Live now
Live now
Masquer
reglement
Règlement de comptes

Antoinette, 1820€ par mois : « Je suis souvent à découvert »

Combien gagnez-vous par mois ? Comment dépensez-vous cet argent ? Qui paye quoi dans votre couple ? Voici quelques-unes des questions auxquelles nous nous attaquons dans notre rubrique Règlement de comptes !

Parler d’argent, en France, c’est encore tabou. Pourtant, c’est un sujet passionnant, et par certains aspects… féministe ! Dans notre rubrique Règlement de comptes, des personnes en tout genre viennent éplucher leur budget, nous parler de leur organisation financière (en couple ou solo) et de leur rapport à l’argent. Aujourd’hui, c’est Antoinette qui a accepté de nous ouvrir ses comptes.

  • Prénom : Antoinette
  • Âge : 28 ans
  • Métier : chargée de communication pour un établissement de l’enseignement supérieur
  • Salaires mensuels : 1 820€ de revenu mensuel pour Antoinette, et 1 550€ pour son conjoint, soit 3 370€ par mois à deux
  • Famille : son partenaire, avec qui elle est en couple depuis un an environ
  • Lieu de vie : un appartement de 40 m2 à Paris

Les inégalités salariales et le salaire d’Antoinette

Pour son poste dans la communication, Antoinette perçoit la somme de 1 820€ par mois. Une somme qu’elle estime convenable, même si elle sait que d’autres diplômés de sa promotion l’auraient refusée :

« Je m’estime bien payée pour un premier job… mais c’est surtout dû à la part variable en fonction de la réalisation de mes objectifs. 

J’ai un master en communication ; nombreux sont mes anciens camarades de promo qui ont refusé des premiers emplois car le salaire était trop bas. Quand je leur ai annoncé mon salaire, certains ont fait les gros yeux en me disant que j’étais sous-payée et que jamais ils n’auraient accepté mon job pour “aussi peu”. 

J’essaye de nuancer ce point de vue car je sais que de nombreuses personnes en France sont largement moins bien payées que moi — notamment mes amis proches — et je n’estime pas être à plaindre. »

Cependant, si la somme lui semble acceptable dans l’absolu, elle ne l’est pas au regard du salaire de certains de ses collègues masculins… mieux payés qu’elle.

« Mais j’ai appris récemment que certains collègues masculins étaient mieux payés que moi — de 100€ nets en plus par mois — pour moins de responsabilités. Nous avons le même niveau d’études, les mêmes compétences et il s’agit également de leur premier boulot… Mais ce sont des hommes.

Lorsque j’ai souligné ce point à ma direction et à l’un de nos délégués du personnel, la réponse qui m’a été donnée est que les hommes négocient mieux leur salaire et que 100€ de plus, ce n’était pas non plus grand-chose. »

Une organisation à 50/50 pour le loyer…

Son conjoint, quant à lui, touche 1 550€ par mois pour son CDI en tant que réceptionniste de nuit dans un hôtel 4 étoiles.

Antoinette, 1820€ par mois : « Je suis souvent à découvert »

Pour organiser les finances de leur vie à deux dans leur appartement parisien, le couple a choisi d’avoir des comptes individuels séparés et un compte commun.

« Chacun a son compte perso pour ses dépenses perso ; nous avons un compte commun chez Boursorama (sans frais bancaires) pour nos dépenses communes. Nous l’avons ouvert dès notre emménagement ensemble.

J’aime beaucoup avoir une vue d’ensemble sur mes (et nos) dépenses, je déteste être à l’aveugle. Le compte joint était pour moi très important, et il en va de même pour mon amoureux qui a aussi ce petit côté control freak comme moi. »

Pour régler leur loyer, ils ont choisi de faire 50/50 malgré leur disparité de revenus. Sur cette question, Antoinette est partagée :

« Parfois, je me dis que j’aimerais lui proposer de passer au système du 60/40 pour le règlement de notre loyer. Je pense que cela ne le gênerait pas du tout de le faire, étant donné la disparité de nos revenus. Je sais qu’il ne me le demande pas par fierté, car nous avons déjà évoqué ce sujet. 

Mais me connaissant, je lui reprocherais des choses si nous n’étions pas à égalité sur cette partie-là car je considère que nous jouissons chacun de notre appartement à hauteur de 50%. De plus, cela augmenterait ma participation au loyer de 120€, ce qui voudrait dire que je devrais rogner sur mon épargne mensuelle…

Je pourrais lui laisser cette opportunité d’épargner plus et je me sens un peu coupable de ne pas encore avoir mis cette organisation en place. Si ma demande d’augmentation de salaire est acceptée, je pourrais envisager sereinement de passer à 60/40 sur le loyer. »

…et au prorata sur le reste de leurs frais

Ils participent au reste de leurs frais en fonction de leurs revenus, comme l’explique la chargée de communication :

Pour le reste de nos dépenses, je verse chaque mois sur le compte joint entre 250 et 300€ (cela dépend des mois et de mon découvert) et lui entre 150 et 200€ — ce que j’estime normal, car il gagne moins que moi.

Cet argent sert à payer nos courses alimentaires, d’hygiène et le règlement des factures (en dehors du loyer que je règle depuis mon compte perso car je suis payée plus tôt que lui).

Nous payons également avec ce compte nos plaisirs et achats culturels communs, notamment des livres, des jeux vidéo, des billets pour des parcs d’attraction ou des tournois de jeux de carte, des sorties au restaurant ou au bar, des bubble teas ou pâtisseries à emporter quand nous sortons ensemble ou avec nos amis. »

Ce mode de fonctionnement hybride leur convient très bien : il leur permet d’avoir une vision claire de leurs dépenses communes, et de toujours finir le mois dans le positif sur leur compte joint.

Le plus gros poste de dépenses : le loyer

Sans surprise, le poste de dépense principal du couple se trouve dans leur logement de 40m2 dans le nord de Paris, qui leur coûte 1 200€ par mois.

Une grosse somme, mais qui est justifiée par le confort qu’elle leur apporte selon Antoinette :

« Oui c’est vrai, on sait, on pourrait trouver moins cher ailleurs, en banlieue, en s’éloignant. Mais rien ne vaut le confort de pouvoir tout faire en métro, ne pas galérer pour aller au travail, rentrer chez soi le soir, aller en soirée ou faire mes emplettes !

Quand je sors à 18 heures du boulot, je suis chez moi à 18 h 30 ! Un véritable luxe à Paris pour lequel j’accepte de payer un peu plus pour pouvoir en profiter. J’ai connu la galère du RER pendant 4 ans, et le métro a changé ma vie. »

Leur lieu de vie se trouve en effet à 30 minutes en porte à porte du lieu de travail d’Antoinette, un atout non négligeable. En plus d’être bien situé, il est aussi charmant, haut de plafond et lumineux : la jeune femme n’hésite pas à le décrire comme « un vrai petit nid dans lequel j’adore rentrer le soir ».

Leur loyer inclut l’eau froide, le chauffage collectif et les charges. L’électricité, le gaz et la box Internet/TV sont réglés avec leur compte joint, au prorata de ce qu’ils versent dessus. 

Ils ont souscrit à une assurance habitation mais son conjoint la règle avec son compte personnel car il souhaite apporter « sa contribution à [leur] couple » parce qu’il estime qu’il participe moins au budget « courses ». 

Antoinette, 1820€ par mois : « Je suis souvent à découvert »

Dépenses courantes et loisirs

Pour les courses alimentaires, ils dépensent entre 450 et 500€ par mois. C’est Antoinette qui règle une partie de ces courses avec l’argent de son pass restaurant Sodexo. Ils mangent principalement végétarien lorsqu’ils sont chez eux.

Pour les loisirs, Antoinette dépense en moyenne 300 euros par mois.

« Pendant des années, j’ai vécu avec très peu d’argent et je profite aujourd’hui de mon salaire pour me faire plaisir, sortir avec mes amis, voyager quand c’est possible… »

Antoinette dit avoir pas mal craqué côté décoration ces derniers temps pour aménager leur appartement. Elle a pris ses dépenses à sa charge :

« Cadres, tableaux, dessins (ceux de la boutique de Natacha Birds, pépite), fleurs séchées, plantes, literie, figurines, DIY, meubles design, horloges, étagères… »

Antoinette achète aussi parfois des habits – pour environ 70 euros par mois – mais jamais de fast-fashion car ça irait à l’encontre de ses convictions écolos.

Elle et son conjoint voyagent également de temps en temps :

« J’en profite aussi pour payer des voyages (le Covid a un peu chamboulé ces projets) et des week-ends. Nous sommes partis à Barcelone avec mon copain pour nos un an. »

En février prochain, ils vont partir deux semaines en Amérique du Sud et partent aussi en week-end de temps en temps en France.

Les deux amoureux commandent parfois à manger en ligne, ce qu’Antoinette prend à sa charge. Mais ils souhaiteraient le faire moins souvent et se préparer plus de petits plats.

Elle paye l’abonnement Netflix à 13,99€ par mois et Disney+ en abonnement annuel, payé en une fois lorsque l’offre de renouvellement était à 69,99€ par an l’année dernière. Son conjoint paye Amazon Prime pour 50€ par an ainsi que l’abonnement Spotify à 9,99€ par mois.

Depuis six ans, Antoinette renouvelle également un pass annuel pour Disneyland Paris (350 euros tous les 18 mois), avec lequel elle dispose de billets à tarif réduit pour son conjoint, sa famille et ses amis. 

« J’aide ma mère chaque mois »

La mère d’Antoinette est la seule usufruitière d’un appartement de 100 m2 dans l’ouest de la France. Elle n’a que peu de revenus et a du mal à régler seule les charges mensuelles de cet appartement.

« Voilà pourquoi je règle au moins la taxe foncière [pour elle] tous les mois. »

Antoinette pense qu’elle pourrait l’aider davantage financièrement mais elle préfère que sa mère assume ses responsabilités — cette dernière a touché un héritage important mais elle a dépensé les trois quarts rapidement. Elle gagne un peu d’argent en freelance mais dépense beaucoup en shopping, ce que sa fille ne cautionne pas.

Épargne et dépenses imprévues

Depuis deux ans, Antoinette s’applique à respecter des règles d’épargne qui parfois la mettent à rude épreuve.

Son salaire reçu, elle met de côté automatiquement 200€ sur son assurance-vie et entre 300 à 400€ sur un livret A. Elle épargne aussi 75% de ses deux primes annuelles qu’elle place entre son livret A et son assurance-vie et 100% de sa prime de participation sur le Plan d’épargne de son entreprise.

Vers 30 ans, elle envisage également de disposer d’un livret d’épargne supplémentaire pour ma retraite ainsi qu’ouvrir un Plan d’épargne en actions (PEA) pour diversifier son capital. 

« Mes proches et mon amoureux trouvent que je fais un effort d’épargne colossal tous les mois et que je devrais lâcher du lest. Mais c’est le prix à payer pour m’efforcer de me constituer un capital, connaissant ma capacité à dilapider mon argent au restaurant, en livraisons de nourriture, en vêtements, en déco ou encore en mangas… »

Il reste souvent de l’argent en fin de mois sur le compte joint, ça peut être l’occasion de se faire plaisir :

« En fin de mois de septembre, quand nous sommes partis à Barcelone, il restait 150€ sur le compte joint, ce qui nous a permis de nous payer de bons restaurants et des visites culturelles sur place. »

Mais les dépenses imprévues sont nombreuses pour Antoinette :

« Chaque mois, il y a toujours quelque chose d’imprévu : l’ordinateur ou le téléphone qui tombe en panne, tout comme l’électroménager, le rattrapage des impôts (car je n’étais pas imposée l’année dernière à cause du système de “l’année blanche”), un déménagement impromptu en février dont j’ai avancé 100% des frais – dont les 1950€ de caution… »

Pour des envies particulières ou pour les dépenses imprévues, la jeune femme pourrait piocher dans son épargne mais elle ne préfère pas. Antoinette trouve cela plus judicieux d’avoir un petit découvert (environ 100€ en moyenne), quitte à se restreindre le mois suivant.

Elle a aussi opté pour un débit différé sur sa carte, ce qui l’aide énormément.

Projet d’achat

Antoinette rêve de devenir propriétaire. C’est pour cela qu’elle économise autant.

« J’ai 28 ans aujourd’hui et mon objectif est d’accéder à la propriété d’ici cinq ans. Si possible, j’aimerais faire ce premier achat immobilier seule mais je n’exclus pas de le faire avec mon amoureux si notre relation tient sur la durée. Je le souhaite de tout mon cœur mais j’ai un côté assez pragmatique ; pour l’instant je préfère envisager ce scénario seule. »

Étant donné le prix de l’immobilier à Paris, Antoinette pense que son rêve se réalisera sans doute en région. Elle aimerait que ce bien soit près de la mer. La possibilité de mobilité géographique dans son entreprise est forte et elle espère quitter Paris avec son conjoint d’ici deux ans

Merci à Antoinette d’avoir accepté de répondre à nos questions !

Si jamais vous souhaitez commenter cet article, rappelez-vous qu’une vraie personne est susceptible de vous lire, merci donc de faire preuve de bienveillance et d’éviter les jugements.

À lire aussi : Marie, 8 175 € par mois, issue d’une famille « où l’argent manquait sans cesse »

Crédit photo : Toa Heftiba / Unsplash

Les Commentaires
16

Avatar de Lizzie_Bennet
22 novembre 2021 à 19h28
Lizzie_Bennet
Bonjour à tout.e.s
Je suis la Madz qui a témoigné dans cet article et je vois qu’il a suscité quelques débats, notamment sur Facebook. Lire ces échanges était très intéressant et me conforte bien dans l’idée que « parler d’argent en France, c’est tabou »… et qu’il faut donc continuer à le faire. Cela prouve une fois de plus l’intérêt et l’importance de cette série d’articles et le travail que mène Aïda, que je remercie.
Je voulais réagir plus tôt mais le temps que mon compte soit validé, cela a pris un peu de temps !
Pour répondre à ta question, @Shiho , le salaire que j’ai donné pour le témoignage est le net que je touche sur mon compte en banque directement – déduction faite de l’impôt sur le revenu, de ma cotisation au pass restaurant Sodexo ainsi de la mutuelle qui est prélevée directement sur mon salaire et qui me coûte 55 €. Mon net inclut également le remboursement à hauteur de 50% de mon abonnement transports. Je ne sais pas si les autres Madz donnent aussi leur net payé mais ce fut donc mon cas ici
@louwu , pour préciser sur la question du loyer, c’est effectivement les revenus de mon copain et de moi-même qui ont été pris en compte par notre propriétaire ! En revanche, l’obligation de gagner 3 fois le revenu du loyer est surtout dû à la Garantie Loyers Impayés à laquelle des propriétaires peuvent souscrire. Cette garantie (que l’on nomme aussi GLI) exige en fait que le locataire gagne au minimum 2,7 fois le prix du loyer et qu’il soit en CDI hors période d’essai. Elle interdit aussi au propriétaire de demander un garant à son locataire.
Après, la règle des 3 fois le loyer semble être un peu devenue la norme, y compris chez les agences et les particuliers n’ayant pas souscrit à une GLI par exemple ^^
Nous sommes tombés sur un propriétaire très arrangeant car à l’époque, mon copain n’avait pas encore commencé son contrat (il sortait d’une période de chômage) même s’il disposait d’une promesse d’embauche. De plus, aucun de nous deux n’avait de garant physique et nous avons donc dû opter pour la garantie Visale que notre propriétaire avait accepté sans sourciller ! C’est une question de feeling donc
En tout cas, merci aux Madz m’ayant souhaité une augmentation de salaire ! Verdict en fin de mois ^^ C’est un sujet qui me tient particulièrement à cœur et j’espère que mes remarques auront bien été pris en considération par notre service RH et ma direction.
Je voulais aussi profiter de ce post pour revenir sur les questions/débats qui avaient été soulevés sur Facebook mais au final, je pense que pas mal d’arguments et d’idées ont été discutés. Si donc certain.e.s d’entre vous ont des questions supplémentaires, je serais ravie de vous répondre !
2
Voir les 16 commentaires

Plus de contenus Règlement de comptes

Règlement de comptes
femme en train de faire des travaux

Gwendoline, 3900€ par mois à deux : « Mon conjoint n’achète rien à part des caleçons une fois par an »

Aïda Djoupa

25 nov 2021

3
Règlement de comptes
Couple en train de discuter

Laurine, 2 577€ par mois à deux : « Je suis très mauvaise gestionnaire »

Aïda Djoupa

18 nov 2021

83
Règlement de comptes
reglement-de-comptes-visu

Coline, 655€ par mois : « Je peux passer trois semaines à réfléchir à un achat à 20€ »

Aïda Djoupa

04 nov 2021

6
Règlement de comptes
famille deux adultes deux enfants

Margaux, 6 785€ par mois pour 4 en Belgique : « Ici, tout est plus cher »

Aïda Djoupa

28 oct 2021

38
Règlement de comptes
Couple partageant un cocktail

Lou, 3 238€ mensuels à deux : « Mon conjoint est plus économe que moi »

Aïda Djoupa

21 oct 2021

4
Règlement de comptes
couple devant une grande

Lucile, aide soignante, 3 100€ par mois à deux : « Je calcule tout, tout le temps »

Aïda Djoupa

14 oct 2021

2
Règlement de comptes
Deux mariés en pleine célébration

Héloïse, 4 600 € mensuels à deux et un mariage à 15 000 € en préparation

Aïda Djoupa

07 oct 2021

9
Règlement de comptes
femme portant un sac

Framboise, 1.360€ par mois : « Je me considère comme riche »

Aïda Djoupa

30 sep 2021

15
Règlement de comptes
infirmiere-vert

Noëlie, infirmière à 1950€ par mois, se prépare à « une importante baisse de revenus »

Clémence Boyer

23 sep 2021

Règlement de comptes
un couple de femmes
Sponsorisé

Mathilde, 2 027€ par mois et 2 000€ de budget Disneyland par an

Aïda Djoupa

16 sep 2021

11

Témoignages

1 2 3 4 5 6 7 8 9