Live now
Live now
Masquer
dishonored-jeu-video
Culture

« Dishonored », un jeu vidéo steampunk et immersif

Dishonored, c’est le jeu parfait pour trucider des gens en soum-soum, ou jouer les grands seigneurs en les laissant partir…

D’habitude, sur madmoiZelle, on vient plutôt vous causer de jeux qui viennent de sortir. Mais parfois, c’est bien aussi de parler de ces pépites qui ont marqué nos esprits de joueur•ses à leur sortie et continuent de faire des émules.

Dishonored, ça a été la dose d’adrénaline à laquelle je n’étais pas préparée. Il avait l’air cool, l’ambiance me plaisait bien, mais je ne pensais pas que ça deviendrait tout bonnement l’un de mes jeux préférés !

Le jeu est initialement sorti en 2012, développé par le studio lyonnais Arkane Studios et édité par Bethesda, qui comme tout le monde le sait est le meilleur studio du monde puisqu’il est à l’origine des séries The Elder Scrolls (avec le dernier en date et mon chouchou : Skyrim) et Fallout. Ok, je me calme, mais bon tu dois flairer le bon jeu après cet étalage indécent de fameuses références.

Donc sans surprise, avec Dishonored on est dans un jeu à la première personne qui se focalise à fond sur l’immersion et le role playUne immersion qui ne serait pas possible sans son environnement tout simplement dingue de perfection !

L’environnement steampunk (qui déchire) de Dishonored

La première chose qui m’a frappée dans Dishonored, ce sont ses décors, ou plus exactement le monde dans lequel évoluent les personnages. Tout est steampunk au possible, avec des images très contrastées : l’ensemble est souvent sombre, avec des touches de lumière bien dosées dans un océan de couleurs gris-bleu.

À lire aussi : Le steampunk, entre fantasy et science-fiction

Côté inspiration historique, la ville de Dunwall où se situe l’action fait pas mal penser à Londres pendant la période victorienne et le style des bâtiments et des rues est plutôt soigné.

dishonored-jeu-video-london

Y a même Big Ben dis donc !

Tout au long du jeu, les personnages évoluent dans une ville sur laquelle pèse une quarantaine et la loi martiale (en tout cas ce qui s’en rapproche le plus), à cause d’une épidémie de peste qui a envahi les rues et menace d’anéantir tou•tes les habitant•es.

Un autre aspect très steampunk du jeu, c’est le carburant principal utilisé dans ce monde : l’huile de baleine. Explosif, il a l’air d’avoir un fonctionnement à peu près à mi-chemin en une batterie électrique et du pétrole, et se révèle omniprésent.

D’ailleurs, c’est aussi un outil qui peut se révéler fort utile quand il s’agit de se débarrasser de nuisibles, MOUHAHAHAHA… euh, pardon.

dishonored-jeu-video-baleine

Mais bon, pour extraire l’huile de baleine…

Bref, en jouant je n’ai jamais eu l’impression que les développeurs s’étaient foutus de nous, c’est propre, net et très immersif !

Une histoire pas très originale mais aux personnages attachants

Bon je te fais très rapidement le topo, le/la joueur•se incarne Corvo Attano, protecteur de l’impératrice Jessamine Kaldwin. Dès l’introduction du jeu, Corvo assiste, impuissant, à l’assassinat de l’impératrice et au kidnapping de la fille de cette dernière et héritière du trône, Emily Kaldwin.

dishonored-jeu-video-jessamine

Et couic l’impératrice !

Pour faire bonne mesure, Corvo est accusé par l’un des conseillers les plus proches de l’impératrice et futur Lord Régent d’être le meurtrier de Jessamine. Le jeu commence donc… en prison, quelle surprise !

Corvo n’a donc qu’une idée en tête : retrouver Emily et se venger de tous•tes celles et ceux qui ont participé à l’assassinat de l’impératrice. Dans sa quête, il va être aidé par le groupe des Loyalistes, restés fidèles à Jessamine.

Si l’introduction et la mort de l’impératrice m’ont laissés un peu perplexes voire indifférente, la relation entre Corvo et Emily m’a par contre bouleversée. Corvo est un peu la figure paternelle d’Emily, et Emily est un peu la Clementine (de Walking Dead, les vrai•es savent) du jeu.

D’ailleurs, une bonne partie de l’aspect émotionnel du jeu repose sur cette relation entre les deux personnages.

dishonored-jeu-video-emily

Dans le même esprit, Callista, Piero et Samuel, personnages secondaires membres des loyalistes, m’ont plutôt plu, ou encore les méchantes Soeurs Boyle (doublées par la voix française de Michelle Pfeiffer, s’il vous plaît) bien qu’ils soient très franchement moins développés qu’Emily.

Et puis il y a l’Outsider (avec le doublage français de Matt Damon, champagne !), sorte de Dieu du monde de Dunwall, qui a choisi de faire de Corvo son messager. Entre nous, je trouve qu’il ressemble à un emo un peu trop parti dans son trip, un peu comme Kylo Ren, en fait, mais ses interventions philosophiques sont un moment de répit qui est toujours le bienvenu dans le jeu.

Le gameplay tout simplement jouissif de Dishonored

En ce qui concerne le gameplay, il est assez bien pensé, de sorte qu’il y a tout un panel de possibilités, alimenté par diverses armes et pouvoirs, pour éliminer ses ennemis. Plusieurs options se présentent au joueur, entre un mode furtif ou bruyant, un choix de jeu pacifique ou sanglant.

dishonored-jeu-video-stealth

Le mode furtif

Et comme dans tout jeu qui se respecte (ok, j’exagère un peu), les choix du/de la joueur•se vont influencer l’histoire, l’environnement et le dénouement. Je ne t’en dit pas plus, je ne veux pas te spoiler.

Le seul petit point noir du jeu à mon sens, c’est le rapport entre le mode « chaos faible » et le « chaos fort » et la palette de pouvoirs. En chaos faible (la version pacifique, en ne tuant que peu de gens), je me suis parfois sentie frustrée par les pouvoirs dont je disposais, car la plupart sont faits pour tuer ou encouragent à tuer.

dishonored-jeu-video-rats

Genre ici, en utilisant le pouvoir « invocation de rats » : charmant

Alors qu’à l’inverse, quand on se lâche en chaos fort, il y a vraiment moyen de s’éclater à condition d’être un peu créatif•ve !

Je finis cet article avec une 

excellente nouvelle : le deuxième opus doit sortir en novembre prochain. Et avec Dishonored 2, j’espère bien que les développeurs auront pensé à d’autres pouvoirs toujours aussi cool pour exploiter au maximum le mode furtif.

dishonored-jeu-video-masque

N’hésite pas à te mettre à ce jeu, et aux jeux vidéo en général, viens on est bien !

Si tu veux en savoir plus, tu peux retrouver Chloé P. et d’autres streameuses sur la chaîne Twitch de madmoiZelle chaque semaine.


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

4
Avatar de Bulleuuh
2 août 2016 à 14h08
Bulleuuh
Muaaah *.* ça a l'air tellement bon ! owant:
*ajouté au panier Steam*
0
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Culture

Source : Capture écran Instagram
Société

« Abrège frère » : accusé de misogynie, le Tiktokeur se défend

1
Source : Wikimedia Commons
Société

#MeTooGarçons : André Techiné accusé d’agression sexuelle par l’acteur Francis Renaud

Jacques Doillon // Source : URL
Culture

La sortie de « CE2 » de Jacques Doillon reportée après les accusations de violences sexuelles

Universal Studios 1
Cinéma

MeToo : She Said, le film sur l’enquête qui a révélé l’affaire Weinstein, est sur Netflix

1
Mati Diop Berlinale // Source : capture d'écran
Culture

La cinéaste afroféministe Mati Diop gagne l’Ours d’Or à Berlin, et c’est la meilleure nouvelle

Judith Godreè // Source : capture d'écran
Culture

Judith Godrèche aux César : lutter contre les VSS, « ce n’est rien comparé à deux mains dégueulasses sur mes seins de 15 ans »

Source : Capture vidéo
Cinéma

César 2024 : triomphe d’Anatomie d’une Chute, Adèle Exarchopoulos meilleur second rôle… voici le palmarès complet

Copie de [Image de une] Horizontale – 2023-12-22T201104.020
Cinéma

Les 12 meilleurs films à voir sur Netflix

1
Pour la fashion week, même IKEA s'invite à la fête, avec Annie Leibovitz // Source : Annie Leibovitz pour IKEA+
Actualité mode

Pour la Paris Fashion Week, même IKEA s’invite à la fête, avec Annie Leibovitz

Bye Bye Tibériade  // Source : JHR
Culture

Bye Bye Tibériade : quand filmer des femmes réhumanise la Palestine, par Lina Soualem

La pop culture s'écrit au féminin