Live now
Live now
Masquer
exposition-culture-du-viol-vetements
Actu mondiale

« Que portais-tu ce jour-là ? », une question pour briser les idées reçues sur le viol

Les vêtements d’une victime de viol – et par extension la victime elle-même – sont souvent accusés d’être responsable du crime. Une exposition vise à casser cette idée reçue.

La culture du viol, c’est cet environnement dans lequel on baigne depuis notre tendre enfance qui minimise la gravité des violences sexuelles.

La culture du viol, cette plaie à éradiquer

Ce sont les films et les livres dans lesquels le « non » d’une femme se transforme en « oui » glamour et sexy.

C’est le discours réac’ selon lequel les hommes ont des besoins sexuels, alors que les femmes, non.

C’est la question d’un policier quand une victime porte plainte : « pourquoi vous étiez dehors, saoule, si tard la nuit ? ».

C’est la remarque lancée par n’importe quel quidam non averti : « mais elle n’avait qu’à pas s’habiller de manière sexy ! ».

LA CULTURE DU VIOL, C'EST QUOI ? 🤔

« Que portais-tu ce jour-là ? », une exposition pour lutter contre la culture du viol

C’est contre ce dernier exemple qu’une exposition a été créée. Intitulée « Que portais-tu ce jour-là ? », elle présente des tenues de victimes de viol, accompagnées des témoignages des victimes.

Le but ? Illustrer que la tenue vestimentaire n’est pas un argument pour justifier le viol.

Peut-être à la surprise de certain·es, les victimes sont loin d’être toutes des femmes saoules en mini-jupes.

Cette exposition a été créée à l’université du Kansas. Les 16 tenues sont des pièces à conviction sous scellés.

Tu peux la voir à Paris à partir d’aujourd’hui, le 19 novembre, à l’Actisce Centre Paris Anim’ les Halles. Elle y sera visible jusqu’au 1er décembre.

Cette exposition a été rendue possible grâce à l’association Parler, qui l’a intégrée au programme de sa semaine dédiée au soutien des victimes de viol.

À lire aussi : Une semaine pour briser le silence autour des violences sexuelles (avec Nadia Roz, Lola Dubini, Emma Oscar…)

Les Commentaires
5

Avatar de Esther
20 novembre 2018 à 14h35
Esther
@Shadowsofthenight Effectivement comme l'explique @LovelyLexy on vit dans un monde où on entend encore qu'une femme qui était habillée court ou sexy, ou était saoule au moment de l'agression l'a "cherché". Cette expo vise à montrer que les agressions arrivent peu importe la tenue, que chaque femme s'habille comme elle veut et que ça n'est pas une "excuse" valable !
2
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Actu mondiale

Beauté
Le-casting-de-Love-Island

Les ados, cibles trop faciles de la chirurgie esthétique ? Le Royaume-Uni sévit

Anthony Vincent

02 déc 2021

3
Actu mondiale
droit-avortement-etats-unis-manifestation-lorie-shaull-flickr

Droit à l’IVG : les États-Unis s’apprêtent-ils à un retour en arrière sans précédent ?

Maëlle Le Corre

02 déc 2021

Féminisme
Ndèye Fatima Dione

« L’affaire du viol suivi de la grossesse dont a été victime la Miss Sénégal est représentative de la culture du viol dans le pays »

Actu mondiale
rihanna-man-down-artwork-01

La Barbade dit bye à la reine d’Angleterre et nomme Rihanna héroïne nationale

Anthony Vincent

30 nov 2021

Actu mondiale
carte-identite-belgique-mention-du-genre

Plus de F ni de M : la Belgique supprime le genre des papiers d’identité, un cap important

Maëlle Le Corre

30 nov 2021

6
Psychologie
Jeune femme triste

Surprise (non), c’est chez les femmes et les jeunes que la pandémie a fait le plus de dégâts côté santé mentale

Actu mondiale
WhereIsPangShuai

#WhereIsPengShuai : l’affaire de viol d’une tenniswoman qui provoque censure en Chine et mobilisation internationale

Anthony Vincent

22 nov 2021

7
Actu mondiale
Cannabis

L’Allemagne s’apprête à légaliser le cannabis (pendant ce temps, en France : Darmanin) (super)

Eva Levy

19 nov 2021

66
Actu sexe
Campagne publicitaire de la marque Dame dans le métro new-yorkais

La justice a tranché : oui, les sextoys ont leur place dans le métro !

Psychologie
-Femme – pleure – suicide – baisse

Les suicides sont en baisse depuis le début de la pandémie. Mais pourquoi ?

La société s'écrit au féminin