Live now
Live now
Masquer
agression-sexuelle-adolescente-zoe-de-soyres
Témoignages

Zoé, 16 ans, parle de l’agression sexuelle dont elle a été victime dans un puissant témoignage

29 jan 2018 7
Zoé de Soyres a 16 ans. Elle a eu le courage de monter sur scène pour parler de l’agression sexuelle qu’elle a subie, dans une plaidoirie vibrante, et appelle à des solutions concrètes pour lutter contre la loi du silence.

« Il y a eu Lise, attouchée par son grand-père à 11 ans.

Il y a eu Sophie, agressée par son ex-petit ami soûl.

Il y a eu Aude, agressée par son conjoint.

Il y a eu Aïcha, violée par son père durant toute son adolescence.

Et il y a eu moi. »

C’est par ces mots que commence le poignant témoignage de Zoé de Soyres, 16 ans, délivré sur scène devant 3000 personnes lors du concours de plaidoiries des lycées de Caen.

Zoé de Soyres, 16 ans, parle de l’agression sexuelle qu’elle a subie

La voix parfois un peu tremblante, mais claire et portant loin, Zoé se tient campée fermement face à l’auditoire, et raconte l’agression sexuelle qu’elle a subie.

Zoé de Soyres : concours de plaidoiries Lycées Caen

Il y a plusieurs mois, une fête — de l’alcool, de la drogue circulaient. Zoé y était.

« Un de mes amis m’a emmenée loin des consciences, des lumières chaudes, des éclats de rire. Je l’ai vu se transformer en prédateur sexuel.

De personne, je suis devenue chose. Le monde s’est réduit à lui, l’agresseur ; aux quatre murs de la pièce qui faisaient de moi la victime de gestes non consentis, et de coups lorsque j’ai résisté. »

Zoé était vierge lorsqu’elle a été agressée.

« Penser qu’il fut le premier me dégoûte, autant de lui que de moi. »

big-premiere-fois-viol

La jeune femme parle de la difficulté de soigner son esprit, un processus bien plus long que celui qui a permis de guérir les blessures physiques que l’agresseur lui a infligées.

« La honte, la dépression, l’anorexie m’ont anéantie, et tout cela est resté scellé dans une carapace de silence. […] Chaque nuit, le cauchemar me guette. »

Les chiffres du viol en France, une réalité terrifiante

Zoé sait qu’elle n’est pas une anomalie statistique, un cas particulier. C’est ce qui donne à son témoignage un poids encore plus lourd.

« En France, 20% des femmes ont été ou seront victimes de violences sexuelles. Soit, dans cette assemblée, 150 d’entre vous, mesdames.

150 de trop. »

À lire aussi : Toutes les 9 minutes, en France, une femme subit un viol (ou une tentative de viol)

L’adolescente a rappelé, en début de plaidoiries, les idées reçues sur le viol. Ce crime qui n’arrive qu’aux « filles vulgaires », qui fait l’objet d’exagérations.

Mais #BalanceTonPorc et #MeToo (#MoiAussi), qu’elle cite, sont des mouvements qui ont contribué à lutter contre ces idées fausses.

Il n’y a pas de « victime-type » de viol. Par contre, il y a trop, bien trop de victimes.

Il n’y a pas non plus d’« agresseur-type ». Zoé n’a pas peur des chiffres :

« Dans 75% des cas, l’agresseur est un proche voire un membre de sa famille. Alors comment trouver la force de porter plainte ? Contre son grand-père, son meilleur ami ? »

big-connaitre-un-violeur

La loi du silence qui étouffe les victimes de viol

Le viol, en France comme ailleurs, fait rarement l’objet de plaintes, et encore plus rarement de condamnations. Zoé cite des chiffres qui restent effarants :

« 11% des victimes portent plainte. […]

Parmi ces femmes, 30% se sont senties reconnues comme victimes. […]

Les procédures durent en moyenne 6 ans, comment tourner la page ? […]

2% des victimes verront leur agresseur condamné. »

Diverses raisons expliquent ce silence des victimes.

À lire aussi : Pourquoi je n’ai pas porté plainte après mon viol

Premièrement il y a, comme l’exprime très bien Zoé, le fait que « la honte, le déni de soi sont destructeurs, l’emportent sur la raison ». C’est une chose de scander « la honte doit changer de camp », une autre d’avoir la force d’agir.

Ensuite, il y a l’entourage qui peut retenir la victime, exiger son silence.

Et même en cas de plainte, il faut tomber dans le bon commissariat, la bonne gendarmerie. Là où on verra sa parole écoutée, respectée.

À lire aussi : Agression sexuelle et dépôt de plainte : les conseils d’un policier

Comment faire changer les mentalités concernant le viol ?

« La société autorise, tacitement, la prédation sexuelle. »

C’est la conclusion de Zoé au vu du nombre de condamnations extrêmement faible. Mais l’adolescente n’est pas vaincue d’avance. Elle appelle, dans la seconde partie de sa plaidoirie, à un changement des mentalités via des actions concrètes.

Il faut voir la réalité du viol en face, assène-t-elle.

« Les violences sexuelles ne sont pas des contes visant à effrayer les jeunes filles, ce sont des histoires qu’il faut avoir le courage de raconter. »

Pour cela, Zoé appelle à une action gouvernementale de grande ampleur, un plan d’urgence pour mettre fin aux violences sexuelles.

À lire aussi : Contre les violences sexuelles, la pétition #1FemmeSur2 interpelle Emmanuel Macron

Elle réclame une meilleure prise en charge des victimes, la formation de tou·tes les professionnel·les en contact avec ces dernières, des campagnes de sensibilisation en entreprise, le renforcement des cours d’éducation sexuelle au collège/lycée…

De l’importance de prendre la parole au sujet des agressions sexuelles

« Parler, c’est agir, parce qu’encore aujourd’hui, les violences sexuelles demeurent tabou. »

Je ne peux que m’incliner devant le courage de Zoé. Il en faut, des tripes, pour monter sur scène devant une telle assemblée et parler de l’agression sexuelle dont on a été victime.

À 16 ans, je n’avais pas la moitié des connaissances de cette jeune femme concernant des problématiques sociétales aussi complexes que la culture du viol.

Alors son témoignage, bien que poignant, me donne confiance en l’avenir. Je me dis que pour une Zoé qui s’exprime, beaucoup œuvrent dans l’ombre pour faire qu’un jour, sa plaidoirie ne soit que le reflet d’une époque disparue.

J’ai envie d’envoyer une tonne de soutien à Zoé, et de lui souhaiter un avenir radieux. Je terminerai par quelques mots, qui sont les siens :

« Si je peux me reconstruire aujourd’hui, c’est grâce à la parole. Faire le choix de ne plus se taire, c’est faire le choix de la vie. »

Après la publication de cet article, j’ai eu envie de contacter Zoé. Lisez-en plus ici :

Entretien avec Zoé, 16 ans, auteure d’une bouleversante plaidoirie sur les violences sexuelles

À lire aussi : J’ai été violée, et j’ai fait de cette blessure une arme pour changer le monde

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
7

Avatar de MaryJAnna
30 janvier 2018 à 23h38
MaryJAnna
@melle.J : Tu n'as pas à te sentir coupable de quoi que ce soit. Il est bien sûr essentiel que des victimes parlent sinon on ne prendra jamais conscience du problème à grande échelle mais si tu n'y arrives pas tu n'as pas à te sentir coupable vis à vis de ça. On fait ce qu'on peut avec nos difficultés et notre sensibilité. C'est ton histoire, tu n'es complice de rien en te taisant. C'est important de le dire, on a pas à culpabiliser de ne pas réagir de la "bonne" façon.

C'est important que la parole se libère aussi, de l'encourager mais ça ne doit pas devenir une injonction non plus. C'est le point central de mon précèdent message, ce qui ne m'empêche pas d'admirer le courage de Zoé et de comprendre et encourager sa démarche. Je pense simplement qu'en faire un "devoir" est une très mauvaise idée. Ça ne pourra qu'engendrer plus de culpabilité et de souffrance pour celleux qui ne s'en sentent pas capable alors qu'iels ont besoin de plus de bienveillance et d'empathie.
4
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Femme en train de cuisiner
Règlement de comptes

Laure, mère solo avec 1 796 € par mois : « Avec ma fille, nous parlons souvent d’argent »

Aïda Djoupa

08 déc 2022

3
A propos de Madmoizelle

Chères lectrices et lecteurs, Madmoizelle a envie de mieux vous connaître !

Humanoid Native
Corps assis, avec des fleurs entre les jambes et un uterus dessiné sur le ventre
Témoignages

À 37 ans, je me suis fait retirer l’utérus et c’était la meilleure des décisions

Aïda Djoupa

07 déc 2022

Femme avec une afro vue d'en bas
Règlement de comptes

Allyson, 2 010 € par mois : « Je suis tous les mois à découvert »

Aïda Djoupa

01 déc 2022

Un couple de femmes face à face
Témoignages

Journal de bord d’une PMA, épisode 2 : « À partir de maintenant, la stimulation ovarienne peut commencer »

Aïda Djoupa

30 nov 2022

6
destinations
Témoignages

10 lectrices partagent le meilleur conseil de psy de leur vie

Aïda Djoupa

27 nov 2022

Anais Z / Les petits portraits / C stane
Témoignages

J’ai été victime de violences conjugales, et je me suis réapproprié mon histoire par la photographie

Aïda Djoupa

25 nov 2022

3
Kevin Wolf Unsplash
Règlement de comptes

Marine, 2 257€ par mois : « Pour les courses, je fais les poubelles »

Aïda Djoupa

24 nov 2022

51
Karolina Gabrowska / pexels
Témoignages

J’ai fait un AVC à 21 ans, très certainement à cause du tabac et de la pilule

Aïda Djoupa

23 nov 2022

4
Mikotoraw / Pexels
Témoignages

Mon mec m’a trompée, et tout le monde m’a encouragée à le pardonner

Aïda Djoupa

19 nov 2022

31
Sharon Christina / unsplash
Témoignages

Mon woofing en Norvège qui a tourné au cauchemar

Aïda Djoupa

18 nov 2022

7

Témoignages