Live now
Live now
Masquer
whitewashing hollywood
Pop culture

Hollywood a une longue histoire avec le whitewashing des personnages racisés

Face au déferlement de haine raciste contre la présence d’une actrice noire pour incarner Ariel dans le live-action de La Petite Sirène, il est nécessaire de se souvenir qu’Hollywood effaçait, encore récemment, les personnages racisés de ses films, en castant des acteurs et actrices blanches à leur place…

Vous n’avez pas pu passer à côté cette semaine : les réactions pleines d’émotion de dizaines de petites filles émerveillées de découvrir les premières images du live-action de La Petite Sirène. D’adorables images qui font chaud au cœur en guise de réponse aux torrents de réflexions racistes sur les réseaux sociaux.

La Petite Sirène ces réactions d’enfants au trailer en live-action vont vous faire fondre

En choisissant la chanteuse Halle Bailey pour incarner la rêveuse Ariel, Disney aurait commis un affront terrible à ce chef-d’œuvre de la culture populaire… vraiment ? Comme si une créature imaginaire ne pouvait pas être noire et comme si, par le passé, l’industrie du cinéma n’avait jamais pris de grosses libertés en choisissant des acteurs et actrices blanches pour incarner des personnes — parfois ayant vraiment existé ! – racisées.

Pour répondre à toute cette mauvaise foi empreinte d’une bonne dose de racisme, on a fait la liste de quelques exemples récents…

Jake Gyllenhaal dans Prince of Persia

Franchement, quand le nom d’un pays ou d’une région est littéralement dans le titre d’une œuvre, on devrait pouvoir s’attendre à un minimum d’efforts sur le casting. En souhaitant faire l’adaptation du jeu vidéo éponyme, Disney aurait pu prendre un acteur iranien… mais non.

Jake Gyllenhaal a depuis exprimé des regrets sur ce choix de film, affirmant qu’il avait appris beaucoup de la polémique.

jake gyllenhaal prince of persia
Walt Disney Pictures

Scarlett Johansson dans Ghost in the shell

Dans ce remake du manga culte du même nom, Hollywood n’a pas hésité à choisir Scarlett Johansson pour interpréter Mokoto Musanagi. Malgré une pétition demandant à DreamWorks de revenir sur sa décision, rien n’y a changé.

Pire défense, celle de dire que le personnage n’est pas humain mais cyborg… et donc qu’il peut avoir n’importe quelle apparence. Un argument peu entendable face au nombre d’opportunités de rôles largement inférieur des acteurs et actrices asiatiques par rapport à leurs homologues caucasiens.

Scarlett Johansson plays The Major in Ghost in the Shell from Paramount Pictures and Storyteller Distribution Co. in theaters March 31, 2017.
Scarlett Johansson plays The Major in Ghost in the Shell from Paramount Pictures and Storyteller Distribution Co. in theaters March 31, 2017.

Tilda Swinton dans Doctor Strange

« On se croyait malins, et super avant-gardiste. On n’allait pas verser dans le cliché du vieil Asiatique, sage et qui a des pouvoirs magiques. » Sauf qu’à vouloir être malin, le producteur Kevin Feige a fait une erreur, et l’a reconnu : Tilda Swinton pour le rôle de l’Ancien n’était pas une idée si subtile et au contraire a perpétué la longue et raciste tradition hollywoodienne de rôles de personnes asiatiques jouées par des personnes blanches.

Marvel's DOCTOR STRANGE..L to R: The Ancient One (Tilda Swinton) and Mordo (Chiwetel Ejiofor)..Photo Credit: Jay Maidment..©2016 Marvel. All Rights Reserved.
Jay Maidment / Walt Disney Studios Motion Pictures Germany

Rooney Mara dans Pan

« J’ai vraiment détesté, détesté, détesté être de ce côté de la discussion autour du whitewashing. C’est vrai. Je ne veux plus jamais être dans cette position. Je comprends pourquoi les gens étaient si en colère et frustrés. »

Ciblée par une pétition pour avoir incarné le personnage de Lily la Tigresse dans une nouvelle adaptation de Peter Pan, donc le rôle d’une adolescente native-américaine, Rooney Mara a longtemps regretté ce choix.

rooney mara pan
Warner Bros. Entertainment Inc. and Ratpac-Dune Entertainment LLC

Emma Stone dans Aloha

Échec critique et commercial, Aloha a presque davantage fait parler pour son choix de casting peu judicieux. Pour le rôle d’Allison Ng, une femme d’origine chinoise et hawaïenne, c’est Emma Stone qui a été prise.

Vannée par Sandra Oh à ce sujet en pleine cérémonie des Golden Globes en 2019, Emma Stone avait hurlé « Je suis désolée ! ».

emma stone aloha
Twentieth Century Fox

Christian Bale, Sigourney Weaver, Aaron Paul et Joel Edgerton dans Exodus : Gods and Kings

À voir Joel Edgerton, acteur australien blanc et blond aux yeux bleus copieusement tanné par le soleil pour jouer Ramses II, on se dit qu’il y avait peut-être des choix de casting plus pertinents.

Dans cette fresque biblique à gros budget de Ridley Scott, on a tout simplement pris quatre acteurs caucasiens pour jouer des rôles de personnages historiques racisés. Un choix que le réalisateur a fait pour des raisons purement budgétaires.

joel edgerton exodus
Twentieth Century Fox

Angelina Jolie dans Un cœur invaincu

D’origine cubaine et néerlandaise, le journaliste Mariane Pearl a vu une partie de sa vie portée à l’écran dans Un cœur invaincu, qui raconte l’enquête sur l’assassinat de son mari, le journaliste Daniel Pearl.

C’est pourtant Angelina Jolie qui l’incarne, une volonté de Mariane Pearl elle-même, qui a néanmoins été questionné par de nombreuses actrices noires.

angelina jolie un coeur invaincu
Paramount Pictures France

Max Minghella dans The Social Network

Issue d’une famille indienne ayant immigré aux États-Unis, Divya Narendra a été impliqué dans la création de Facebook. Il était donc tout naturel de le voir apparaître dans le thriller de David Fincher.

Pourtant le rôle n’a pas été confié à un acteur desi, mais à Max Minghella, comédien d’origine britannique et chinoise.

max minghella the social network
Sony Pictures Releasing France

Et ce ne sont là que quelques exemples récents, mais l’industrie hollywoodienne a installé depuis bien longtemps ces pratiques… Et vous, avez-vous d’autres exemples de whitewashing ?

À lire aussi : Comparée à Zendaya, l’actrice Keke Palmer recadre les choses sur le colorisme

Les Commentaires
21

Avatar de Attie
23 octobre 2022 à 11h20
Attie
Gargoyles était une série géniale! dommage qu'elle ait été annulée et tombée dans l'oubli!
le whitewashing existe depuis des années(le choix d'acteurs non amérindiens pour incarner des Amérindiens)
Ariel en femme noire n'est pas dérangeant.
Mais Depardieu en Alexandre Dumas était très dérangeant, très dérangeant. On invisibilise encore l'histoire des Noirs. Ainsi, un Viking Noir ou une Anne Boleyn noire, c'est de bonne guerre
0
Voir les 21 commentaires

Plus de contenus Pop culture

murakami
Pop culture

Murakami, l’auteur de Kafka sur le Rivage et 1Q84 va sortir un nouveau roman le 13 avril

Maya Boukella

01 fév 2023

PR_V
Pop culture

Un petit frère : rencontre avec Léonor Serraille, la réalisatrice qui filme ceux qu’on ne voit jamais au cinéma

Maya Boukella

01 fév 2023

you saison 4
Pop culture

Netflix en février 2023 : les nouveautés films et séries

Maya Boukella

31 jan 2023

astérix et obélix pathé
Pop culture

Astérix et Obélix : tout ce qu’on sait sur la série Netflix d’Alain Chabat

Maya Boukella

31 jan 2023

2
nicole kidman warner bros
Pop culture

Nicole Kidman en nourrice infanticide, dans un célèbre roman de Leïla Slimani, adapté en série

Maya Boukella

31 jan 2023

Aya Nakamura nous donne envie de zouker avec son nouvel album, DNK
Musique

Aya Nakamura nous donne envie de zouker avec son nouvel album, DNK

Anthony Vincent

30 jan 2023

1
denis brogniart
Société

Denis Brogniart est accusé d’humiliations et de violentes crises de colère par d’anciennes collaboratrices

Maya Boukella

30 jan 2023

adama niane
Pop culture

L’acteur Adama Niane (Plus belle la vie, Lupin) est décédé à 56 ans

Maya Boukella

30 jan 2023

3
fine art documentation for Perrotin
photographed by Claire Dorn and edited by Tanguy Beurdeley
Arts & Expos

« Prenez soin de vous » : quand l’artiste Sophie Calle transforme une rupture en oeuvre d’art

disney +
Pop culture

Les 8 meilleurs films à voir sur Disney+

Maya Boukella

29 jan 2023

La pop culture s'écrit au féminin