La violence éducative, cette fausse bonne idée

A l'occasion de la journée nationale de lutte contre les violences éducatives, Chloé P. t'explique pourquoi les punitions corporelles ne sont pas vraiment une bonne idée...

La violence éducative, cette fausse bonne idée

Le 30 avril, c’est la Journée nationale de lutte contre les violences éducatives.

Article initialement publié le 15 avril 2016

La ministre de la Famille, de l’Enfance et des Droits des femmes, Laurence Rossignol, a annoncé lundi sur France 5, lors de son intervention sur l’émission Les Maternelles, la mise en place d’un livret pour les futurs parents.

À lire aussi : #NoMoreClichés dénonce les raccourcis sexistes dans les pubs


Parmi les conseils dispensés par le livret pour guider les parents (et calmer leurs potentielles angoisses), la ministre a tenu à faire paraître la mention des châtiments corporels pour dire clairement que non, la fessée ou la claque n’a pas de vertu pédagogique.

Bon, je te vois, toi dans le fond, représentant•e de la #TeamTradi en train de bondir de ton fauteuil, et autant te le dire tout de suite : ce n’est pas juste parce que quelqu’un me dit que les kangourous se baladent parfois avec les paluches dans la poche que je le/la crois sur parole…

violence-educative-mauvaise-idee-suspicious

Du coup j’ai voulu en savoir plus, et je me suis tournée vers Dorota Gille, membre de l’OVEO (Observatoire de la violence éducative ordinaire), une association qui a pour but d’informer l’opinion sur les conséquences de la violence éducative, notamment des punitions corporelles.

« Ce livret est globalement un pas dans la bonne direction. Malgré tout, c’est insuffisant, la France a une nouvelle fois été épinglée par le Comité sur les droits de l’enfant [le CRC, une entité rattachée à l’ONU] en janvier dernier pour son manque d’exemplarité.

Car s’il existe des sanctions pénales contre la maltraitance, le châtiment corporel, lui, échappe à toute législation. »

big-violence-educative

D’ailleurs, le châtiment corporel a même fait l’objet d’une jurisprudence qui laisse la gravité du geste à l’appréciation de chaque juge. Un non-sens pour Dorota Gille, puisque les lois interdisent par ailleurs toute violence envers les adultes, et envers les animaux.

Pas de vertu éducative, vraiment pas

Alors, je te le dis tout net, je n’ai pas été élevée par des hippies et moi aussi j’ai eu droit aux punitions corporelles disons modérées. Non, je n’en suis pas morte, et je pense même m’en être pas trop mal sortie.

Ceci étant dit, ce n’est pas pour autant un modèle à suivre comme l’explique Dorota Gille :

« On commence tout juste à apprendre comment fonctionne le cerveau des enfants, et les chercheurs s’accordent à dire que la punition corporelle est vécue comme une violence, un danger. Le corps libère alors du cortisol et de l’adrénaline et met en veille certaines fonctions du corps pour se concentrer sur la survie : le système immunitaire et le système digestif par exemple. »

Lorsque les punitions sont répétitives, elles peuvent donc porter atteinte au bon fonctionnement de l’enfant, ainsi qu’à sa croissance.

À lire aussi : La fessée influencerait la santé mentale des adultes

Autre argument, les enfants ne font pas le lien entre la punition corporelle et la responsabilité :

« La plupart du temps, lorsqu’on interroge les enfants sur la raison de la punition, ils répondent : « maman/papa était en colère »… ils ont du mal à comprendre le pourquoi de la violence, elle n’a donc pas de vertu pédagogique. »

Dernier point en faveur de méthodes pédagogiques alternatives : en Suède, les décès d’enfants liés à la maltraitance ont drastiquement diminué suite à l’instauration d’une loi contre les punitions corporelles, comme l’explique l’OVEO.

À lire aussi : Au pays de la fessée interdite, le reportage sur ARTE

La raison avancée par Dorota Gille est que la loi permet de poser une limite, un cadre, et ainsi d’éviter une escalade de violence dans les cas les plus extrêmes.

Les parents ne sont pas des coupables

Il ne s’agit pourtant pas de pointer un doigt crochu, accusateur et verni (oui je suis comme ça) en direction des parents, bien au contraire. Ceux-ci pensent bien faire dans la majorité des cas, et cherchent le bien-être comme l’éducation de leurs enfants.

violence-educative-mauvaise-idee-lynette

Comme quand ils enlèvent le caca de leur cul-cul en faisant des grimaces

L’éducation se fait comme ça.

Le problème ce serait plutôt l’idée que « l’éducation se fait comme ça ». Après tout, il y a bien une expression pour le dire : « Qui aime bien châtie bien ». D’un autre côté, les parents n’ont pas forcément d’alternatives pédagogiques pour remplacer cette méthode, ce qui limite les possibilités…

L’autre raison vient souvent d’un manque de temps. Les parents travaillent, courent à droite à gauche, et claquent au passage parce que ça prend moins de temps, parce qu’ils n’ont plus un gramme de patience dans leur organisme fatigué.

Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne sont pas frustrés d’en venir aux mains, ou ne culpabilisent pas pour autant de ne pas pouvoir être davantage présents.

violence-educative-mauvaise-idee-parent

Et ça, ce serait plutôt la faute à la société !

« On prend souvent l’exemple de la Suède, parce que c’est un système qui fonctionne : les congés parentaux durent un an et demi et les deux parents peuvent se le répartir comme ils le souhaitent. Ils sont aussi rémunérés à 100%, ce qui permet d’envisager ce congé de façon plus sereine.

Il s’agit aussi d’avoir un autre regard sur l’enfant : ce sont les futur•es citoyen•nes, et avoir le temps et les connaissances nécessaires pour bien les éduquer, c’est aussi permettre de faire baisser la délinquance. »

À défaut d’une loi, ce livret officiel est donc une façon d’envisager la question de l’éducation sous un nouvel angle. Rendez-vous dans dix ans (même jour, même heure, mêmes pommes) pour voir le résultat !

big-parents-education-cy

Et toi, qu’en penses-tu ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 102 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Maud Kennedy
    Maud Kennedy, Le 3 juillet 2016 à 16h00

    Atypik
    Il y en a beaucoup qui réclament le recours au référendum pour la "loi travail", mais là il n'y a plus personne.
    Jusqu'à quand et jusqu'où "ce" PS (oui cette frange qui est au pouvoir) va aller pour gouverner contre le peuple ?
    L'idée de créer une loi visant à interdire les châtiments corporels sur les enfants n'est pas nouvelle et ne vient pas du PS.
    Cette réaction est hallucinante. Réclamer un référendum pour pouvoir frapper un gosse... Non mais on va où????

Lire l'intégralité des 102 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)