Justin Baldoni (Jane the Virgin) explore sa masculinité dans un formidable TED Talk

Par  |  | 4 Commentaires

Justin Baldoni, connu pour son rôle de Rafael le séducteur dans Jane the Virgin, offre un passionnant TED Talk sur son rapport à la masculinité et sa découverte de la vulnérabilité !

Justin Baldoni (Jane the Virgin) explore sa masculinité dans un formidable TED Talk

Vous le savez si vous êtes du genre assidu : la masculinité, c’est MA CAME.

Le sujet me passionne, je vous en parle régulièrement et j’ai même lancé The Boys Club, un podcast sur le sujet qui sort un mercredi sur deux !

Si vous vous demandez pourquoi j’ai envie de causer masculinité sur madmoiZelle, je vous explique tout dans la F.A.Q (avec l’aide d’Antoine Daniel ♥).

À lire aussi : Parlons de la masculinité, ce boulet invisible que les hommes traînent

Autant vous dire que quand j’ai vu passer le TED Talk de Justin Baldoni, alias Rafael dans l’excellente série Jane the Virgin, qui s’intitule Why I’m done trying to be « man enough » (Pourquoi j’arrête d’essayer d’être un « vrai mec »), j’ai couiné fort.

Et un peu pleuré, aussi…

Justin Baldoni (Jane the Virgin) parle de masculinité

Cette conférence a été donnée dans le cadre de TEDWomen 2017. Des femmes inspirantes y ont délivré de puissants discours sur le harcèlement, la prise de parole, la place des femmes en prison…

Justin Baldoni parle d’un sujet qui lui tient à cœur : ce qu’est être un homme, et comment nous pouvons à notre échelle remettre cette définition en question.

L’acteur commence par remonter le fil de sa carrière. Dans Jane the Virgin, il joue Rafael le séducteur, viril, limite macho. Avant ça il a joué : des violeurs, des étudiants, des arnaqueurs… fort souvent torse nu, tiens !

Justin s’amuse de ses rôles très éloignés de la personne qu’il est : c’est ça, au fond, le métier de comédien. Faire semblant d’être quelqu’un qu’on n’est pas.

Sauf que faire semblant, pour lui, ça ne se limite pas aux plateaux de tournage…

« Toute ma vie, j’ai fait semblant d’être un homme que je ne suis pas. »

À force de coller au moule du mec, le vrai, celui qui doit toujours être à l’aise, avoir confiance en lui, être fort et inébranlable, Justin est épuisé. Car toute sa vie, il a joué un rôle.

Comment devient-on un homme ?

Dès l’enfance, Justin a reçu des indications sur le genre d’homme qu’il devait être.

Enfant, tout ce que je désirais c’était que les autres garçons m’acceptent et m’apprécient. Mais pour ça, il fallait que je sois quasiment dégoûté par la féminité.

Comme on nous a dit que le féminin est l’opposé du masculin, je devais soit rejeter toutes les qualités « féminines » en moi, soit être moi-même rejeté.

Bien sûr, personne n’a donné à Justin un « manuel du vrai mec » dès qu’il a appris à lire… Ces codes sont diffus dans la société, dans les productions culturelles, dans les réactions des autres, adultes comme enfants.

La dangerosité de cette définition de ce qu’est « un homme, un vrai » est notamment montrée dans l’excellent documentaire The Mask You Live In, disponible sur Netflix.

Justin Baldoni a mis près de 30 ans à comprendre que les qualités considérées comme « féminines » peuvent faire de lui, non pas simplement un meilleur homme, mais une meilleure personne !

Les dangers de la masculinité toxique, et le rapport au père

Justin Baldoni salue son père, présent dans le public, qui pleure à chaudes larmes.

À présent, explique-t-il, il aime son père de toutes ses forces. Mais en grandissant, il lui en voulait. Car son père ne collait pas aux codes de masculinité que les autres garçons attendaient de Justin, donc il ne les lui a pas transmis.

Il lui a surtout enseigné qu’être un homme, c’était se sacrifier pour prendre soin des autres… quitte à souffrir en secret.

Les hommes, leurs émotions, et le blocage

Alors Justin a lui aussi appris à souffrir en secret, et à ne surtout pas demander de l’aide.

Pour parler de boulot ou de politique ou de femmes, pas de souci, là on partage nos opinions, mais quand il s’agit de nos insécurités, de nos soucis, de notre peur de l’échec, nous sommes paralysés.

Depuis qu’il a pris conscience de ça, Justin essaie de lutter activement pour sortir de ce schéma. Il se force à affronter ce qui lui fait peur, au lieu de se réfugier derrière l’humour ou le silence.

À lire aussi : Ces choses dont les mecs ne parlent pas… et qui leur font du mal

Mais ce n’est pas forcément facile. Il raconte par exemple qu’il lui a fallu emmener ses amis en vacances, puis attendre trois jours de détente avant d’oser leur faire part d’un problème qui le travaillait…

Il avait peur que s’ouvrir ne remette en cause sa « place » dans le groupe, celle du leader, forcément homme, forcément fort.

La vulnérabilité, une affaire de femmes ?

Justin parle beaucoup de masculinité et de son parcours vers l’ouverture d’esprit, notamment sur les réseaux sociaux où ses fans le soutiennent chaleureusement.

Mais la majorité de ses fans, a-t-il remarqué, sont des femmes. Comment attirer un public masculin, premier concerné par ce genre de sujets ?

Justin est malin. Il a utilisé un cheval de Troie.

À lire aussi : Comment devenir un mâle alpha, un vrai ?

Sur Instagram, il s’est mis à parler de thèmes plus masculins : sa routine de sport, ses entraînements, ses exercices pour se remettre d’une blessure… et les hommes ont commencé à le suivre.

Un magazine de fitness l’a même contacté pour le mettre à l’honneur dans sa série « game-changers », personnes qui redéfinissent les règles.

« C’est vraiment redéfinir les règles, ça ? Ou c’est juste s’y conformer ?

Les mecs me suivent quand je parle de trucs masculins et que je me conforme aux normes genrées.

Mais si je parle de mon amour pour ma femme, ma fille, mon fils, si je dis que le mariage est un merveilleux défi, si j’évoque mon rapport à mon corps, si je parle d’égalité des genres, il n’y a que des femmes qui réagissent.

Où sont les hommes ? »

À lire aussi : « Ils m’ont dévêtu et m’ont ordonné de perdre du poids », ou quand les muscles sont devenus la norme

Le défi lancé par Justin Baldoni aux hommes

Les hommes, expliquent Justin, aiment relever des défis. Alors il a décidé de leur en lancer un !

« Je vous mets au défi d’utiliser vos qualités « masculines » pour vous interroger sur vous-mêmes. Votre force, votre courage, votre solidité.

Avez-vous le courage d’être vulnérable ? D’appeler un autre homme à l’aide quand vous avez besoin d’aide ? D’affronter vos hontes en face ?

Êtes-vous assez forts pour vous montrer sensibles, pleurer quand vous ressentez peine ou joie, même si ça vous donne l’air faible ? »

« Avez-vous assez confiance en vous pour écouter les femmes de votre vie ? Leurs idées, leurs solutions ? Écouter leurs drames et les croire, même si elles se dressent contre vous ?

Êtes-vous un homme, un vrai, au point de réagir quand vous entendez des « discussions de vestiaires », des histoires de harcèlement sexuel ?

Quand vous entendrez des garçons parler de toucher des culs ou de « la faire picoler », agirez-vous, pour qu’un jour nous n’ayons plus à vivre dans un monde où une femme doit tout risquer pour prononcer les mots « Me too » ? »

À lire aussi : Messieurs, pour lutter contre le harcèlement des femmes, sortez-vous de l’effet témoin

Il est temps de changer la face du monde, avec les hommes

Justin Baldoni n’a pas le temps, explique-t-il, d’évoquer tous les secteurs dans lesquels ils faut agir pour améliorer l’égalité entre femmes et hommes.

Alors il se contente de rappeler : il y a un vrai problème. Il faut agir. Maintenant. Et d’évoquer une citation issue du bahaïsme, une religion surtout présente en Inde et en Iran :

« Le monde humain possède deux ailes : le masculin et le féminin. Tant que ces ailes n’auront pas une force équivalente, l’oiseau ne pourra voler. »

Justin Baldoni conclut en expliquant qu’il a fait la paix avec son père, son père auquel il en a tant voulu, car il n’était « pas assez un homme ». Ce père qui lui aussi, a souffert en secret toute sa vie.

« Mon père ne m’a peut-être pas appris à me servir de mes mains. Mais il m’a appris à me servir de mon cœur. Et pour moi, ça fait de lui un homme, un vrai. »

Les discours des hommes sur la masculinité, une action essentielle

Je ne peux que vous encourager à partager le discours de Justin Baldoni, le montrer à vos frères, vos amis, vos mecs, vos cousins, et d’en discuter avec eux. C’est en tout cas ce que je compte faire.

Je pense qu’il est essentiel que les hommes prennent la parole sur le sujet de la masculinité, qui, très logiquement, les concerne directement.

À lire aussi : « JE TE VIOLE », la vidéo coup de poing contre le sexisme

Ce TED Talk qu’on peut coller aux critères de virilité, être musclé, avoir de la barbe, jouer les séducteurs, et être en phase avec sa vulnérabilité, sa fragilité qui fait partie de tout le monde, homme comme femme.

Justin Baldoni, un mec à suivre !

Justin Baldoni n’en est pas à son coup d’essai en matière de masculinité.

Il bosse sur un projet de talk-show masculin, The Men’s Room, qui explorera toutes les façons d’être un homme de nos jours. Il a aussi abordé le sujet de la masculinité dans le podcast de Lewis Howes :

Justin Baldoni n’est pas seulement acteur, il est aussi producteur.

Côté « vulnérabilité », il a créé il y a quelques années My Last Days, une série documentaire autour de personnes vivant avec des maladies incurables. Elle a été diffusée sur la CW.

C’est la série documentaire la plus regardée en ligne.

Vous l’aurez compris, Justin Baldoni gagne à être connu, et pas seulement comme Rafael de Jane the Virgin. C’est un modèle à suivre, pas seulement pour les hommes : pour tout le monde !

Plaisir d’offrir, joie de recevoir, je vous laisse avec sa vidéo de demande en mariage, devenue sévèrement virale…

Spoiler, ça danse et ça chante. ÉNORMÉMENT. (Je suis amoureuse laissez-moi.)

À lire aussi : Voici que dire à un petit garçon qui veut mettre du vernis, des bijoux, avoir les cheveux longs…

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu’elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.


Tous ses articles

Commentaires
Forum (4) Facebook ()
  • Biscotte Mulotte
    Biscotte Mulotte, Le 8 décembre 2017 à 0h49

    Il m'a pas mis les larmes aux yeux, il m'a fait vraiment chialer. J'ai pas regardé le reste de l'article encore, j'ai pas le temps là. Mais la vidéo m'a vraiment touchée et je vais de ce pas la partager sur FB. En espérant que des mecs la regarderont aussi, haha.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!