Live now
Live now
Masquer
pexels-wendy-wei-couple gay
Société

Et si la France reconnaissait les victimes de sa loi homophobe passée ?

Alors que nous célébrerons bientôt le quarantenaire de ce que l’on appelle souvent la dépénalisation de l’homosexualité en France, un appel lancé par le magazine Têtu demande une reconnaissance des victimes, qui s’accompagne d’une pétition.

C’est une tribune signée par de nombreuses personnalités que publie le site du magazine Têtu, de Rokhaya Diallo à Fatima Daas, en passant par des hommes et des femmes politiques de gauche. Leur demande ? Que la France reconnaisse les victimes de sa répression homophobe passée.

Car certains ont peut-être tendance à l’oublier, tant les évolutions récentes dans la loi comme dans les mentalités, font croire que tout va pour le mieux quand on fait partie de la communauté LGBTI+. D’une, c’est loin d’être complètement vrai, et il reste BEAUCOUP à faire. De deux, l’époque où l’homosexualité était réprimée et où aimer une personne de même sexe signifiait souvent se cacher n’est pas si lointaine.

delia-giandeini-unsplash lgbtqi lives matter
Delia Giandeini via Unsplash

Le 4 août 1982, quand la France a « dépénalisé » l’homosexualité

D’abord, un peu d’histoire.

En décembre 1981, Robert Badinter, alors ministre de la Justice qui va aussi se battre pour l’abrogation de la peine de mort et Gisèle Halimi, députée apparentée socialiste et avocate bien connue qui a tant œuvré pour les droits des femmes, montent au perchoir.

Tous deux défendent une promesse de campagne de François Mitterrand, qui vient d’être élu Président, celle de dépénaliser l’homosexualité.

G. Halimi et R. Badinter à l'Assemblée nationale

Le projet de loi vise en effet à abroger l’alinéa 2 de l’article 331 du code pénal, qui punit « les actes impudiques ou contre-nature commis avec un mineur de même sexe », une modification faite sous le régime de Vichy.

Sur le site Hétéroclite, le journaliste Romain Vallet apporte des précisions sur cette loi et surtout sur le « deux poids deux mesures » qu’elle implique, puisque la majorité est à l’époque fixée à 21 ans, et ce depuis 1907, mais que concernant les relations hétérosexuelles, « le consentement peut être déclaré recevable dès… treize ans (15 ans à partir de 1945) » :

« Cette disposition est conservée à la Libération, dans un contexte viriliste qui associe fréquemment l’homosexualité au fascisme vaincu. En 1960, l’amendement Mirguet (du nom du député gaulliste qui l’avait proposé) double la peine minimum pour outrage public à la pudeur dans le cas de rapports homosexuels. »

Le projet de loi sera finalement adopté le 4 août 1982, soit il y a presque 40 ans, et clôt une page sombre de l’histoire française.

On parle souvent de cette date comme celle de la dépénalisation de l’homosexualité, ce qui est finalement un peu impropre, puisqu’il s’agit comme expliquait précédemment, d’avoir levé une discrimination inscrite dans la loi et basée sur l’âge du consentement.

Une reconnaissance nécessaire du passé homophobe de la France

Aujourd’hui, à l’approche de cette date anniversaire, les signataires de la tribune espèrent une prise de conscience du passé homophobe de la France pour ceux qui ont été persécutés par la police, punis par ces lois, et aussi plus globalement pour reconnaitre l’effet de ces mesures sur notre société :

« Aux milliers de condamnés il faut ajouter ceux, innombrables, qui ont connu les effets de la répression, les raids dans les lieux de rencontres, le « panier à salade » de la police où les homosexuels étaient embarqués comme des criminels.

Finalement, par cette épée de Damoclès placée au-dessus de leur tête, c’est toute une génération de personnes LGBTQI+ qui a vécu dans la peur, sous la menace de la loi homophobe. Beaucoup, comme Michel Chomarat, sont encore vivants. »

La tribune appelle à prendre exemple sur d’autres pays, reconnaître ou même indemniser, comme le fait l’Allemagne, les personnes qui ont subi cette répression.

Une pétition est disponible en ligne afin de demander à la France de reconnaitre celles et ceux qui ont subi ces lois.

À lire aussi : Pas trop tôt : un centre d’archives LGBTQ+ va enfin ouvrir à Paris

Crédit photo : Wendy Wei via Pexels


On a besoin de vous pour construire l’avenir de Madmoizelle : participez à notre enquête !

Les Commentaires
2

Avatar de Guerriere-75
16 juin 2022 à 14h54
Guerriere-75
J'espère que sa va se faire l'homophobie doit passible d'une peine de prison
2
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Société

DNK, le quatrième album d’Aya Nakamura est sorti le 27 janvier 2023
Musique

Pourquoi Aya Nakamura est-elle si méprisée en France ?

eric dupond moretti loi protection mineurs crimes sexuels
Actu en France

Eric Dupond-Moretti : son fils Raphaël accusé de violences conjugales

[Site web] Visuel horizontal Édito (15)
Livres

« Une Place », l’essai-illustré brillant d’Eva Kirilof qui explique l’absence des femmes de l’histoire de l’art

1280px-FIBD2018LuciaBiagi – papmetoobd
Société

Alors que le festival d’Angoulême vient de s’ouvrir, le monde de la BD va-t-il enfin se remettre en question ?

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l'alcool dans un podcast décomplexant
Actu en France

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l’alcool dans un podcast décomplexant

Anthony Vincent

26 jan 2023

Capture d’écran 2023-01-25 à 10.19.09
Actu en France

Condamné pour « corruption de mineurs », le président de la Ligue nationale de handball démissionne

darmanin
Actu en France

Le non-lieu pour viol de Gérald Darmanin a été confirmé en appel

Manon Portanier

24 jan 2023

1
women-protesting-together-for-their-rights
Société

L’accès à l’IVG est loin d’être acquis dans les campagnes françaises

Élodie Potente

24 jan 2023

1
pexels-markus-spiske-3671136
Société

Le sexisme a encore de beaux jours devant lui en France, selon le HCE

[Site web] Visuel horizontal Édito (20)
Livres

Dans « Nos absentes », la journaliste Laurène Daycard redonne une voix aux victimes de féminicides

La société s'écrit au féminin