Live now
Live now
Masquer
Source : Nicolas Genin
Actualités France

Accusé de violences conjugales, Stéphane Plaza se dit « défenseur de la cause des femmes »

Mis en cause par trois ex-compagnes pour violences conjugales et visé par une enquête pénale ouverte en octobre, l’animateur star de M6 affirme avoir « la conscience tranquille ».

Il lui aura fallu deux mois pour prendre la parole. Accusé de violences physiques et psychologiques par trois ex-compagnes dans Mediapart, Stéphane Plaza, agent immobilier et présentateur star de M6, a publié jeudi 7 décembre un long message sur Instagram, alors qu’était diffusé le soir même un épisode inédit de son émission Recherche Appartement ou Maison. L’animateur, farouchement défendu par la chaîne, fait actuellement l’objet d’une enquête pénale pour violences conjugales.

« Je continuerai de défendre la cause des femmes »

Dans la légende de son post Instagram, Stéphane Plaza remercie ses fans pour leur soutien, leur demande d’attendre que « justice soit faite pour laver [son] honneur » et se positionne en grand défenseur de la cause des femmes, reprenant la rhétorique de son avocate lors d’une intervention sur le plateau de TPMP en octobre dernier.

« Aujourd’hui, son nom est sali et son réseau est attaqué alors qu’il n’a commis aucun crime, ni aucune violence. Il réitère qu’il n’a jamais été violent envers quiconque et qu’on se serve de cette cause le meurtrit car des femmes battues perdent la vie chaque jour », avait-elle commenté.

Une posture qui contraste fortement avec les accusations qui pèsent sur lui. Dans Mediapart, une de ses ex-compagnes racontait notamment que l’animateur lui avait cassé trois doigts, tandis qu’une seconde avait déposé une main courante à son encontre après avoir subi selon elle des « violences, dénigrements et menaces de mort ».

Violences conjugales : les ressources

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est victime de violences conjugales, ou si vous voulez tout simplement vous informer davantage sur le sujet :


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

1
Avatar de Zenon
8 décembre 2023 à 12h12
Zenon
Ça coûte pas cher de dire.
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Actualités France

Source : Capture vidéo
Actualités France

#MeToo cinéma : que retenir de la prise de parole de Judith Godrèche au Sénat ?

Un visuel de l'étude menée par Dove & Linkedin sur les discriminations capillaires, en faveur de l'adoption du CROWN Act aux États-Unis.jpg // Source : Dove x LinkedIn
Actualités France

Les discriminations capillaires seront-elles bientôt interdites en France ?

1
Source : Capture d'écran Youtube
Actualités France

L’artiste Olivia Ruiz révèle avoir été victime de soumission chimique

1
Léonore Moncond’huy // Source : France 3 Régions
Actualités France

Vers une loi en faveur d’une indemnisation du congé maternité pour les élues ?

Source : Capture d'écran
Actualités France

Après avoir placé l’avortement en première cause de mortalité dans le monde, CNews présente ses excuses

6
Un enfant victime de harcèlement scolaire, qui pleure assis par terre dans ses genoux // Source : Pexels / Mikhail Nilov
Actualités France

Harcèlement scolaire d’Évaëlle : un procès requis après le suicide de la collégienne

5
Jonathan Daval dans une série documentaire de BFM TV // Source : Capture d'écran YouTube
Société

Condamné pour meurtre, Jonathann Daval porte plainte en diffamation contre son ex-belle famille

4
Pancarte de manifestation "pas ton corps, pas tes choix"
Actualités France

IVG : le Sénat « pas défavorable » à son inscription dans la Constitution

1
La mairie de Paris fait fermer le site Internet du groupuscule anti-IVG « Les Survivants » // Source : Capture d'écran twitter
Actualités France

La mairie de Paris fait fermer le site Internet du groupuscule anti-IVG « Les Survivants »

Une vendeuse en train de vendre un haut blanc en dentelle à une cliente dans une boutique de vêtements // Source : filadendron de Getty Images Signature
Actualité mode

« Les vendeuses dans l’habillement sont déshumanisées » : interview d’une syndicaliste sur l’effondrement de la mode milieu de gamme

3

La société s'écrit au féminin