Le gouvernement sensibilise au danger des WEI

La ministre de l'Enseignement supérieur veut sensibiliser les étudiantes et étudiants aux risques et dangers des WEI, via une charte.

stop-danger-wei-campagne

Les week-ends d’intégration, tu les as peut-être déjà fait.

Tu vas potentiellement y participer bientôt, ou tu en as entendu parler dans les médias après des accidents qui y sont survenus.

Les weekend d’inté ou WEI sont des séjours organisés par les associations étudiantes ou des BDE (bureaux des étudiants) dans le but de créer une cohésion de groupe à l’arrivée des élèves de première année.

À lire aussi : Le bizutage hardcore, je l’ai vécu, et j’ai détesté ça

Des facs de droits, aux écoles de commerce jusqu’en prépa, presque toutes les universités et toutes les formations ont droit à ces WEI.

Ils font partie de la tradition estudiantine.

Cependant, certains WEI finissent en bizutages plus ou moins violents et/ou dégradants.

Depuis plusieurs années, le gouvernement, les rectorats ainsi que les directions de l’enseignement supérieur tentent de mettre fin au bizutage jugé dangereux et traumatisant pour des étudiants et étudiantes.

Un accident en 2017 relance le débat sur les risques lors des WEI

Mais un nouvel accident est survenu il y a un an, presque jour pour jour.

Pendant un weekend d’intégration dans le Morbihan, un étudiant rennais de 19 ans trouve la mort à cause d’une « alcoolisation massive », le 1er octobre 2017.

Depuis la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a décidé de sensibiliser, encore une fois, les promotions suivantes.

La campagne #StopDangerWEI a été lancé mercredi 10 octobre.

Il sera question de faire de la prévention auprès des associations étudiantes, des participants et participantes aux week-ends ainsi qu’auprès des responsables d’université.

Pourquoi une charte pour les WEI ?

Le but n’est pas d’interdire les WEI, mais de mieux les encadrer a expliqué Frédérique Vidal au micro de RTL, mercredi 10 octobre matin.

La principale mesure consiste en une charte qui sera signée par les asso étudiantes ainsi que les BDE, le mercredi 10 octobre à 16h30.

Cette charte de bonne conduite est disponible en ligne. 

Elle s’impose comme un guide de la fête responsable, et vise à accompagner les étudiants « dans l’organisation d’évènements festifs et d’intégration ». 

Il est donc valable pour les WEI mais aussi pour toute soirée étudiante au cours de l’année.

Le guide du gouvernement sur les WEI

Le guide fait en tout plus de 80 pages.

La charte est constituée de 8 fiches dont certaines sont à remplir lors de l’organisation de soirées ou d’évènements festifs étudiants.

Elles permettent de s’informer sur certains modèles de dispositifs mis en place sur des campus et dans des universités (Lorraine, Lille, Bordeaux…) pour préserver l’intégrité et la santé des étudiants et étudiantes.

Dans la charte, tu trouveras d’ailleurs des règlementations liées à la distribution d’alcool, les cadres à prévoir à l’occasion d’évènements (la présence d’un service de sécurité et d’une équipe médicale par exemple).

Des formations d’« étudiants relais » dispensées par le personnel de l’Espace Santé et ses partenaires sont également prévues.

Le but : constituer des équipes de jeunes capables d’identifier les situations à risques.

Des ressources sur les WEI sur madmoiZelle

Pour info, le syndicat étudiant de la FAGE a publié une charte des soirées étudiantes responsables en 2015.

Si le sujet t’intéresse, sache que madmoiZelle s’est posée la question dans un article faut-il aller en weekend d’intégration ?

Tu trouveras plein de ressources autour du bizutage et de cette coutume de la vie étudiante.

Que penses-tu de cette charte diffusée par le ministère de l’Enseignement supérieur ? Que mettrais-tu en place pour prévenir des dangers lors des WEI ?

À lire aussi : Et si les soirées étudiantes étaient féministes ?

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

JulietteGee


Tous ses articles

Commentaires
  • Freehug
    Freehug, Le 12 octobre 2018 à 11h35

    Hmm. Ça part d'une bonne intention mais j'ai des doutes sur l'application d'une charte de 80 pages. Ça fait un peu CGU quoi, le truc que jamais personne ne lit... Prévoir une conférence obligatoire sur les bonnes pratiques des fêtes étudiantes dans toutes les formations ou a minima pour les membres du BDE, par exemple, ce serait peut-être plus efficace. Des campagnes de prévention choc en vidéo, éventuellement, c'est le genre de truc qui circule assez bien (on le voit avec la prévention routière). Mais "voilà un document super épais que vous n'avez pas envie de lire, il faut tout bien respecter ce qui est écrit dedans", je sais pas, je le sens moyen.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!