Les taches de rousseur : d’où viennent-elles et comment les mettre en valeur ?

Voici les petits conseils de Virginie pour sublimer tes jolies taches de rousseur et protéger ta peau du soleil.

Les taches de rousseur : d’où viennent-elles et comment les mettre en valeur ?

Qu’on les aime ou qu’on les déteste, avoir des taches de rousseur laisse rarement indifférent•e. D’où viennent-elles, comment les protéger et comment les sublimer ? Voici un petit article pour te réconcilier avec cette jolie particularité !

D’où viennent les taches de rousseur ?

Les taches de rousseur, aussi appelées éphélides, sont de petites lésions cutanées de couleur qui apparaissent durant l’enfance sous l’effet des expositions solaires. Elles pointent le début de leur nez dès les premiers apéros en terrasse et s’effacent progressivement quand le soleil vient à manquer.

Elles sont dues à ton patrimoine génétique : si l’un de tes parents en a, tu peux lui dire merci (ou lui casser la binette, selon ta relation avec ta constellation personnelle) !

Les taches de rousseur sont indicatrices de ton phototype, c’est-à-dire de la sensibilité de ta peau face aux rayons UV. Pour rappel, il existe six phototypes, classés selon la couleur des cheveux, la teinte de la peau, la fréquence des coups de soleil et le type de bronzage. Tu t’en doutes, les peaux laiteuses (phototype n°1) à claires (phototype n°3) sont plus sujettes aux éphélides que les peaux mates, même s’il arrive que des carnations foncées soient concernées !

À lire aussi : La crème solaire : petit guide pratique

Comment prendre soin d’un visage « tacheté » ?

illustration-tachet-de-rousseur-ej-jenkins

Illustration de EJ. Jenkins

Comme tu l’as compris plus haut, si tu as des taches de rousseur, c’est que tu as une peau claire qui bronze plus ou moins bien. Cette peau sensible aux UV, il faut la protéger ! Les taches de rousseur ne constituent pas en elles-mêmes une anomalie ni une menace pour la santé (d’ailleurs, elles ne dégénèrent jamais en mélanome, contrairement aux grains de beauté) mais leur présence signale un épiderme particulièrement propice aux cancers cutanés.

Si appliquer de la crème solaire tous les jours sur ton bidon ne sert pas à grand-chose (les vêtements empêchent les UV de passer), ton visage peut grandement bénéficier d’un filtre solaire tout le long de l’année. Un écran de ville (c’est le petit nom de ce type de produits, plus légers que les crèmes solaires basiques) appliqué quotidiennement après ta crème de jour évitera la formation de taches et le vieillissement prématuré de la peau.

Pour les expositions occasionnelles, le moment où tu dois appliquer ta crème solaire dépend du type de filtres UV qu’elle contient. Elle doit ensuite être réappliquée toutes les deux heures et après chaque baignade.

À lire aussi : Coup de soleil : comment rattraper les dégâts ?

Comment maquiller un visage avec des taches de rousseur

giphy

Les taches de rousseur n’étant pas des imperfections, il ne faut surtout pas essayer de les camoufler sous des couches et des couches de fond de teint. Au contraire, le véritable challenge consiste à réussir à unifier son teint sans les masquer. Préfère donc des formules légères et utilise un correcteur sur les zones qui nécessitent plus de couvrance.

Choisir une teinte de fond de teint ou de BB Crème n’est pas de tout repos pour un visage constellé d’éphélides : si tu choisis une couleur proche de celle de tes taches de rousseur, elle risque d’être trop foncée par rapport au reste de ton corps, et si tu choisis une couleur comparable à celle de ta peau immaculée, donc plus claire que tes taches de rousseur, elle risque de leur donner un aspect grisâtre pas très flatteur. Pour être sûre de ne pas faire d’erreur, opte pour une teinte intermédiaire, ni trop claire ni trop foncée.

Pour illuminer ton teint, tu peux ensuite balayer un soupçon de terre de soleil sur les bombés de ton visage (front, pommettes, nez et menton) et appliquer un blush corail ou rose pour le côté « bonne mine ».

Si, malgré tes efforts, tu trouves qu’on ne voit plus assez tes taches de rousseur, tu peux très bien utiliser un coton-tige imbibé d’eau micellaire pour les « démaquiller » ou les intensifier en les redessinant avec un crayon à sourcils.

Et voilà, simple n’est-ce pas ? Et toi, comment combines-tu taches de rousseur et maquillage ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 13 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Nonmercisansmoi
    Nonmercisansmoi, Le 29 mai 2015 à 9h07

    Hé! mais j'ai raté l'article trop pile poil écrit pour moi!
    "ode à mes éphélides"
    Je suis #teaméphélides (je trouve ça + classe que tâches de rousseur, déjà parce que, bah je suis pas rousse, haha). Mais éphélides toute l'année...avec en prime une peau qui bronze plutôt bien. ça me vient du côté maternel, de son père pour être précise. Ma maman, et un de ses frères, étaient totalement recouverts d'éphélides quand ils étaient gamins. Comme si un oiseau leur avait littéralement chié dessus en spray (amis de la poésie bonjour! C'était l'expression préférée des gamins qui voulaient se foutre de ma gueule quand j'étais môme). Mais, bizarrerie de la génétique, ils ont aussi la peau mate, très mate en été, et des cheveux très foncés!
    Chez moi ce côté est un peu adouci par la blondeur de mon papa, je ne suis "que" brune et je bronze assez bien, sans être aussi mate qu'eux. Mais couverte de taches, toujours. Et contrairement à ce qu'on m'a répété quand j'étais petite, elles ne sont jamais parties :free: Aujourd'hui je mets un smiley qui danse mais plus jeune je les détestais (cf les moqueries) surtout au retour de vacances où le contraste étais assez flagrant, et là, je mangeais sévère de la part de mes camarades. Je voulais même les faire partir! Mon papa, un peu consterné que 3 de ses 4 gosses aient hérité du trait maternel, a proposé de me ramener une crème anti tâches pour les effacer. Ce jour là j'ai bien cru que ma mère allait le frapper :langue: bien lui en a pris, même si à l'époque sa consolation s'est limitée à "elles partiront toutes seules quand tu grandiras" ça m'avait suffi, et pour finir elles sont donc toujours là et j'ai appris à les aimer, comme qqhose qui donne vraiment de la personnalité et qui me rend un peu à part, parce que soyons francs, c'est pas super courant chez les adultes!

    Niveau maquillage, après m'être lamentée pdt mon adolescence car je ne pouvais pas prétendre au teint uniforme des copines qui se tartinaient de fond de teint (j'ai fait pareil mais à chaque fois je me trouvais affreuse et j'enlevais tout), j'ai fait LA recontre qui change tout, sur un corner MAC, d'une vendeuse adorable et qui maitrisait le sujet. Elle m'a expliqué patiemment que non, je ne pouvais pas m'aimer avec un teint uniforme car simplement je ne me reconnaissais pas et qu'il était temps que j'accepte mes éphélides et mon teint particulier et que j'apprenne à faire avec. Bim. Dans la foulée j'ai compris comme Virginie l'explique, que je devais privilégier les fdt légers et peu couvrants, et j'utilise un anti-cernes là où y'a besoin. Au final, l'été, quand elles sont vraiment voyantes, j'abandonne le concept même de fond de teint. Depuis plusieurs années j'utilise la crème peau parfaite de Caudalie qui a le bon goût d'avoir un indice de protection, et l'été, où comme aujourd'hui au retour de vacances, je n'utilise qu'elle.

    Bref, aimez vos éphélides, elles vous le rendront bien ;)

Lire l'intégralité des 13 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)