Téléréalité politique de Fogiel : le sursaut démocratique esclave du petit écran

Elle est prévue pour courant avril : l'émission de téléréalité politique produite par Marc-Olivier Fogiel vient de dévoiler son jury. Au rendez-vous : les journalistes Jean-Pierre Elkabbach, Alain Duhamel, Michèle Cotta et Catherine Nay.

On n’arrête plus le progrès. Après s’être entiché de la fracture sociale, la téléréalité s’attaque maintenant à la politique. Puisque sur le petit écran comme chez nos élus, « tout est une question d’image », ça fait sens, non ? C’est apparemment ce que pense Marc-Olivier Fogiel, producteur de cette émission à venir.

Le concept de l’émission

Adaptée de l’émission Canada’s Next Great Prime Minister, cette téléréalité mettra en scène des jeunes talents « prêts à prouver qu’ils sont les personnalités politiques de demain », commente TéléObs.

Le jury d’ « experts » (des journalistes politiques, en fait) sera chargé de désigner le candidat le plus crédible. Celui-là gagne alors le droit de remettre un « livre blanc » contenant ses idées et propositions aux candidats à la présidentielle.

Si on ignore encore le nom de l’émission, on sait d’ores et déjà qu’elle sera présentée par Thierry Dugeon, sur France 4.

Téléréalité et politique

Le concept d’un tel programme n’est pas sans rappeler Politique à domicile, une émission lancée sur Dailymotion en 2009. Le concept ? Un politique va dîner dans une famille, préparant même le repas avec ses hôtes, tel un invité modèle. Au cours de la soirée, entièrement filmée par les caméras, on discute de l’actualité du moment. À l’époque, le député européen Vincent Peillon avait été le premier à participer à l’émission.

Remontons en 2003. TF1 annonçait la naissance de 36 heures (qui n’aura finalement jamais vu le jour), une émission consistant à immerger un responsable politique dans un foyer français. But : le faire vivre « dans la vraie vie ». Dans la même veine, deux émissions ont finalement vu le jour : ainsi, La Chaîne Parlementaire-Assemblée Nationale (LCP-AN) a sorti J’aimerais vous y voir, un programme dans lequel un élu est invité à partager durant deux jours le quotidien d’un de ses administrés. L’occasion pour les téléspectateurs de découvrir Nicolas Dupont-Aignan en instituteur ou encore Yves Cochet en restaurateur.

Point de vue

Pas sûr que ce genre d’émissions profite au sursaut démocratique, puisqu’il y a fort à parier que le public papotera plus « ragots sur les candidats » que « programme politique ». Pire : ce genre d’émissions risque même d’alimenter le fossé entre société civile et technocrates – puisque si elle offre effectivement l’illusion que la personnalité politique de demain ne sort pas forcément de l’ENA, elle rappelle en revanche qu’un parcours hors-ENA est un parcours hors norme. Et que ce parcours a besoin de la télé pour être sublimé.

Alors, la souveraineté du peuple est-elle vouée à être éternellement soumise à la loi des médias ? En alliant téléréalité (= l’opium du peuple) et politique (= le peuple), Fogiel pose ici une équation à 2 inconnues. À suivre.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mambomeplease
    Mambomeplease, Le 20 mars 2012 à 18h11

    Oui, cette idée fait vraiment froid dans le dos...

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)