Lectrices et lecteurs de tout horizon, pratiquez-vous le tsundoku ?

Parmi les fléaux qui touchent les amoureux de la lecture, il y a le tsundoku. Qu'est-ce qui se cache derrière ce mot d'origine japonaise ?

Lectrices et lecteurs de tout horizon, pratiquez-vous le tsundoku ?

Ce qui est beau avec la richesse des langues à travers le monde, c’est qu’elles ont leurs nuances et leurs particularités.

Certains mots permettent de désigner de façon très précise des situations, des actes, quand en français nous aurions besoin de longues phrases explicatives. Je t’invite à aller lire cet article pour en apprendre tout un tas !

C’est le cas du mot japonais tsundoku, qui s’adresse aux amoureuses et amoureux des livres !

Le tsundoku, ou l’art d’empiler des bouquins sans les lire

Le mot japonais sert à désigner le fait d’empiler toujours plus de livres… sans les lire !

Il a été inventé au 19e siècle au Japon, mais la manie de faire des piles de bouquins dans tous les sens semble encore tout à fait d’actualité (hommage aux personnes qui vivent dans un minuscule studio mais qui veulent quand même avoir des livres chez elles).

À lire aussi : Avoir une bibliothèque chez soi, ce petit luxe plein d’avantages

Il n’est pas précisé si le mot désigne le fait d’avoir envie ou non de lire les livres. C’est une nuance importante : entre vouloir accumuler des livres pour la frime, et continuer d’acheter des livres qu’on a envie de lire sans avoir le temps de le faire, ce sont deux philosophies très distinctes !

#tsundoku. . . . . Will finish all of you… eventually. . #goodreads

A post shared by ????? (@pensieve._) on

Ajoutez à ça une guirlande lumineuse et la déco prend tout son sens :

J’aimerais que le tsundoku soit reconnu comme une maladie afin de pouvoir bénéficier d’arrêts maladie pour pouvoir lire les livres de sa pile.

#12.2017 #bookstagram #catsbed #bedbooks #nypromise #tsundoku

A post shared by days remains (@monikaosi) on

À la découverte de ce mot, mes yeux ont autant pétillé que le jour où j’ai découvert la signification du mot philippin gigil, qui désigne le fait d’avoir envie de mordre dans un truc mignon. C’est émouvant de se sentir comprise !

Et toi, achètes-tu sans cesse des livres que tu n’as jamais le temps de lire ? 

À lire aussi : Ranger ses livres ne permet plus de les retrouver facilement avec cette nouvelle tendance déco !

COMMENT AVOIR UN TEINT PARFAIT ?

Lucie Kosmala


Tous ses articles

Commentaires
  • Ekalos
    Ekalos, Le 30 avril 2018 à 22h13

    Finalement,c'est une façon de se célébrer la lecture d'avoir des livres et de les empiler. Ça réjouit la vue, je ne vois pas pourquoi on devrait se priver :). On peut même les empiler par couleur de tranche et par format, par catégorie et par préférence :d

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!