qui explique l’absence des femmes de l’histoire de l’art

1280px-FIBD2018LuciaBiagi – papmetoobd
Société

Alors que le festival d’Angoulême vient de s’ouvrir, le monde de la BD va-t-il enfin se remettre en question ?

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l'alcool dans un podcast décomplexant
Actu en France

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l’alcool dans un podcast décomplexant

Anthony Vincent

26 jan 2023

Capture d’écran 2023-01-25 à 10.19.09
Actu en France

Condamné pour « corruption de mineurs », le président de la Ligue nationale de handball démissionne

darmanin
Actu en France

Le non-lieu pour viol de Gérald Darmanin a été confirmé en appel

Manon Portanier

24 jan 2023

1
women-protesting-together-for-their-rights
Société

L’accès à l’IVG est loin d’être acquis dans les campagnes françaises

Élodie Potente

24 jan 2023

1
pexels-markus-spiske-3671136
Société

Le sexisme a encore de beaux jours devant lui en France, selon le HCE

La société s'écrit au féminin