Live now
Live now
Masquer
homophobe-changer-avis
Témoignages

J’étais homophobe, mais je suis guérie

17 mai 2020 69
Avant, Victoria était homophobe. Elle considérait que c’était de la faute des homosexuels s’ils se faisaient agresser dans la rue, qu’ils n’avaient qu’à se cacher. Et puis elle a lu l’article de Mr. Q, et elle a eu honte.

Le 17 mai 2020, comme chaque année, c’est la journée mondiale contre l’homophobie, la transphobie, la biphobie et la lesbophobie.

Sur madmoiZelle, à l’occasion de cette journée de sensibilisation et de lutte pour la cause LGBT, plusieurs articles comme ce témoignage seront repartagés.

Le 20 mai 2014

Il y a très peu de temps, les médias ont encore relayé un fait divers traitant de l’agression plutôt violente subie par un couple gay.

Quand je l’ai su, j’ai soupiré en secouant la tête. Mon homme m’a alors demandé ce qu’il y avait ; je lui ai lu l’article en question. S’en est ensuivi un grand discours moralisateur du style :

« S’ils arrêtaient de crier partout sur les toits qu’ils sont gays, il n’y aurait pas de problèmes ! Est-ce que moi je descends dans la rue avec une pancarte en hurlant que je suis hétéro ? »

J’ai approuvé ses dires en hochant la tête.

Mon homophobie

Quand on voyait un couple homosexuel dans la rue, on fronçait les sourcils, dégoûtés, nous empressant de changer de trottoir. Avec mon chéri, on se disait :

 C’est dégueulasse, ils devraient avoir honte.
— On devrait les gifler.

On a fait une sortie sur Paris avec un couple d’amis, heureux de les voir (c’est si rare). Ils sont gays. Mais ils restent discrets. On ne dit rien, on fait comme si de rien n’était quand ils se prennent par la main.

Ce sont avant tout nos amis, ils font ce qu’ils veulent ça ne nous regarde pas — tant qu’ils sont heureux !

On a beaucoup rigolé, on a vagabondé dans les rues de la capitale, et puis on s’est arrêtés boire un jus de fruits rafraîchissant à la terrasse d’un café. Et on s’est aperçus que des types regardaient nos amis de travers : c’est quoi leur problème ?

On leur a dit :

Faites pas attention, on s’en fout : on est là pour passer un bon moment tous ensemble, que ça plaise ou non !

Bref, j’étais homophobe. Et hypocrite.

J’ai pris conscience de mon homophobie

Et puis un jour j’ai lu un article sur madmoiZelle : Votre homophobie me rend « malade ». J’ai alors pris pleinement conscience de la bêtise, non, de l’ignominie de mes paroles et de ma façon de penser.

Je me suis rendue compte de l’hypocrisie dont je faisais preuve envers mes amis gay.

Je me suis rendue compte de la contradiction entre refuser que les homosexuels s’affichent tandis que nous, hétérosexuels, nous nous affichons partout et tout le temps.

Je me suis rendue compte, surtout, du mal que nous, homophobes, faisions à des êtres humains en recherche de bonheur et de tranquillité — comme tout le monde, quoi.

Je me suis regardée dans la glace.

Ouais mais, ils sont… ils n’ont qu’à pas… Ils… Je..

Tss, je me cherchais des excuses là ! Minable. Je me suis fixée droit dans les yeux.

Qui suis-je ? Je m’appelle Victoria, j’ai… Non.

Qui suis-je ? Une personne comme tout le monde.

Et mes amis gays, qui sont-ils ? Des personnes comme tout le monde.

Et cette lesbienne que j’ai croisée avant-hier ? Une femme comme une autre.

Qui sommes-nous, tous ? Des êtres humains.

J’ai baissé les yeux. Je suis retournée sur le PC pour y écrire ma réaction à l’article. Je m’apprêtais à cliquer sur « envoyer ». Je me suis arrêtée. J’ai ajouté « Pardon ».

Tout ce que j’ai pu dire, tout ce que j’ai pu penser, tout ce que j’ai pu faire…

J’avais mal quand on me traitait d’homophobe. Je m’énervais quand on me rabâchait cette histoire de tolérance et d’ouverture d’esprit. Je soupirais d’agacement quand un-e homosexuel-le racontait sa vie (douloureuse) sur le Net.

Dès que j’entendais parler d’une histoire d’homos s’étant fait agresser (verbalement et/ou physiquement), je pointais du doigt la victime en la blâmant : à mes yeux, elle était coupable.

Et quand j’y réfléchis, c’est comme pour les victimes de viol : on leur jette la pierre, les culpabilisant, car on les considère comme responsables de leur agression…

J’agissais de même avec les gays et lesbiennes victimes d’une agression. Pire, j’étais parfois leur bourreau. Celle qui les regardait avec dégoût, leur chuchotant par un regard « Cache-toi ! ».

Je ne veux plus être homophobe

En farfouillant le Net, j’ai lu des articles par-ci, des témoignages par-là. Toutes les années où j’étais à l’école (en primaire, puis au collège, au lycée et à la fac), on m’a exclue, on m’a rejetée voire humiliée parce que j’avais commis un crime : être moche.

Alors la solitude, la discrimination, les jets de pierres, les insultes, la peur, je sais ce que c’est… Et pourtant, je reproduisais la même chose avec ces personnes qui n’avaient rien demandé, qui n’aspiraient qu’à la sérénité.

Alors voilà. J’ai mûrement réfléchi à mon attitude. Et aujourd’hui, j’ai honte de la façon dont je me suis comportée. Je vous présente mes plus sincères excuses, à tou-te-s.

Pardon à ceux et celles que j’ai pu choquer, pardon à ceux et celles que j’ai blessées. J’ai compris la leçon.

À lire aussi : Homophobie et stigmatisation, nos lectrices (et lecteurs) témoignent

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
69

Avatar de skippy01
18 mai 2020 à 22h36
skippy01
enfin je ne suis pas cis mais je suis persuadée que personne ou presque ne l'est ou alors jai pas compris mais genre je pense que cest dur de se retrouver a 100% dans les stéréotypes liés a son genre!
Juste une précision: être cis ou non-cis n'a rien à voir avec les stéréotypes de genre, ce sont deux choses différentes. Tu peux tout à fait te reconnaître dans un genre sans adopter un seul des stéréotypes qui y sont associés.
7
Voir les 69 commentaires

Plus de contenus Témoignages

destinations
Témoignages

10 lectrices partagent le meilleur conseil de psy de leur vie

Aïda Djoupa

27 nov 2022

Livres
Sponsorisé

Quelle héroïne de roman de fantasy êtes-vous ?

Humanoid Native
Anais Z / Les petits portraits / C stane
Témoignages

J’ai été victime de violences conjugales, et je me suis réapproprié mon histoire par la photographie

Aïda Djoupa

25 nov 2022

3
Kevin Wolf Unsplash
Règlement de comptes

Marine, 2 257€ par mois : « Pour les courses, je fais les poubelles »

Aïda Djoupa

24 nov 2022

45
Karolina Gabrowska / pexels
Témoignages

J’ai fait un AVC à 21 ans, très certainement à cause du tabac et de la pilule

Aïda Djoupa

23 nov 2022

4
Mikotoraw / Pexels
Témoignages

Mon mec m’a trompée, et tout le monde m’a encouragée à le pardonner

Aïda Djoupa

19 nov 2022

30
Sharon Christina / unsplash
Témoignages

Mon woofing en Norvège qui a tourné au cauchemar

Aïda Djoupa

18 nov 2022

7
Jeffery Erhunse / Unsplash
Règlement de comptes

Aimée, 2 422€ par mois : « Je donne de l’argent à ma mère pour qu’elle se fasse plaisir »

Aïda Djoupa

17 nov 2022

14
rendez-vous-romantique-temoignage
Témoignages

Ce rendez-vous inattendu qui m’a réconciliée avec le romantisme

Une madmoiZelle

13 nov 2022

12
Chad Madden / Unsplash
Règlement de comptes

Cynthia, 2 044 € par mois en Angleterre : « Avec l’inflation à 9,4 %, j’ai réduit tout ce que je pouvais »

Aïda Djoupa

10 nov 2022

14
Oleg Baliuk
Témoignages

Comment j’ai perdu la vue en quelques jours à 20 ans

Aïda Djoupa

09 nov 2022

4

Témoignages