Le jour où j’ai appris que je regardais des séries bizarrement

À chacune ses coutumes incongrues. Carotte, c'est sa façon (un peu trop) passionnée de regarder des films et séries.

Le jour où j’ai appris que je regardais des séries bizarrement


Aujourd’hui, je me livre à toi. Alors je te prie d’être indulgente. Ou pas, tu feras ce que tu veux de toute façon.

On dirait que je vais te dire quelque chose d’hyper délicat, mais en fait pas du tout.

Je vais simplement te parler de ma manière peu commune de mater des films et des séries.

Comment je regarde des films et des séries

L’autre jour, mes collègues conversaient sur leur manière de regarder leurs séries préférées.

Je les entendais dire qu’elles faisaient en sorte de ne jamais regarder l’heure pendant un épisode, afin d’être à fond jusqu’au bout.

Elles prétendaient ainsi éviter de se laisser influencer par le temps écoulé, qui pourrait leur donner des indications sur le déroulement de l’intrigue.

Quelle étrange coutume, ai-je pensé. Ne pouvant contenir mon scepticisme, je suis intervenue pour leur demander :

– Mais vous voyez forcément l’heure quand vous mettez sur pause… Ça voudrait dire que vous mettez jamais sur pause ?!

Mes collègues m’ont considérée avec perplexité.

– Bah non, pourquoi on mettrait pause ?

Je n’en croyais pas mes oreilles.

– Bah, pour revivre certaines scènes, digérer l’info, tout ça ?

« T’es vraiment trop bizarre Caro, quitte cette entreprise », m’ont-elles répondu.

C’est faux.

J’ai alors tenté de leur expliquer que pour moi, il n’était pas envisageable de regarder un épisode d’une traite et que je mettais parfois un temps fou à arriver au bout.

Maintenant que je formulais tout ça à voix haute, je réalisais que ma façon de consommer du contenu était en effet assez singulière.

Cette déclaration a fait glousser mes collègues, et l’on m’a susurrer à l’oreille :

Fais-en un article.

Me voilà donc, faisant article.

Peut-être vais-je trouver des consœurs aux même pratiques que les miennes, qui sait ? Ou peut-être vais-je me sentir telle le dernier grain de maïs au fond de la boite, seule et incomprise.

Voilà donc pourquoi je mets beaucoup trop de temps à regarder des vidéos, qu’il s’agisse d’un épisode de série ou d’un film.

Je mets pause tout le temps quand je regarde un film ou une série

Je préfère largement regarder un film seule qu’accompagnée. Sauf si je le connais déjà.

Les films que je connais bien, j’aime les regarder avec des gens qui les connaissent aussi, pour qu’on en rigole ensemble et qu’on cite les répliques en chœurs.

Mais la plupart du temps, quand c’est un film que je n’ai jamais vu,  je préfère m’isoler pour m’éviter une grosse frustration.

Car j’ai besoin de mettre pause toutes les cinq minutes.

Parfois, c’est quand la scène est choquante et que je dois prendre du temps pour la digérer. Pas question de passer à autre chose maintenant, are you FOU ?

D’autres fois, c’est quand une situation me demande de me mettre à la place des différentes personnes. Pendant une dispute par exemple, ou une scène relativement émotive, quelle qu’elle soit.

J’ai besoin de comprendre. Donc je mets pause, je me mets à la place de chaque personnage un par un… Et une fois que j’ai bien compris le point de vue de chacun, c’est reparti.

Parfois, je reviens en arrière plusieurs fois. Surtout quand quelque chose m’a fait rire, je remets la scène 56 fois jusqu’à ce qu’il soit temps de passer à autre chose.

Voir un film au cinéma me frustre grandement

J’adore le cinéma. Mais je suis trop bizarre pour en profiter pleinement.

Déjà parce que je stresse dans les espace fermés, et que comme au Pathé ils veulent pas me filer la télécommande, je peux pas mettre pause.

Du coup, je crains toujours d’avoir envie de faire pipi pendant la séance et ainsi de louper des passages importants.

Et donc forcément en général, ça ne loupe pas, j’ai envie de faire pipi.

Afin de ne pas trop y penser, je dois toujours m’installer sur un bord : si je suis au milieu, il sera trop compliqué de sortir, je vais être gênée de devoir déranger les autres personnes présentes sur le rang.

Alors forcément, je vais me dire qu’il ne faut surtout pas que j’ai besoin de sortir… Et donc immanquablement : pipi.

Je ne sais pas pourquoi je te raconte ça. C’est finalement un autre sujet.

Au cinéma donc, je suis surtout frustrée car parfois, je décroche. Je suis une personne qui décroche depuis toujours. Partout. Tout le temps. J’ai une capacité de concentration inférieure à celle d’un mollusque… mort.

À un moment donné, je vais commencer à partir dans mes pensées, et louper une scène, une réplique. Dans ces moments-là, je songe :

Flûte de shit, vivement que le film soit dispo en ligne pour que je puisse revoir cette scène !

Parfois, c’est aussi parce que je n’ai pas eu le temps d’assimiler un passage, comme je te le disais. Une scène hyper forte en émotions se finit, et là BIM scène suivante… Panique !

AHHHH ! Je suis encore noyée dans l’autre scène, arrêtez tout !!!

Et c’est généralement là que je décroche et loupe des trucs, car je ne peux pas me reconcentrer tout de suite sur la nouvelle scène.

Je suis une medium du cinéma

Des séries et des films, j’en ai vu. Moults. Et à force, j’ai compris comment les histoires se jouaient. Je devine à peu près une réplique sur deux, ce qui devient finalement lassant.

Quand je regarde quelque chose, je m’attends régulièrement à la prochaine réplique. Un personnage dit quelque chose, et je SAIS ce que l’autre va répondre, car c’est trop évident.

Je formule le réplique à voix haute avant le personnage, et généralement ça ne loupe pas, la personne prononce mes mots exacts.

Avoir visé juste a pour mérite de me procurer une certaine satisfaction. J’ai l’impression d’être la boss du game et j’ai alors envie de me la péter, mais il n’y a personne.

Nul ne sait donc que je possède ce pouvoir.

Cela dit, après la jubilation vient finalement une certaine déception face à la non-originalité de la vie. N’hésitez pas à écrire des scénarios originaux.

Je suis une actrice dans l’âme

Mon rêve secret, c’est d’être actrice. Oui, comme 99% de la population, kestuvafère.

Du coup, me mettre à la place de chaque perso et me plonger dans leur rôle est aussi une manière de travailler mon jeu.

Vois-tu, je n’ai jamais fait de théâtre étant enfant car je n’aimais pas aller au théâtre, je n’aimais pas le jeu d’acteurs du théâtre, je ne comprenais pas pourquoi les gens parlaient si fort et de manière si peu naturelle, contrairement au cinéma.

Du coup, faire du théâtre ne m’intéressait pas en soi.

Malheureusement, je ne vivais pas à Hollywood et j’ai donc dû vivre une vie lambda, me contentant d’esquisser mollement mes inimitables imitations des personnages d’Harry Potter et de Jack Sparrow, acclamée par mes fans locaux.

– Allez Carotte ! Fais-nous rire !

– Mais je suis pas un distributeur de blagues !

– Mais si !

– Ok. —s’adonne à l’imitation—

Puis plus tard, alors que j’assistais à la pièce de théâtre du lycée, je me suis dit qu’en fait, ça avait l’air un peu cool, le théâtre. Que d’apriori possédais-je, finalement !

Et puis au moment de prendre une décision, j’ai eu trop peur d’être timide et nulle alors je ne me suis finalement pas inscrite.

C’est en commençant mes études que j’y ai de nouveau songé. Allez, c’est maintenant, il est temps de prendre le taureau par les couilles !

Googleant l’affaire, j’ai alors réalisé que les cours de théâtre coutaîent LA PEAU DU BOULE. Étant pauvre à cause de l’étudiante vie, je me suis finalement tournée vers le yoga.

Ma vie d’actrice sur YouTube

Depuis, j’ai commencé ma propre chaîne YouTube où je pouvais m’amuser à jouer la comédie comme je le voulais, avant de me téléporter sur celle de madmoiZelle.

Je me suis dit « si personne ne m’engage dans son film, je vais m’engager moi même, bitches. » Cette décision fût inspirée par Anna Akana, mon idole.

Encore une fois, je me suis éloignée du sujet. Quand je te dis que j’ai zéro concentration !

Tout ça pour conclure que quand je regarde un truc, je le vis À FOND. Pour certains, vivre le truc à fond c’est ne toucher à rien, s’imprégner de la chose jusqu’à ce que générique s’en suive.

Pour moi, c’est me prendre pour le lead principal dans ma tête et me refaire les scènes dans mon coin.

Parfois, les personnages me suivent après le film et je m’invente des dialogues dans ma tête. Je pense en anglais, je vis en anglais et je dors en anglais.

Quelle vie trépidante je mène.

Alors, saugrenu ou pas ? As-tu toi-même des coutumes étranges à partager à la France ? Tu peux te confier, moi et coin-coin (mon ours en peluche avec lequel je travaille chaque jour) on ne te jugera jamais.

À lire aussi : Ma vie de fan d’Halloween dans un pays qui se fout d’Halloween

Carotte

Carotte

Carotte est rédactrice Mode. Elle aime tout ce qui est les chiots, les graines et l'automne. C'est aussi elle qui écrit cette description à la troisième personne.

Tous ses articles

Commentaires

Normie11

Ça marche bien, par contre plus tu en mets plus il faut se concentrer. Quand je regarde des séries avec mon copain (donc une à la fois :P ), j'ai l'impression de comprendre/profiter pareil
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!