Live now
Live now
Masquer
caleb-woods-unsplash-chat-loi-maltraitance-animale
Actu en France

Il faudra bientôt un permis pour adopter un animal de compagnie : la loi sur la maltraitance animale est passée

Cette loi très attendue inclut un encadrement de la vente d’animaux de compagnie, l’interdiction de la détention d’animaux dans les cirques et delphinariums, et un certificat avant d’adopter ou d’acheter un animal. Une bonne idée ?

C’est le Sénat qui a eu le dernier mot sur cette proposition particulièrement attendue qui a subi de nombreux changements au cours de l’année. Par 332 voix pour, une voix contre et dix abstentions, les sénateurs et sénatrices ont adopté la loi sur la maltraitance animale.

Certains parlementaires auraient aimé aller plus loin — notamment sur le terrain de la chasse, sujet hautement sensible ces derniers temps, notamment en raison des nombreux accidents et des débats tendus entre lobby des chasseurs et les opposants à cette pratique.

Selon un sondage du JDD, 69% des Français se disent favorables à l’interdiction de la chasse le week-end et pendant les vacances scolaires.

Côté associations, la SPA salue l’avancée mais espère aussi que d’autres sujets seront mis sur la table prochainement, comme la corrida ou l’expérimentation sur les animaux.

Mesure phare de la loi, l’interdiction de la vente d’animaux de compagnie en ligne, à l’exception des éleveurs, afin de lutter contre les trafics. C’en est donc fini de la vente entre particuliers sur des plateformes comme Le Bon Coin, qui devront exercer un contrôle sous peine d’amende.

Autre mesure forte du projet de loi : la vente ou le don de chats et de chiens en animalerie seront interdits dès 2024.

Un « permis » pour avoir un animal ?

Parmi les évolutions concernant les animaux de compagnie, la loi instaure le « certificat d’engagement et de connaissance » qui sera demandé systématiquement pour acquérir un animal. Son contenu sera défini par décret, selon La Voix du Nord, qui a néanmoins dévoilé les contours de ce nouveau document.

Ce certificat devra impérativement être présenté en cas d’achat ou d’adoption d’un animal. Avant de l’obtenir, il faudra passer par une « journée de sensibilisation pour les gens qui n’ont jamais eu d’animaux ». Le certificat rappellera les engagements, les obligations, mais aussi les coûts que suppose le fait d’avoir un animal.

C’est un peu la base, mais le nombre d’abandons d’animaux montrent bien que tout le monde n’est pas suffisamment informé sur ce qu’implique d’avoir un animal et de devoir s’en occuper.

Cela sera-t-il suffisant pour éviter les achats compulsifs et ainsi l’engorgement des refuges notamment lors de la période estivale ? Pour la SPA, cette idée de certificat n’est pas complètement satisfaisante : c’est « une bonne idée si on informe les gens, de façon à leur donner l’animal qui va le mieux correspondre à leur mode de vie mais il ne faut pas que cela devienne “un permis à chien”, parce qu’on est suffisamment contrôlés et cela pose beaucoup de problèmes de suivi », a affirmé le président de l’association Jacques-Charles Fombonne auprès de France Info.

Plus d’animaux dans les cirques, un futur casse-tête ?

La loi s’est aussi penchée sur les animaux en détention dans les cirques et les delphinariums. Le Sénat a donc tranché et s’est orienté vers une interdiction progressive. D’ici 2026, les delphinariums ne pourront plus acquérir, détenir, faire se reproduire, ni exploiter de cétacés.

Concernant les cirques, il sera interdit de présenter au public des animaux sauvages en détention d’ici deux ans. Leur détention sera complètement interdite d’ici sept ans.

Que vont devenir ces animaux ? 20 Minutes rappelle qu’il existe actuellement 800 animaux dans les 120 cirques itinérants de France, dont 450 fauves. Pour les gérants des cirques, cette loi est mal adaptée : « Comment va-t-on faire pour nourrir nos animaux pendant sept ans et en même temps engager une reconversion, c’est impossible », dénonce William Kerwich, président du syndicat des capacitaires des animaux de cirque et de spectacle.

En bref, si la loi semble aller dans le bon sens pour favoriser le respect du bien-être animal, il reste encore bien des chantiers à aborder…

À lire aussi : Triste record : plus d’animaux ont été abandonnés cet été en France que jamais auparavant

Crédit photo : Caleb Woods via Unsplash

Les Commentaires
41

Avatar de Marina31
22 novembre 2021 à 22h21
Marina31
Même chose que @Let_Them_Eat_Cake : j'ai peur que la sélection ne se fasse que sur des critères financiers alors que c'est surtout un problème d'éducation...
Je connais une personne avec peu d'argent qui saute des repas pour que son chien puisse, lui, manger correctement (niveau quantité et qualité) pendant les périodes compliquées.
C'est clair que ce n'est pas idéal pour lui mais ça prouve bien que l'animal sera bien traité ou maltraité en fonction de la volonté initiale du maître surtout...
Sans compter qu'un chien / un chat vit longtemps et qu'on peut quasiment tous changer de situation économique rapidement.
Et je pense également que les plus cons des maîtres vis-à-vis de leurs animaux passeront encore entre les mailles du filet.
Enfin bref, à voir au niveau des modalités d'application...
PS Je ne suis pas non plus totalement objective étant donné que j'ai adopté le chat de ma résidence qui était mort de faim (les voisins nourrissaient ce chat de temps en temps ce qui lui a permis de survivre 10 ans tout seul, mais il était super maigre quand je suis arrivée et m'a fait mal au coeur).
Vu son âge, ce chat aurait probablement fini sa vie dehors / dans un refuge sans être adopté (il n'y a qu'à voir les réactions des voisins qui le trouvaient trop sale / méchant alors qu'il avait juste peur et personne pour le défendre...).
Je pense que je n'aurais pas eu le "permis" si on s'en tient à des conditions purement matérielles.
Pourtant, je tiens énormément à ce chat, il finit sa vie paisiblement dans un foyer qui l'aime (apparemment, il s'est même adouci, dixit les fameux voisins x)) et il n'a jamais manqué de nourriture, soins, loisirs.
0
Voir les 41 commentaires

Plus de contenus Actu en France

Actu en France
sage-femme-pas-chere-manifestation-sages-femmes-7-octobre-2021-Maelle-LeCorr

La colère des sages-femmes sera-t-elle apaisée par les 500€ promis par le gouvernement ?

Maëlle Le Corre

23 nov 2021

Actu en France
towfiqu-barbhuiya-unsplash-indemnite

Ça sent le sapin pour l’« indemnité inflation » de 100 euros promise par le gouvernement

Lifestyle
automobile pneu neige

Loi Montagne : faut-il changer vos pneus au risque d’être hors-la-loi ?

Raphaëlle Baut

15 nov 2021

Actu sexe
Babylon Loveshop, le deuxième sexshop le plus grand de France

Le deuxième plus grand sexshop de France ouvre ses portes dans le Pas-de-Calais

Parentalité
[Site web] Visuel vertical

« Marche des pères pour l’égalité » : l’arbre de la paternité cache la forêt du masculinisme

Camille Abbey

12 nov 2021

19
Actu en France
coupureelectricite

Lumière, eau chaude… EDF arrête de couper l’électricité en cas d’impayés

Camille Abbey

12 nov 2021

Politique
Arnaud Montebourg lors de l'émission Le Grand Jury le 7 novembre 2021

Bloquer les transferts d’argent vers l’étranger ? La proposition d’Arnaud Montebourg est aussi consternante que raciste

Maëlle Le Corre

10 nov 2021

4
Actu en France
Deux enfants à l'école regardent l'écran d'un smartphone

Cette appli offre aux enfants placés l’éducation sexuelle qu’ils n’ont pas forcément pu avoir

Actu en France
intersexe

Contre la France qui mutile encore les personnes intersexes, des activistes se mobilisent

Mathis Grosos

08 nov 2021

Féminisme
Des lycéens et lycéennes en classe

Bonnet d’âne pour la France : 68% des lycées sans référent égalité, pourtant obligatoire

La société s'écrit au féminin